mardi 29 juillet 2014

Le Sacré Coeur dans notre combat


par Marguerite sur le forum Christus Vincit




Cela revient à poser la question du mal : pourquoi les persécutions ? Si Dieu peut permettre les catastrophes naturelles ou même les guerres en raison des erreurs des hommes, pourquoi ne permet-Il pas au moins que son troupeau ait des bergers infaillibles et soit conforté pendant cette période de calamités de l'Église? Dieu ne pourrait-Il pas défendre et protéger son troupeau catholique fidèle à la Tradition au lieu de le laisser devenir la cible d'attaques véhémentes ou insidieuses comme celle que nous connaissons actuellement dans la Tradition ?

La douleur croît en nous, alors que nous voyons l'Église visible, jadis si forte et si bien organisée, se désagréger sous les coups de boutoir des libéraux, des ralliés et des modernistes.

Comment Dieu peut-Il permettre cette trahison et nous laisser en quelque sorte orphelins avec quelques prêtres et un évêque fidèle ? Pourquoi ?

Quand nous regardons l'Histoire Sainte, nous constatons que les épreuves d'Israël se sont révélées être une manifestation de la Providence de Dieu, la manifestation de son amour de prédilection pour le peuple élu. Comme un père tendre et aimant, Il tentait de briser la confiance que son peuple avait placée dans les rois, les princes ou les puissances de ce monde.
Il tentait de lui enseigner, à travers ses grandes épreuves, inlassablement, que c'est en Lui seul qu'il devait placer cette confiance. Dieu guide ses enfants à chaque époque, pour les amener à comprendre que lui seul est fidèle dans les tribulations, qu'il ne faut s'attacher qu'à Lui seul, plus que jamais quand tous les repères semblent s'être écroulés . Le Seigneur est toujours Dieu, derrière les apparences des événements de ce monde.

C'est une leçon bien difficile !

La Sainte Écriture nous raconte également que bien souvent, dans les temps de paix et de prospérité, Israël a cru que cette fidélité lui était acquise et s'est installé dans une vie routinière en acceptant les statu quo, en adoptant une certaine monotonie. Israël a oublié bien souvent quel était son but. Le Seigneur Dieu a dû le lui rappeler, par la chute des monarques, par l'exil et la destruction de Jérusalem; Il a dû lui rappeler qu'Il était son unique espoir, son unique soutien.

Nous devons nous aussi en tirer des leçons, quelques soient les difficultés. Il est tellement facile de nous laisser porter par nos petites habitudes. Nous commençons alors à tout tenir pour acquis : nos petites chapelles, nos petits Abbés, notre petite Fraternité... Tous autant que nous sommes, nous finissons par confondre confort spirituel et vie chrétienne authentique, et nous recherchons plus le confort que la Volonté divine.

Les amis dans la Tradition, les belles chapelles nous entourent à moins d'une demi-heure en voiture ( climatisée ! ), un jour suit l'autre, le bonheur est là, à notre portée...

Nous considérons alors que Dieu est à notre service.

Or c'est Lui qui nous soutient, c'est Lui qui prend soin de nous. Et pourtant, nous continuons notre petit bonhomme de chemin, persuadé que demain ressemblera certainement à aujourd'hui, que la Fraternité de Monseigneur Fellay ressemblera à la Fraternité de Monseigneur Lefebvre. Et c'est à ce moment-là que Dieu doit tout mettre en œuvre pour nous sortir de notre routine et nous rappeler encore une fois, comme jadis à Israël, que nous dépendons de Lui, qu'Il nous a créés et destinés à vivre avec Lui de toute éternité. Ce n'est que lorsque notre petit monde est bouleversé, que Dieu peut nous rappeler alors que ce monde n'est pas notre demeure éternelle, qu'il n'est pas notre but ultime. Il peut enfin nous ramener à la réalité pour que nous tournions de nouveau notre regard vers Lui, même si, dans un premier temps, nos pensées sont pleines de questions .


Il en a été de même tout le long du Nouveau Testament. Il y a eu des changements et des bouleversements dans l'Église même, il y a eu des temps de persécution. Ce ne sont ni les princes, ni les dirigeants, ni la structure, ni les organisations qui soutiennent l'Église.
C'est Dieu qui la soutient !!

Les bouleversements de l'Église ne mettent pas fin à tout. Et surtout pas à l'amour divin. Ils peuvent nous servir de signes pour nous rappeler l'amour de Dieu, Sa fidélité, pour que nous nous tournions de nouveau vers Lui et que nous restions avec Lui quand tout le reste, tout ce sur quoi nous avions pris l'habitude de nous appuyer, s'écroule autour de nous.

Cette tragédie de la dérive de la Fraternité Saint Pie X, qui s'est accélérée ces dernières années, n'est donc pas une vengeance de la part de Dieu; Il ne nous envoie pas des tragédies pour nous punir parce que nous L'avons oublié depuis longtemps, nous nous sommes détournés de lui. Il est toujours présent et fidèle. En revanche, nous n'avons pas cherché à Le voir, à Le rechercher dans ces temps de confort spirituel et d'aisance, à nous souvenir qu'Il est là, notre berger et notre gardien.


« Le Seigneur est mon berger, rien ne me manquera » (Ps 22 )

Communiqué de Monsieur l'abbé François Chazal

Monsieur l'abbé Chazal nous prie de bien vouloir publier le communiqué suivant :
Chers lecteurs, 
Contrairement a ce que fait supposer le blog avec l'Immaculée, reprise elle même par Gentiloup, les prêtres de la résistance ne sont que de simples pretres qui continuent la ligne fixee par Mgr Lefebvre.Le fait que Mgr Lefebvre ait essaye de parler avec les autorites romaines, puis reconnu avoir ete trop loin est tout a son honneur, et la situation n est pas aussi claire dans les annees proches du Concile, que pour nous qui en constatons sans cesse les degats sans cesse aggraves.Les arguments invoques contre Monseigneur Lefebvre rejoignent les insinuations, a la fois des rallieristes et des sedevacantistes,  ils oublient que de facto, Mgr Lefebvre a sauve la Tradition en sacrant, et en disant au moment des Sacres que s il avait signe, c en serait fini de la Tradition. Ils oublient aussi les nombreuses declarations bien plus nombreuses faites apres les sacres, en public comme en prive, contre tout accord, tant que les autorites romaines seront eloignees de la Foi.J avais demande a Indominosperavi de signifier mon refus de collaborer avec elle suite a son interpretation laxiste du discours aux sages femmes de Pie XII, ce qu elle a refuse de faire, mais ici encore force est de constater un desir de mener les pretres de la resistance sur un chemin qui n est pas le leur.Nous n avons pas fait tous ces sacrifices pour abandonner le combat et la position de Monseigneur Lefebvre, auquel nous nous sommes engages par promesses et par serments, et que la Vierge Fidele nous y garde, et ramene a cette position ceux qui n y sont pas. 
Francois Chazal+

lundi 28 juillet 2014

La Résistance en Irlande (Father Bufe)




Un membre de la Résistance irlandaise nous écrit: 
il existe quatre centres de masse de la résistance actuellement en Irlande, tous desservis par Fr.Bufe, ici à Kesh, à Newry, Lonford (Athlone) et à Dublin.
[Ces messes gênent beaucoup l'abbé Anglès le supérieur local]. Comme Fr.Angles a un grand pouvoir sur Menzingen, il est la force motrice de toutes les sanctions contre nous.
A Athlone, les fidèles se préparent à recevoir l' abbé Wailliez comme prieur....  
 
De plus, l'abbé Pfeiffer, dessert régulièrement Cork, et parfois Athlone et Dublin. 

La France Bouge (Commentaire eleison)





Numéro CCCLXVII (367)

26 julliet, 2014

LA FRANCE BOUGE


Nombreux parmi vous savent que les mardi et mercredi de la semaine dernière eut lieu au couvent des Dominicains d’Avrillé, près d’Angers dans l’ouest de la France, une réunion de prêtres de partout où la « Résistance » est en marche et fonctionne, mais principalement de la France. Ce fut la troisième réunion semblable de prêtres français tenue à Avrillé depuis le début de l’année et elle fut la plus importante. Cette fois-ci ils commencèrent à coordonner et à organiser leurs activités en France, pays dont l’action a souvent été décisive pour l’Église de façon ou d’autre.
Le mérite de la convocation de ces réunions revient au Prieur d’Avrillé, le Révérend Père Pierre-Marie. Depuis de nombreuses années Avrillé offre un appui et un refuge aux prêtres de la Fraternité Saint Pie X qui ont vu leur ministère sacerdotal devenir de plus en plus difficile sous leurs chefs actuels dont la poursuite d’une réconciliation avec la Néo-église à Rome, malgré le camouflage et les dénégations, est implacable. Il y a seulement quelques semaines le Deuxième Assistant de la Fraternité aurait dit : « Le train est en partance pour Rome et ceux qui voudront en descendre, en descendront ». Aussi longtemps qu’il fut possible, le R.P. Pierre-Marie évita de rompre les relations avec la FSPX officielle, mais dans les premiers mois de cette année vint un ultimatum de Monseigneur Fellay signifiant leur rupture. Cela était inévitable tant qu’Avrillé ne voulait pas le suivre dans la trahison de la Tradition.
A l’origine, c’est pour les prêtres français que le R.P. Pierre-Marie avait organisé ; cette réunion, mais je lui ai suggéré que des prêtres résistants hors de France pourraient également être invités pour une double raison : Ces derniers seraient encouragés de voir la « Résistance » s’organiser en France où elle n’avait jusqu’alors été le fait que d’un petit nombre de prêtres, et à leur tour les prêtres français se rendraient compte qu’il n’y a pas qu’en France qu’on résiste. Le R.P. Pierre-Marie accepta ma suggestion et c’est ainsi qu’environ 18 prêtres se réunirent.
La réunion se déroula très bien, sans aucune amertume. On y regarda fort peu en arrière et beaucoup vers l’avenir. La première journée de travail fut réservée surtout aux prêtres qui sont en France. Ils commencèrent par nommer comme leur coordinateur l’abbé de Mérode, un prêtre de Belgique qui a 30 ans d’expérience dans la FSPX dans plusieurs parties du monde. Ensuite, pour leur organisation naissante, ils choisirent le nom de « Union Sacerdotale Marcel Lefebvre », nom qui annonce clairement son orientation. Et finalement l’abbé de Mérode commença à organiser un réseau de centres de Messes dans toute la France – retour aux années 1970, mais dans des conditions plus dures et avec des moyens très limités, du moins pour le moment.
La deuxième journée de travail fut réservée aux affaires internationales pour la défense de la Foi et là, bien sûr, a surgi la question des consécrations épiscopales, car je n’aurai pas été le seul à vouloir connaître l’avis des prêtres présents. Il fut relativement unanime. Nos lecteurs se sentiront encouragés en apprenant que même si on pensait que le moment pour les consécrations n’est pas encore arrivé, il ne peut néanmoins être très éloigné. [Souligné par Reconquista] En effet, on n’imagine pas pour l’instant comment l’un des trois évêques encore dans la FSPX voudrait entreprendre une consécration sans l’accord de Rome, et il est impossible d’imaginer comment la Rome néo-moderniste approuverait un candidat anti-moderniste ! Patience.
Vos prières sont en tout cas nécessaires à la fois pour la tranquille réussite de l’Union Sacerdotale qui vient de naître, et pour que Dieu nous donne, au bon moment, les nouveaux évêques nécessaires à la défense de la Foi.
Kyrie eleison.

jeudi 24 juillet 2014

Photos du séminaire de Boston, KY, été 2014

la chapelle du séminaire





Fathers Hewko, Pfeiffer, Voigt

Réfectoire


Qui sont les vrais subversifs ?

par Maunoir (sur le forum Christus Vincit)
Paru initialement sur le forum Christus Vincit

Télécharger le document ici au format pdf.


Ce n'est pas sans peine que l'on entend dire que les prêtres qui ont quitté ou ont été renvoyés de la fraternité de Mgr Fellay sont des éléments subversifs et qu'à ce titre ils méritaient bien d'être exclus de cette société parce qu'une société divisée contre elle même ne peut survivre.


La prémisse est vraie (pas de société possible dans la division) mais il reste à chercher comment et par qui  la division est entrée dans ce qui était le grand et dernier bastion de la foi.


Il faut bien souligner que la division est d'abord entrée dans les intelligences.


Depuis sa fondation jusqu'en 2012 la Fraternité St Pie X tenait ce principe qu'il n'était pas envisageable de se soumettre à une autorité pontificale tant qu'elle ne s'était pas réellement convertie.


Ce principe simple et posé comme une pierre d'angle du combat de la foi avait été lumineusement gravé dans le marbre par Mgr Lefebvre : ce dernier  enjoignait aux quatre évêques fraîchement sacrés de ne remettre leur épiscopat dans les mains du pontife que lorsque ce dernier sera pleinement converti.


Hélas ce principe de bon sens a été remis en cause et rejeté par les prêtres et les évêques du chapitre de 2012 .


La Fraternité de Mgr Fellay est entrée logiquement, à ce moment là, dans une phase totalement subversive.  Expliquons nous.


Le principe théorique d'une soumission à l'autorité ecclésiastique sans sa conversion est un principe faux et même révolutionnaire ; c'est ainsi que les ralliés subsistent actuellement dans l'église conciliaire. Ils font semblant d'être d'accord avec l'autorité et se soumettent à elle en beaucoup de choses mais se donnent le droit de la critiquer sur des questions très graves. N'est ce pas absurde ? N'est ce pas détruire la notion d'autorité ?


Mgr Lefebvre invitait très justement les séminaristes à quitter le séminaire s'ils n'étaient pas d'accord avec lui sur les questions importantes. Nous voyons la sagesse de l'évêque et sa profonde compréhension de l'autorité.


C'est exactement ce à quoi les décisions théoriques du chapitre de 2012 invitent désormais les prêtres de la fraternité (de mgr Fellay). Se soumettre à la Rome et au pape conciliaire mais se donner le droit de les critiquer.


Soit dit en passant un prêtre de cette fraternité a été dernièrement menacé d'expulsion s'il continuait à critiquer son supérieur (mgr Fellay). Pourquoi ce prêtre n'aurait-il pas le droit de critiquer mgr Fellay s'il a le droit de critiquer le pape ? Mgr Fellay serait il devenu plus infaillible et impeccable que le pape ?


Cette logique subversive pénètre donc la fraternité de mgr Fellay. Cet évêque a désormais fait ses preuves de libéralisme acharné (plus besoin de le démontrer, nous vous renvoyons aux multiples études qui ont été faites à ce sujet). Il est désormais évident, pour des prêtres antilibéraux, que le mal n'est plus seulement à Rome mais aussi au sommet de la Fsspx.


Ces prêtres peuvent-ils se taire et ne pas informer les fidèles (en public et en privé) sur les actes, paroles, décisions, manœuvres, mensonges de Menzingen ? C'est moralement impossible. Le prêtre ne peut pas voir son troupeau se perdre. Il se doit donc de dénoncer le loup qui est en train de dévorer (spirituellement) ses brebis. Il faut relire le beau traité "des obligations du pasteur en temps de persécution " par le RP Muzarelli.
"Le pasteur se doit de le faire jusqu'au mépris de sa vie et de ses avantages pastoraux. Du- il être exilé, séparé de son troupeau et même puni de mort " dit le vénérable père .


Les prêtres qui ont donc choisi  la dénonciation publique et franche des errements du chapitre et des supérieurs ont donc pris le chemin de la vérité. Celle du véritable esprit de l'Eglise. Ils n'ont pas fait de la subversion mais leur simple devoir de pasteurs  catholiques. L'histoire retiendra leurs noms.


Que penser alors  des prêtres qui se taisent ou rassurent faussement les fidèles ?
Le RP Muzarelli, en suivant l'évangile, dirait que ce sont des mercenaires et non des pasteurs.


Nous avons malheureusement  l'écho de certains prêtres qui sont conscients du drame et des erreurs mais dissuadent les bonnes âmes de rejoindre le bon combat et les prêtres. Un abbé de Cacqueray restera pour toujours le prêtre qui a paralysé toute la saine réaction. L'histoire catholique ne retiendra que cela de son supériorat .


En privé certains prêtres  osent avouer  que mgr Fellay est un fou mégalomane entouré de deux ralliéristes. Pourquoi restent-ils dans cette société ? De qui ont-ils peur ? De Dieu ou des sanctions de mgr Fellay ? Sont-ils les prêtres du Très-Haut ou des exécutants de directives suisses ?

Nous pourrions  citer des noms. Mais nous préférons laisser toutes ces âmes sacerdotales réfléchir et peser elles-mêmes leur responsabilité devant le souverain juge.

samedi 19 juillet 2014

Lettre ouverte à l'abbé Delagneau


Lettre ouverte d’un fidèle à Monsieur l’abbé Delagneau 
en réponse à son « mot du Prieur » (juillet, août, septembre 2014)


par un fidèle catholique


Monsieur l’Abbé,


Permettez-moi, s’il vous plaît, de vous répondre un petit « mot du fidèle ». Je rends grâce à Dieu pour cette paix surnaturelle qui vous habite ! Je n’aurai pas la présomption de dire que je la partage, une seule pensée me vient : « Si j’y suis Dieu m’y garde, si je n’y suis pas, Dieu m’y mette ».



Je ne comprends pas votre affirmation selon laquelle la Fraternité ne peut nous manquer. Si elle a été suscitée par Dieu, elle est donc la cible privilégiée du Malin. L’Eglise n’est-elle pas l’Epouse même du Christ ? Et n’a-t-elle pas été apparemment vaincue cependant par son ennemi juré ? Pourquoi donc la Fraternité serait-elle plus à l’abri ?



Oui, la Fraternité a été suscitée pour tout ce que vous dites et par conséquent elle doit « dénoncer les erreurs du temps présent publiquement » mais justement c’est grâce à ce point-là que nous nous sommes aperçus qu’il y avait une déviance, un problème. Vous n’avez plus la liberté de parole sur certains sujets sensés nous guider et éclairer dans ce monde de ténèbres et de confusion.



Ce sont bien la Foi, l’Espérance et la Charité qui nous mobilisent pour défendre la Fraternité. Jusqu’en 2012, elle était notre roc et notre refuge, pour nous qui sommes baignés dans un monde atroce qui n’a de cesse de nous attaquer dans ce que nous avons de plus cher.



Attendre que la Fraternité soit achevée, laminée par le Malin pour trouver les mots ou les moyens qui sauveront notre peau c’est bien peu l’aimer…Pourquoi affirmez-vous que nous n’avons pas la Grâce de tenter de la protéger et de la défendre ? Pourquoi l’aurions-nous plus lorsque la Fraternité serait à terre ? (Dieu daigne nous en préserver !) C’est avant qu’il faut se lever ! En qui, sinon en Dieu, puisons-nous les lumières et la Force pour ne pas nous laisser séduire par les charmes du Malin à l’encontre de la Fraternité ?



C’est dans une école traditionnelle, chérie de Monseigneur Lefebvre venu la visiter plusieurs fois, que j’ai appris, étudié, compris et….rabâché tous ces principes fondateurs dont Monseigneur Fellay et ses complices ont semblé faire fi dans plusieurs de leurs discours. J’ai goûté à la Vérité très jeune et le reste est insipide…Nombre de mes amis ayant gardé la Foi ont aussi la même analyse et réagissent dans le même amour pour la Fraternité Saint Pie X. 



Je vous dis cela parce que je suis ainsi sûre que ma lecture des événements n’est pas subjective mais fondée sur ces principes que nos chers professeurs ont eu la générosité de nous enseigner sans se lasser, conscients qu’ils nous offraient ainsi une armure. 


Il se passe en ce moment ce qui s’est passé pour Mgr Lefebvre. Ceux qui sont fidèles à la Foi de toujours, ceux qui ne changent rien et qui ont une pratique religieuse reconnue par l’Eglise elle-même, sont stigmatisés et rejetés. Pourquoi ce qui était Vrai hier ne l’est plus aujourd’hui ? Vos supérieurs veulent changer d’orientation ? Mais alors, qu’ils s’en aillent grossir les rangs de la Fraternité Saint-Pierre et nous laissent continuer à être fidèles à la suite de Mgr Lefebvre. Quelle belle route il nous a montrée ! Celle du Ciel parmi les épines ! Pourquoi en choisir une autre avec moins d’épines ?



Pourquoi partez-vous vaincu, Monsieur l’Abbé, vous imaginant déjà parti avec deux valises ? Etre vaincu sans s’être battu me paraît terrible. « Combattez et Dieu donnera la Victoire ! » disait sainte Jeanne, elle n’a pas dit « Ayez confiance en la Grâce toute puissante de Dieu et Dieu donnera la victoire ». Je comprends ce terme « combattre » dans le même sens que la Sainte Colère de Notre-Seigneur.


Oui, Monsieur l’Abbé, vous et vos confrères êtes les victimes et c’est en raison de notre immense reconnaissance que nous nous mobilisons ; ne faisant pas partie de cette Fraternité mais recevant tous les bienfaits du Ciel par elle et grâce à elle, nous nous sentons le devoir de défendre ceux qui n’en n’ont peut-être pas la possibilité de par leur engagement.

Vous impliquer dans l’organisation des confirmations vous aurait mis en difficulté et vous aurait peut-être obligé à des actes nuisant au bon déroulement de cette merveilleuse journée.

En tant que fidèles, nous avons été choqués du sort réservé à Mgr Williamson. De notre humble point de vue, puisque nous ne savons pas tout, avec les maigres informations dont nous disposons, nous n’avons pas compris. Pire, nous n’avons pas osé lui manifester notre reconnaissance pour tous les bienfaits de ses enseignements passés (conférences mémorables et remplies de grâces). Il nous a semblé que l’occasion était venue de le soutenir et consoler par l’exercice de son ministère comme nous voulons soutenir chacun de vous. On ne traite pas ainsi un Prêtre, encore moins un Evêque. 

Je n’ai pas vu des fidèles critiqués ou mis de côté parce qu’ils ne voulaient pas « critiquer » les supérieurs de la Fraternité. Par contre, je note avec effroi que vous encouragez vos fidèles à ne plus avoir de relation avec ceux qui sont en « rébellion contre la Fraternité »….Nous ne sommes pas en rébellion contre la Fraternité mais pour la Fraternité.

Ce que vous appelez « le plus grand secret » se veut une prudence charitable. Pour ne pas choquer ou troubler ceux qui préfèrent rester en paix et combattre le Mal différemment, je crois que ne sont informés que ceux qui ont eu le courage de manifester leur attachement à la Fraternité de Monseigneur Lefebvre. C’est justement pour ne pas troubler ceux qui ne voient pas les choses comme nous que ne sont contactés que ceux qui en expriment le désir. Puisque la pratique des vertus théologales protège des troubles tentateurs et des arguments du Démon, que craignent donc vos « bons fidèles » ?

Il y a au contraire beaucoup de respect dans tout cela, mais bien sûr ce n’est pas évident et votre peur du désordre vous incline à en juger autrement ; c’est sûrement le rôle qui vous incombe et Dieu nous éprouve dans cette contradiction. Nous ne pouvons être mieux lotis que Notre-Seigneur Jésus Christ Roi du Ciel et de la terre. 

«…tandis que le Prieuré fait les choses dans la lumière ». Est-ce donc dans la lumière que vous avez demandé aux dirigeants de vos cercles, il y a quelques années, de ne pas y inviter certaines personnes ? Et ceci à plusieurs reprises…Ces personnes se sont-elles rebellées ? Non, elles ont tout offert, en silence. Elles n’ont mêmes pas demandé d’explication. Il faut beaucoup d’humiliations pour un peu d’humilité.



Nous serions bien naïfs d’attendre des informations de personnes qui prêtent l’oreille aux représentants du Malin. Nous ne sommes pas dans un couvent mais dans le monde et nous avons donc un devoir de discernement pour nous conduire, ainsi que ceux dont nous avons la charge.


Rassurez-vous, Monsieur l’Abbé, ce combat, loin de nous éloigner des préoccupations du Ciel, nous y confirme et nous pousse à plus de ferveur et de détachement des choses de la terre qui sont si précaires et subjectives ; c’est ce que nous enseignons à nos enfants.

Que notre Divin Maître nous unisse dans son Cœur Sacré et, si telle est sa Volonté qu’Il nous permette de nous comprendre.

Que notre très Sainte Mère nous protège et dirige !

Merci pour vos prières Monsieur l’Abbé.

Un fidèle



Voici à présent le mot du prieur en question:








mercredi 16 juillet 2014

Création de l'Union Sacerdotale Marcel Lefebvre le 15 juillet 2014


Avec l'Immaculée, reprenant une annonce du blog mexicain Non Possumus annonce la bonne nouvelle suivante:

- A partir d'aujourd'hui a lieu une importante réunion des prêtres de la Résistance française, au cours de laquelle ont été prises des décisions importantes pour l'organisation de la Résistance en France. L'abbé de Mérode est nommé coordinateur de la Résistance en France et un séminaire va bientôt ouvrir. Mgr Williamson et certains autres prêtres de la Résistance mondiale sont également présents.
Le même jour, a été crée l'Union sacerdotale Marcel Lefbvre pour tous les prêtres fidèles qui le souhaitent. Espérons que de nouveaux prêtres encore dans la FSSPX officielle la rejoignent rapidement. 

mardi 15 juillet 2014

Photos de la réunion d'Avrillé


Mgr Williamson et l'abbé de Mérode présidant la réunion
Messe du dernier jour des Journées Jean Vaquié: messe solennelle


 






jeudi 10 juillet 2014

Nécessité de dons pour l'abbé Ruiz à Mexico


Message de l'abbé Ruiz vallejo, desservant les fidèles résistants de Mexico
Actuellement j'ai loue une maison de taille moyenne, mais elle bien pour les besoins présents. Elle se trouve dans la ville de Pachuca qui n'est pas très loin de la Ville de México, car les loyers dans la ville de México sont exorbitants.
Les gens qui ont décidé de louer cette maison ont intention de la vendre, c'est pour cela que j'ai intérêt á l'acheter car sinon je devrait déménager en six mois. En plus, le prix de vente est assez bas, il est d'environs un million de pesos (il faut ajouter les frais des procédures légales). Le change actuel de pesos et d'euros est d'environs 17 euros (voir:http://www.eluniversal.com.mx/finanzas-cartera/ ) ce qui revient á plus ou mois 58 mil euros.
Actuellement j'ai beaucoup des frais avec la nouvelle chapelle dans la Ville de México je n'ai pas les moyens d'acheter une maison.
Je vous assure de mes modestes prières dans les Saints Coeurs de Jésus, Marie et Joseph,
Padre Hugo Ruiz V.

M. l'abbé Ruiz possède un compte bancaire en France: lien ici
Même les petits dons (5 ou 10 € de temps en temps) seront les bienvenus...

dimanche 6 juillet 2014

Appel pressant aux dons

Les prêtres et les communautés de la Résistance ne peuvent subsister financièrement que grâce à nos dons. Il est donc capital de les soutenir dans leurs lourds frais quotidiens ainsi que pour l'achat de locaux pour des prieurés et un séminaire.

Nous dressons ici une liste des prêtres ou communautés qui disposent un compte en France:





Nos prêtres ont un grand besoin de votre aide, sans laquelle leur ministère peut difficilement se développer.

Reçus fiscaux sur demande.