lundi 30 novembre 2015

Nouvelles des Philippines: Camiguin, Maasin, Bukbuk et abbé Suelo

Nous avons reçu ce mail de l'abbé Chazal: 

Nous utilisons toute la surface de la nouvelle chapelle de Camiguin, mais bon, les marches de l'autel sont deux fois plus hautes que prévu, et les fenêtres manquent encore, ainsi que le maître autel. 35 personnes sont venues a la Messe ce Dimanche. Le chant et le service de Messe valent peut être autant que les fenêtres... mais il y a beaucoup de confessions, voila l'essentiel.

De son côté l'abbé Picot est en train de boucler l'achat d'un terrain a Maasin, pour un million de pesos et 250000 pesos ont été engagés pour les travaux de terrassement. Il a décidé de faire une cathédrale de bambou dans un premier temps.

Et pendant que nous construisons de ces côtés, les Bukbuk (fourmis termites aéroportées extrêmement efficaces) mangent notre séminaire avec leurs grandes mandibules. Elles font du bruit a la chapelle, et je n'entends plus qu'elles au sixième étage ou je loge.

L'abbé Suelo progresse lentement, et se réveille de plus en plus, même s'il est cloué au lit. Je ne veux pas faire de rapport pessimiste a son sujet (la dernière fois que j'étais optimiste, il faisait une rechute), pour que vous le gardiez dans vos prières. Nous essayons de le rapatrier a Cebu, au moment même de la venue de l'abbé Kramer le 7 Décembre.
Les quatre micro-séminaristes on l'air de bien persévérer.


Merci donc, de vos bonnes prières.

In Iesu et Maria,
François Chazal+

Camiguin: 





Le séminaire:



Une chambre

jeudi 26 novembre 2015

Faut il faire le jubilé de la Miséricorde ?

En réponse à la circulaire de 7 pages de la Maison Générale de la FSSPX, invitant les prêtres à participer au "jubilé de Miséricorde", voici un excellent article des Dominicains d'Avrillé

 

Il semble qu’il faille participer au jubilé extraordinaire de la miséricorde :

1a. Lorsque les écluses de la grâce sont grandes ouvertes, il faut la recevoir en abondance. Une Année sainte est une grande grâce pour tous les membres de l’Église.
2a. Le concile de Trente « enseigne et ordonne que l’usage des indulgences, très salutaire pour le peuple chrétien et approuvé par l’autorité de ce saint concile, soit conservé » (DS 1835) ; le code de droit canon dit : « Tous feront grand cas des indulgences » (can. 911). Il serait paradoxal que, parce que nous ne voulons rien avoir affaire avec ce concile raté que fut Vatican II, nous en arrivions à faire fi d’une vérité proclamée au concile de Trente et encouragée par toute la Tradition de l’Église.
3a. Selon saint Alphonse de Liguori : « Pour devenir un saint, il suffit de gagner le plus d’indulgences possibles » (cité par le Manuel des Indulgences. thésaurisons pour le Ciel. éd. D.F.T., 2005, p. 6).
4a. Personne ne risque son salut en participant au jubilé de la miséricorde, sauf à remettre en doute le pouvoir des clefs dont François est le légitime détenteur.
5a. « Quand bien même la remise de la peine serait faite de façon déraisonnable, l’intéressé n’en gagne pas moins l’indulgence dans sa totalité » (saint Thomas d’Aquin, Suppl., q. 25 a. 2, ad 1).
6a. Pour qu’une circonstance affecte le jubilé et le dénature, il faudrait qu’elle en devienne l’objet ou la fin spécifique. Or les conditions d’obtention de l’indulgence telles qu’elles ont été énoncées sont traditionnelles : visite d’une église jubilaire, confession, communion, récitation du Credo et prière aux intentions du Souverain Pontife (comme le Pater ou la prière du jubilé).
7a. La joie du jubilé ne consiste pas à se réjouir du concile Vatican II, mais de la grâce répandue par le chef de l’Église qui puise dans le trésor des mérites infinis du Christ et de tous les saints. La grâce répandue à profusion sera toujours un motif de joie pour ceux qui sont bien disposés à la recevoir.
8a. Mgr Lefebvre et le séminaire d’Écône se sont rendus au grand pèlerinage organisé à Rome lors de l’Année sainte 1975. De même la Fraternité Saint-Pie X en 2000. Et pourtant, en 1975 le Vatican avait signalé que l’Année sainte « coïncidait avec le dixième anniversaire de la clôture du deuxième Concile œcuménique du Vatican », et la bulle d’indiction de l’Année sainte 2000 indiquait qu’à l’occasion de l’entrée dans le nouveau millénaire, « il fallait revenir avec une fidélité raffermie à l’enseignement du concile Vatican II ».

Sed contra :

Ce jubilé est organisé par l’Église conciliaire ; or Mgr Lefebvre a écrit dans son « testament » spirituel [Itinéraire spirituel à la suite de Saint Thomas d’Aquin dans sa Somme théologique, 1990] :
« C’est un devoir strict pour tout prêtre voulant demeurer catholique de se séparer de cette Église conciliaire, tant qu’elle ne retrouvera pas la tradition du Magistère de l’Église et de la foi catholique. […] J’entends dire : “Vous exagérez ! il y a de plus en plus de bons évêques qui prient, qui ont la foi, qui sont édifiants…” Seraient-ils des saints, dès lors qu’ils admettent la fausse liberté religieuse, donc l’État laïque, le faux œcuménisme, donc l’admission de plusieurs voies de salut, la réforme liturgique, donc la négation pratique du sacrifice de la Messe, les nouveaux catéchismes avec toutes leurs erreurs et hérésies, ils contribuent officiellement à la révolution dans l’Église et à sa destruction. »

Réponse :

La moralité d’un acte humain se mesure non seulement par son objet, mais aussi par les circonstances (I-II, q. 18, a. 3). Par exemple, porter un manche de pioche en se rendant à son champ n’a pas la même moralité que porter le même manche de pioche en se rendant à une manifestation.
Le jubilé de l’Année de la miséricorde est entaché des circonstances suivantes : la date du jubilé a été choisie pour fêter les 50 ans du Concile, et la « miséricorde » que prône le pape François est une miséricorde laxiste qui pousse au péché.
La participation au jubilé ne peut pas faire abstraction de ces circonstances, et donc cette participation est immorale.

Solution des objections :

Ad 1. Saint Herménégilde a refusé de recevoir la communion des mains d’un évêque arien le jour de Pâques, et pour cette raison a été mis à mort. Pourtant rien n’est plus sanctifiant qu’une sainte communion, et la communion pascale est obligatoire sous peine de péché mortel. Mais, ici, une circonstance rendait l’acte peccamineux : recevoir l’hostie de la main d’un prélat hérétique était une « communio in sacris » avec un hérétique.
Ad 2. L’objectant a tort de qualifier seulement Vatican II de « concile raté ». Il a, au contraire, parfaitement réussi pour les modernistes, qui ont pu, à cette occasion, fonder leur « Église conciliaire ». Participer à ce jubilé serait une compromission avec cette pseudo-Église en raison des circonstances mentionnées. Quant aux indulgences, on peut en bénéficier autrement qu’en participant au jubilé : il y a plusieurs moyens de gagner une indulgence plénière tous les jours, par exemple l’adoration du Saint-Sacrement pendant une demi-heure, la lecture de la sainte Écriture pendant le même temps, la récitation du chapelet en commun, le chemin de croix [1].
Ad 3. L’objectant ne donne pas la référence dans les œuvres du saint, mais dans un ouvrage de seconde main, qui lui-même ne donne pas de référence. La trace la plus ancienne que nous ayons trouvée de cette citation est un livre écrit pour décrier les indulgences : Paul Parfait, L’Arsenal de la dévotion : Notes pour servir à l’histoire des superstitions, 4e éd., Paris, Georges Decaux, 1876, p. 90. Nous nous permettrons de demander une source précise pour vérifier l’authenticité de cette sentence ainsi que son contexte. Quoi qu’il en soit, pour devenir un saint, il faut d’abord la foi à un degré héroïque, et donc éviter toute équivoque en la matière.
Ad 4. On ne remet pas en question le pouvoir du pape, mais on constate qu’il l’utilise mal. C’est pour la même raison qu’on refuse la nouvelle messe, le nouveau code de droit canon, etc.
Ad 5. L’objectant a omis, sans le signaler, une partie de la citation de saint Thomas : « Si cependant la remise de peine est faite de façon déraisonnable, en sorte que quasi pour rien les hommes seraient détournés des œuvres de pénitence, il [celui qui confère une indulgence] pèche en agissant ainsi ; l’intéressé toutefois n’en gagne pas moins l’indulgence dans sa totalité. » Par où l’on voit que l’aspect déraisonnable envisagé par saint Thomas est une simple disproportion entre l’œuvre demandée et l’indulgence accordée. Ici, le gain de l’indulgence est liée à la joie de Vatican II et à une fausse conception de la « miséricorde » du pape François, d’où l’aspect non seulement déraisonnable, mais immoral.
Ad 6. L’objectant joue sur le mot « dénature ». Il est vrai que le jubilé reste un jubilé, les circonstances qui le rendent mauvais ne changent pas sa nature de jubilé. Mais elles rentrent bien dans l’objet moralement considéré, car elles en affectent la moralité. La communion proposée à saint Herménégilde restait une communion pascale, mais les circonstances la rendaient peccamineuse.
Ad 7. Même si celui qui participe au jubilé n’a pas l’intention (subjective) de se réjouir de Vatican II, il participe à un jubilé qui a été objectivement voulu pour se réjouir de ce Concile. A moins de verser dans le subjectivisme, il faut donc s’en abstenir.
Ad 8. Les jubilés de 1975 et 2000 étaient des jubilés ordinaires, comme il y en a régulièrement tous les 25 ans pour fêter les anniversaires de l’incarnation. Ils n’étaient donc pas liés en soi à l’anniversaire du Concile, ni à une conception erronée de la miséricorde. Les allusions au Concile signalées par l’objectant restaient secondaires, et n’affectaient pas la moralité de l’acte de participation pour celui qui voulait simplement fêter l’anniversaire de l’incarnation.
En 1975 la participation de Mgr Lefebvre au pèlerinage organisé par l’association Credo a eu lieu au moment où le prélat manifestait son opposition à la Rome conciliaire [2] : il n’y avait donc aucune ambiguïté dans ce geste.
On peut se demander s’il a été prudent de refaire un pèlerinage à Rome en l’an 2000. Car c’est à cette occasion que des contacts ont été repris en vue d’un accord avec la Rome moderniste, qui ont abouti à la chute de Campos l’année suivante. La Fraternité Saint-Pie X s’est ressaisie, mais les pourparlers en vue d’un accord ont continué, et en 2012 l’accord a failli se faire. Les communiqués consécutifs à la rencontre romaine du 23 septembre 2014, celui de Menzingen (« entretien cordial »), et celui du Vatican (« procéder par paliers »… « vers le dépassement des difficultés »… « dans la perspective d’une pleine réconciliation ») ont été le point de départ d’un certain nombre d’étapes ou de paliers, et une participation à ce jubilé en ferait clairement partie.
[1] Sur les indulgences, voir Fr. Marie-Dominique O.P., Les Indulgences dans la vie de l’Église et leur destruction par le pape Paul VI, éditions du Sel, 2010.
[2] Rappelons le contexte : le 11 novembre 1974 a lieu la visite du séminaire d’Écône par deux envoyés de Rome qui provoque la fameuse déclaration de Mgr Lefebvre du 21 novembre, le 25 janvier 1975 Mgr Lefebvre est invité à comparaître devant trois cardinaux (Tabera, Wright et Garrone), le 6 mai Mgr Mamie retire l’approbation donnée par son prédécesseur, le même jour les trois cardinaux appuient cette décision avec l’accord de Paul VI, les 24 et 25 mai a lieu le pèlerinage, le 5 juin Mgr Lefebvre dépose un recours au tribunal de la Signature apostolique, etc.

mardi 24 novembre 2015

Invasions et châtiments: leurs causes surnaturelles (sermon du dernier dimanche après la Pentecôte)

L'humanité a connu de grandes invasions; ne sont elles qu'un phénomène mécanique ou alors un châtiment divin des nations? Un prêtre répond à la question dans ce sermon du dernier dimanche de la Pentecôte 2015.






vendredi 20 novembre 2015

Messes à Rouen et paris ce 22 novembre

Attention : Messe à Rouen ce dimanche 22 novembre

Cette messe n'était pas prévue initialement mais un prêtre de passage pourra dire la Messe à Rouen ce dimanche à 18h00. Confessions possibles à partir de 17h30.
Pour tout renseignement contacter cette fois ci le : 0665141333

_______________________________________________



Messe de l'Union Sacerdotale en Ile de France ce dimanche

  • Dimanche 22 novembre                                            
              10 h : Confessions et chapelet                 
              10 h 30 : Messe chantée  (dernier dimanche de la Pentecôte)
                              
                               Adresse :  2, rue de la grosse pierre
                                                  78540 Vernouillet         
                                Contact :     messes.paris@opmbx.org
                                téléphone :   09 83 90 56 09

mardi 17 novembre 2015

Le séminaire en sortie (novembre 2015)

Source France fidèle (vous y trouverez les photos en meilleure qualité)

La vie du séminaire n'est pas faite que d'études et de prières. Dans son règlement, Mgr Lefebvre avait sagement prévu un temps de détente pour le corps et l'âme et souhaitait que "volontiers ils prendront comme but de la promenade la visite d'un sanctuaire, d'une église, dans lequel ils iront se recueillir et prier. Ainsi à la détente corporelle, ils ajouteront un profit spirituel et une édification du prochain" (extrait du règlement).

La journée commença d'abord sur les traces de Saint Louis-Marie à Saint Laurent sur Sèvres.. Les séminaristes se sont recueillis sur le tombeau du saint patron de leur séminaire et ont demandé des grâces pour devenir les saints prêtres que les âmes attendent.
Ils se sont ensuite rendus au cimetière des martyrs à Vezins où 1200 personnes (vieillards, femmes et enfants ) furent massacrés par les républicains dans cette forêt qu'ils pensaient être leur refuge. Dans ce lieu très riche en grâces, les séminaristes ont pu méditer sur la terrible lutte que mène l'enfer contre la civilisation chrétienne.
La journée s'est achevée à Notre-Dame de Béhuard, sanctuaire vénéré par les Angevins et les Rois de France qui vinrent en pèlerinage demander des grâces pour leur dynastie et leur royaume.












 

lundi 16 novembre 2015

La nouvelle chapelle de la FSSPX à Madrid: FSSPX new look ?

Quelques photos de la nouvelle chapelle de la FSSPX à Madrid, tirées du site de la FSSPX en Espagne
Le Visage de la "Vierge" du fronton de la nouvelle chapelle





La "Vierge" du fronton 


Un oeuf ? 



façade de la nouvelle chapelle

Vue de nuit




Détail de la Façade: couverte du logo de la FSSPX


Mgr de Galarreta sur le chantier de la nouvelle chapelle

dimanche 15 novembre 2015

Ouverture de la mission de Brasilia


La semaine dernière, le Père Thomas d'Aquin a visité pour la première fois la nouvelle mission de Brasilia, accompagné  de deux séminaristes. Le responsable de cette mission sera  le père Thomas d'Aquin. 










samedi 14 novembre 2015

Des Infidèles Rabides (Commentaire eleison 13 novembre 2015)

Bataille de Vienne (1683)

Lorsque l’Europe avait la Foi, elle pouvait battre les hordes de musulmans, 
mais maintenant ? – c’est la débandade.

Alors que les restes chancelants de la chrétienté font face aujourd’hui à une invasion musulmane organisée par les ennemis millénaires de Dieu, invasion rendue possible par les misérables politiciens des nations de l’Ouest et les vilains médias, il est bien de se remémorer combien souvent par le passé la chrétienté fut menacée par de telles invasions, et comment elle se défendait en se tournant vers Dieu. A la fin de l’été 1683, une immense armée musulmane de quelque cent cinquante à trois cent mille soldats assiégea Vienne et menaça d’engloutir l’Europe à partir du Sud-est. Les Musulmans envisagèrent même de capturer Rome pour la gloire de l’Islam. Avec l’aide d’un saint Capucin, le frère Marco d’Aviano, le Pape Innocent XI réussit à rassembler une armée chrétienne faite de quelque 60,000 soldats de plusieurs nations européennes pour soulager Vienne. Voici la prière du Capucin juste avant la bataille :
« Ô grand Dieu des Armées, regardez-nous prostrés aux pieds de votre Majesté, pour ainsi implorer votre pardon pour nos fautes. Nous savons bien que nous avons mérité que l’armée des Infidèles nous opprime, car nos iniquités, chaque jour perpétrées à l’encontre de votre bonté, ont justement provoqué votre colère. Ô grand Dieu, nous Vous demandons pardon du plus profond de notre cœur ; nous haïssons le péché car Vous l’exécrez ; nous sommes affligés car nous avons souvent irrité votre bonté suprême. Pour l’amour de Vous, nous souhaiterions mille fois mourir plutôt que de commettre la moindre action qui vous déplaise. Secourez-nous de votre Grâce, ô Seigneur, et ne permettez pas que nous, vos serviteurs, nous rompions le pacte qu’avec Vous seul nous avons établi. Ayez pitié de nous, ayez pitié de votre Église que la fureur et la force des Infidèles sont prêtes à assujettir. Même si cela est par notre propre faute qu’ils aient envahi ces belles régions chrétiennes, et même si tous ces méfaits qui nous arrivent ne sont rien d’autre que la conséquence de notre propre malice, soyez toujours favorable envers nous, ô Dieu de toute bonté, et ne méprisez pas le travail de vos propres mains. Rappelez-Vous que pour nous sauver de la servitude de Satan, Vous avez versé tout Votre précieux Sang.
« Permettrez-Vous qu’Il soit foulé aux pieds par ces chiens ? Permettrez-Vous que la Foi, cette précieuse perle que Vous recherchâtes avec tant de zèle et secourûtes avec tant de souffrance, soit jetée aux pieds de ces porcs ? N’oubliez pas, ô Seigneur, que si Vous permettez aux Infidèles de prévaloir sur nous, ils blasphémeront votre saint Nom et tourneront en dérision votre puissance, répétant mille fois : “Où est leur Dieu, ce Dieu qui n’a pu les libérer de nos mains ?” Ne permettez point, ô Seigneur, qu’il vous soit reproché d’avoir permis la furie des loups lorsque nous Vous invoquions dans notre angoisse et misère. Venez nous secourir, ô grand Dieu des batailles ! Si Vous nous êtes favorable, les armées des Infidèles ne pourront nous nuire. Dispersez cette peuplade qui a voulu la guerre ! En ce qui nous concerne, nous ne désirons rien d’autre que d’être en paix avec Vous, avec nous-mêmes et nos voisins . . . »
La prière continue ainsi avec la requête pour les chefs et les soldats des armées chrétiennes d’être raffermis par la Grâce de Dieu, avec l’esprit et le courage des héros de l’Ancien Testament, pour qu’ils puissent réduire à néant les ennemis du nom chrétien et manifester le pouvoir de Dieu. Que Dieu daigne regarder la foi, l’espoir et la charité des soldats chrétiens. En son Nom, Marco les bénira sur le chemin de la bataille. Puisse Dieu retenir le bras de sa colère levé sur eux, et puissent Ses ennemis connaître qu’il n’y a pas d ’autre Dieu que Lui. Comme Moïse, Marco lèvera son bras pour bénir les soldats chrétiens. Que Dieu leur accorde la victoire et la ruine de Ses ennemis, qui sont les leurs, Amen.
Que cela est politiquement incorrect ! Des « chiens » et des « porcs » – que cela est raciste ! Intolérable ! N’empêche Dieu accorda aux Chrétiens une victoire sensationnelle qui repoussa les Musulmans de trois cents ans ! Ils sont maintenant de retour. Et cette fois, il n’y a virtuellement plus de repentance qui sache en appeler au Dieu Tout-Puissant . . .
Kyrie eleison.

vendredi 13 novembre 2015

Mère Térésa, modèle pour les élèves de la FSSPX ?

Source Non Possumus




Ce 1 novembre, l'école secondaire Sainte Thérèse, du district allemand de la FSSPX, a invité ses élèves et les parents à une conférence sur Mère Térésa de Calcuta. Le conférencier était Marcus Pohl, qui a passé des années à la maison des pauvres de Mère Térésa, et dirige une organisation humanitaire. 
Celui-ci a présenté la vie de Mère Térésa, son oeuvre, sa pensée et ses propres expériences en Inde. 


Marcus Pohl dans son association en Inde (avec le signe de Shiva ?)

Comme vestige des temps passés, figure sur le catalogue des éditions Clovis (en France), un livre, écrit par le RP Marie Dominique OP (d'Avrillé), intitulé: Mère Térésa de Calcuta, vraie ou fausse charité ? dans lequel est exposé, à la lumière de la théologie traditionnelle, et en examinant en détail sa vie, ses déclaration et ses écrits, l'autre visage de cette icône du XXe siècle: le refus de convertir ceux dont elle s'occupait à la vraie Foi, un relativisme religieux poussé à l'extrême, une nouvelle conception de l'évangélisation, que Jean Paul II a voulu consacrer en béatifiant Mère Térésa. Et cette nouvelle conception de la mission, ne peut, sans aucun doute, que plaire au monde. Voici ce que disait la FSSPX de cette religieuse. 

Cette charité "supra catholique" de Mère térésa sera "élevée les autels" (invalidement) par le pape françois, à l'occasion de cette année de la néo-miséricorde, car François exprimé son désir de canoniser Mère teresa durant l'année de la Miséricorde, qui commencera le 8 décembre, comme un "signal de miséricorde pour le monde" au service des pauvres


Notons au passage que, dans le conseil de l'Ecole sainte Thérèse, figure Maximilian Krah...


Note Finale: cet article a été publié le 13 novembre au matin par Non Possumus. dans la journée du 13, l'article avait été supprimé du lien sur lequel il avait été précédemment publié, puis republié avec une légère modification de l'adresse web. Le webmaster consulterait il les sites de la "Pseudo-résistance", cette "caricature de la Tradition" ? vite, qu'il aille s'en confesser, peut être sera-t-on moins sévère avec lui qu'avec l'abbé Pinaud....

La page en allemand



La page complète, traduite en français à l'aide de Google Traduction

Le Texte, traduit avec Google traduction

lundi 9 novembre 2015

Pourquoi craignez vous hommes de peu de Foi ? (sermon abbé Salenave)

En Vendée, le 8 novembre 2015


Nouvelles de l'abbé Suelo


MESSAGE DU 7 NOVEMBRE:

Traduction faite par Reconquista (merci de votre indulgence pour la piètre qualité de la traduction)
 
Chers fidèles,
Fr Suelo ne nous revient pas, et dans le meilleur des cas, il est rendu inactif et ne peut plus revenir à son état normal. En raison de l'empoisonnement par le foie, le cerveau a été endommagé, mais il se réveille dans une certaine mesure, et répond un peu, la plupart du temps avec yeux: on l'appelle et il regarde de notre côté.
Fr Suelo ne peut pas respirer par lui-même, et l'appareil respiratoire est relié directement à sa trachée. Bien que le foie et les reins sont en voie de guérison, le cœur est en état critique, à 15% au lieu de la normale de 55%. Il y a une grande chance d'une crise cardiaque majeure.
Nous avons réussi à assurer une présence permanente à l'hôpital, et merci encore pour vos prières pour ce soldat du Christ.
Dans Iesu et Maria,
François Chazal +
 
 
Dear Faithful,
Fr Suelo is not coming back out, and in the best scenario he is disabled and can no longer go back to his normal state. Due to liver poisonning the brain has been damaged, yet it is waking up to some extent, with little response, mostly through his eyes: we call him and he looks on our side.
Fr Suelo cannot breathe by himself, and the respirator is directly connected to his trachea. Though the liver and kidneys are healing, the heart is critical at 15% instead of the normal 55%. There is a great chance of a major heart attack.
We managed to give a permanent presence at the hospital, and thank you again for your prayers for this Soldier of Christ.
In Iesu et Maria,
François Chazal+

samedi 7 novembre 2015

Nouvelles d'Austrasie: Austrasian report 6 (Juin Juillet 2015) (Miles Christi X)

Nous publions avec beaucoup de retard la traduction de cet Austrasian Report de l'abbé Chazal, qui a été publié en langue anglaise en septembre dernier, et en français dans le bulletin Reconquista n°12. Nous avons conservé les temps originaux, bien que ce rapport date partiellement de juin dernier. 





Soldats du Christ, 

Il n’y a qu’un glaive : la Croix, et sa poignée est Marie. 

Par deux fois nous avons cru perdre l’Abbé Suelo, d’abord à cause d’un grave problème de cœur, et plus récemment d’une brutale gastroentérite, puis la déshydratation a presque causé un arrêt cardiaque, dimanche dernier. L’Abbé Suelo est un méchant qui veut mourir sans permission… il ne veut pas nous dire où il a mal et notre cardiologue le Dr Viola nous a dit la même chose.

Par ailleurs, nous avons eu au séminaire une infestation de rats, l’Abbé Picot pense qu’il y en avait 5 (j’en ai vu un travailler en plein jour et il me regardait insolemment du haut de l’étagère de livres). Mais nous n’avons pas voulu nous avouer vaincus et nous leur avons offert un délicieux poison qu’ils n’ont pas pu refuser, et qui leur a causé une hémorragie interne, similaire au modernisme; tous ces rats ont été ratiboisés et je me suis maintenant réconcilié avec eux parce qu’ils ont accepté notre accord pratique et sont morts, tous jusqu’au dernier.

Maintenant ce sont les termites qui attaquent et elles sont très déterminées. Normalement, le bambou aurait du être traité avec de l’eau de mer mais nous sommes à environ 700 mètres au-dessus de la mer. Espérons qu’elles seront aussi raisonnables que nos bons rats... 


La FSSPX contre-attaque


mercredi 4 novembre 2015