samedi 22 septembre 2018

SCANDALE VIGANO (suite)

MENZINGEN ENTRE DANS LE DEBAT


Précédé par la Porte latine ( ! ) et par la Résistance, le site FSSPX-News sort enfin de son silence… pour se placer à la remorque de Mgr Schneider !

Le vrai mal, c'est le concile.
Menzingen ne veut pas le voir.
Chronologie des faits :

Peu après sa communication à deux journalistes italiens, le rapport Vigano paraît dans le quotidien La Verità du 26 août 2018.


Le même jour, comme plusieurs autres medias français ou étrangers, la Porte latine publie ce rapport, précédé d’un commentaire. Les sites de la Résistance font immédiatement écho à l’événement.

Dès le 31 août, certaines voix s’étonnent du silence de FSSPX-News, organe de Menzingen, sur le sujet.

Le 12 septembre, ce site publie un long article concernant l’enquête du Grand jury de Pennsylvanie sur les abus sexuels du clergé américain. Le nom de Mgr Vigano, et l’existence de son rapport, n’y sont pas mentionnés.

Le 21 septembre, soit près d’un mois après le déclenchement du scandale, FSSPX-News publie enfin un texte intitulé : « le terrible témoignage de Mgr Vigano sur le Cardinal McCarrick et son entourage ».

Simultanément, la Porte latine reproduit cet article sous un titre surprenant d’impertinence vis-à-vis de la Maison générale : « Affaire Vigano : la FSSPX relate les terribles faits ».

Doit-on déduire de cette formulation ambiguë qu’un esprit frondeur s’est installé à Suresnes, et que le scoop n’est pas la bombe de l’archevêque Vigano, mais plutôt que les autorités de la Fraternité en parlent enfin ?!

On s’étonnera donc qu’il ait fallu attendre presqu’un mois pour que Menzingen entre dans l’arène de ce pugilat ecclésial, comme si les Supérieurs de la Fraternité Saint-Pie X craignaient de prendre parti, afin de ménager l’avenir des discussions avec Rome.

A la fin du texte, FSSPX-News reprend huit propositions formulées par Mgr Athanasius Schneider, évêque auxiliaire d’Astana au Kazakhstan, en vue d’éradiquer définitivement les pratiques scandaleuses dénoncées par le rapport Vigano. Mais à quoi sert de se référer aux conseils d’un prélat conciliaire-conservateur quand on dispose de l’héritage historique de Mgr Lefebvre ?

En synthèse, ces propositions invitent à un ferme rappel du caractère peccamineux de l’homosexualité, à la mise en œuvre de mesures efficaces pour la prévention et la répression des comportements de cette nature au sein du clergé, à un retour à la pratique de l’ascèse, à l’esprit de réparation et d’expiation : excellentes choses, bien entendu.

Pour le reste, on demande le rétablissement de « la pureté et de la clarté de la doctrine catholique dans sa totalité » et le « renoncement à tout compromis et intrigue avec le monde » : bonnes formules, hélas trop vagues pour rendre Mgr Schneider crédible, et surtout enrayer efficacement la crise de la foi, puisque le vrai responsable de la catastrophe – le Concile Vatican II – n’est jamais désigné !

Comme le souligne à raison Mgr Williamson dans son Kyrie Eleison du 15 septembre, c’est d’abord le retour de Rome à la doctrine intégrale antilibérale et antimoderniste, et par conséquent la remise en question du Concile, qui sauvera l’Eglise de la ruine où elle s’enfonce.

Tant il est vrai que les transgressions des 6ème et 9ème commandements ne sont que la conséquence du refus du premier d’entre eux, à savoir la reconnaissance par l’homme de la souveraineté absolue de Dieu sur l’ordre créé, et de l’autorité de la Révélation transmise et explicitée par le magistère constant de la Rome catholique, maîtresse de Sagesse et de Vérité.

Qu’il nous soit donc permis, dans l’esprit de ce texte de Mgr Williamson - publié récemment sur ce site - , de suggérer aux Autorités de la FSSPX de remplacer les huit points de la liste de Mgr Schneider par trois mesures simples et concrètes centrées sur la restauration de la doctrine.

Cela consiste à demander au pape, comme Vicaire de Jésus-Christ, Successeur de Pierre, et Docteur de la foi :

1°) de dénoncer les erreurs de la culture libérale, en réaffirmant à l’encontre de la « liberté religieuse » et des « droits de l’homme sans Dieu », la Royauté sociale de Jésus-Christ,

2°) de rétablir le serment antimoderniste pour l’accès aux ordres de la hiérarchie ecclésiastique, dans le but d’enrayer le processus de corruption de la foi qui mène les âmes à l’apostasie et à la perdition,

3°) de condamner solennellement les textes de Vatican II contraires aux définitions irréformables du magistère antérieur, révoquant ainsi la prétendue autorité d’un concile « pastoral » qui se révèle être, cinquante ans après, le plus grand désastre de l’histoire de l’Eglise.

En outre, il serait rappelé au pape qu’il reste toujours à consacrer la Russie au Cœur Immaculé de Marie, selon la demande du Ciel transmise à Fatima, et dans les formes requises par cette demande.

« Mais le pape François ne fera rien de tout cela ! », objectera-t-on…

Raison de plus pour que des évêques, à la suite de ceux restés fidèles au combat de Mgr Lefebvre, et forts de leur autorité de successeurs des Apôtres, s’unissent pour le réclamer publiquement et instamment au Souverain pontife, à la face du monde catholique !

La doctrine remise en place, les mœurs devront rentrer dans l’ordre (pour autant que le permette la condition humaine déchue par le péché).

Et de cette conversion, on pourra espérer le rétablissement de la sainte Eglise, et Dieu aidant, la paix du monde promise à Fatima.

Que Saint Michel, fêté prochainement, nous accorde de porter fidèlement le message de Mgr Lefebvre, et montre aux autorités de la Fraternité Saint-Pie X les voies à suivre pour revenir à cette fidélité !


vendredi 21 septembre 2018

Le Rapport de Mgr Vigano

Mgr Vigano, prélat courageux
 qui se déclare aujourd'hui
menacé de mort. 

Kyrie Eleison n°583  

(15 septembre 2018)


Contrairement aux silences calculés de certains, Mgr Williamson explique aujourd'hui l'importance de l'affaire Vigano dans la crise actuelle de l'église. Cette affaire dévoile en réalité le mal profond que fut le concile Vatican II. 

Si la doctrine est faible, notre agir est dément.

Mais la vraie Foi en Dieu sauve certainement.


Mgr Vigano, archevêque, ancien Nonce apostolique aux Etats-Unis, vient de diffuser un rapport de 11 pages, donnant force détails et citant plusieurs noms, dans lequel il déclare qu’il existe aux Etats-Unis une immense corruption morale qui gangrène le clergé catholique. Il précise que la responsabilité des crimes mentionnés atteint le sommet de l’Eglise. Au moment où nous écrivons ces “Commentaires”, le scandale dénoncé par cet écrit est immense et entraîne des répercussions très étendues. À l’heure actuelle, personne ne peut dire quelles en seront les retombées ultimes. Un lecteur nous écrit à ce sujet et nous pose quatre questions que voici. Nous y répondons brièvement.


1. Que penser de la lettre de Mgr Vigano ? Est-ce aussi sérieux qu’il y paraît ?


Oui, parce que, chez Mgr Vigano, tout indique qu’il s’agit d’un homme honnête. En 2011, il a été éloigné de Rome et envoyé aux États-Unis. La raison de cet exil venait de ce qu’il tentait, avec succès, d’assainir les finances du Vatican. Au moment où nous écrivons ces lignes, il se cache parce qu’il craint pour sa vie : il a de sérieux ennemis.


2. La lettre sera-t-elle une bombe dans l’Eglise, ou un simple pétard mouillé, sans conséquences durables ?


Le temps le dira. Il est certain que le niveau élevé de corruption dans l’Eglise est comparable au niveau de corruption des pouvoirs en place dans le monde, que ce soit parmi les politiciens, les banquiers, les medias, etc. Satan règne parce que les satanistes sont liés entre eux dans tous les domaines. Si c’est en leur pouvoir, ils ne vont certainement pas permettre à un simple archevêque de bouleverser leurs plans. En fait, c’est Dieu qui tient le fléau en main. Est-ce que les gens vont se tourner vers Lui, oui ou non ? Sinon, Il permettra aux serviteurs de Satan de continuer à flageller l’Eglise jusqu’à atteindre le Nouvel Ordre Mondial. Si les hommes se tournent vers Lui, nous obtiendrons bientôt la Consécration de la Russie.


3. Ce scandale va-t-il faire réfléchir Menzingen sur l’opportunité de poursuivre la recherche d’une reconnaissance par le Pape et par Rome ?


Ce devrait certainement être le cas mais, hélas, je crains qu’il n’en soit rien. Car, depuis de nombreuses années, le siège de la Fraternité à Menzingen est dans les nuages et les libéraux ne changent pas de doctrine. Pour eux, c’est la réalité qui est dans l’erreur. C’est pourquoi il faut obtenir à tout prix la reconnaissance officielle de la Fraternité par Rome ; le Pape François doit donc être traité comme un ami. Peut-être que Menzingen pourrait admettre qu’ils ont eu tort pendant 20 ans. Mais cela ne leur facilitera pas un changement de cap. A l’inverse, Mgr Lefebvre avait décidé il y a 30 ans de ne pas suivre les Papes conciliaires. Le rapport de Mgr Vigano ne l’aurait pas surpris.


4. Qu’est-ce qui a rendu Mgr Lefebvre si clairvoyant ?


La Doctrine. Grattez beaucoup d’occidentaux matérialistes d’aujourd’hui ; vous trouverez un héritier du protestantisme qui tend à filtrer un moucheron mais avale un chameau (Mt. XXIII, 24). Ce qui signifie qu’il est plus sévère pour les péchés de la chair que pour les péchés de l’esprit, tels que les erreurs doctrinales ou les hérésies. Toutefois, les péchés de la chair sont suffisamment graves pour contribuer à la damnation éternelle d’un grand nombre d’âmes qui tombent en Enfer – c’est ce qu’a dit Notre Dame aux enfants de Fatima. Mais c’est l’hérésie qui ouvre la voie à ces péchés. Voir Romains I, 21 à 31. Enfreindre le premier commandement conduit à l’impureté en général (21–24), à l’homosexualité en particulier (26–27), et à toutes sortes d’autres péchés (28–32). En d’autres termes, c’est le premier commandement qui est vraiment le Premier, et non le sixième.

Ainsi, le véritable scandale dénoncé par Mgr Vigano est implicite plutôt qu’explicite. Car c’est l’idolâtrie officielle de Vatican II, présente dans les documents du Concile, qui a contribué, plus que n’importe quoi d’autre, à supprimer les freins catholiques à l’immoralité. Cela a entraîné le vice des péchés de la chair qui maintenant se déchaînent chez les hommes d’Eglise de haut rang. Si, comme l’affirme Dignitatis Humanae, aucun Etat ne doit opposer de contraintes aux fausses religions, pour quelles raisons devrais-je observer la morale catholique qui pose des limites explicites à ma liberté ? Si l’enfer n’est qu’une simple “doctrine” de l’Eglise, pourquoi devrait-il m’empêcher de pécher comme bon me semble ? Dans Nostra Aetate, ou Unitatis Redintegratio, Vatican II déclare que plusieurs religions à côté du catholicisme ont leurs bons côtés. Mais alors, n’est-ce pas l’Eglise catholique elle-même qui m’enseigne que je n’ai pas vraiment besoin d’être catholique ?

Kyrie eleison.

mardi 18 septembre 2018

Aveux convergents sur le ralliement de la FSSPX

Aveux de prêtres 
Nous reproduisons intégralement l'analyse publiée sur le forum de la fidélité au sujet des aveux convergents de prêtres de diverses tendances sur la question du ralliement de la FSSPX. Le piège de ce ralliement, qui ne veut pas donner son nom, est terrifiant pour les âmes car, sans un grand effort de rupture, celles-ci risquent inévitablement de glisser dans l'église conciliaire.


Aveux convergents des abbés de Tanoüarn (IBP) et Celier (FSSPX) : Le ralliement de la Fraternité à Rome... c'est déjà fait !

Le « CLUB DES HOMMES EN NOIR »  12 SEPTEMBRE 2018 – L’Homme Nouveau.
_________________________________

TRANSCRIPTION DE LA FIN DE LA VIDEO (Mise en ligne sur Youtube : https://youtu.be/6Bhmppt3IjM).

NB : la transcription a dû tenir compte des conditions de l’émission, conversation à cinq personnes fréquemment interrompue par les digressions des uns et des autres. En outre, on a éliminé certaines redondances ou circonlocutions verbales, lorsqu’elles n’altèrent pas le sens du propos. Les ajouts entre parenthèses italiques éclairent le contexte ou apportent des précisions utiles à la compréhension.

Nous avons surligné en gras les passages les plus importants.
____________________________________

(à partir de la mn 45:30)



(A propos de la nouvelle équipe constituant le Conseil général élu par le Chapitre) 

Abbé G. de Tanoüarn : (…) Je ne crois pas que cette élection soit un non-événement (…). Il y a la possibilité d’un changement de cap, en particulier dans la politique « accordiste » ou « non accordiste » avec Rome.
Et là, Mgr Alfonso de Galarreta (…), Premier Assistant (…), a sur ces questions des opinions qui ne sont pas secrètes (…) et qui sont des opinions de très grande prudence.
L’équipe précédente a été accusée (…) de vouloir aller trop vite dans l’accord. L’équipe qui vient d’être élue (par le Chapitre) est une équipe qui veut manifestement ralentir (…), au moins ralentir le processus d’intégration de la Fraternité dans l’Eglise.
Le paradoxe (…), c’est que sans qu’ils aient rien demandé, le pape François (…) est en train de leur donner la communion (avec l’Eglise) par morceaux, et sans contrepartie.
Au nom de l’Année de la miséricorde, il leur a donné le droit de confesser, (de conférer)  l’extrême-onction, puis de faire des mariages, bref la pratique sacramentelle (…) des prêtres de la Fraternité Saint-Pie X est aujourd’hui tout à fait légitime dans l’Eglise, et légitimée par le pape lui-même (…).
(…) 
François (…) est le pape qui fait le plus pour la Fraternité Saint-Pie X dans l’Eglise.
(…) 

(au sujet de la communion ecclésiale accordée « par morceaux »)

Je ne suis pas sûr que la Fraternité Saint-Pie X demande davantage que ce qu’elle a obtenu aujourd’hui du pape François, et c’est cela qui est amusant, c’est qu’on a une (nouvelle) équipe qui ne veut plus faire d’accord, mais l’accord a été fait !... et finalement tout le monde est bénéficiaire dans cette affaire : ceux qui disent « on ne fera pas d’accord » peuvent continuer à le dire, parce que de toute façon l’accord existe, concrètement, pratiquement.
Un prêtre, c’est l’homme qui donne les sacrements, et les sacrements peuvent être donnés en toute légitimité, aujourd’hui, par la Fraternité Saint-Pie X dans l’Eglise.


Abbé G. Celier : Je précise bien que cette nouvelle équipe ne s’est aucunement opposée à ces nouvelles facilités (…). Je pense que le processus va continuer, c’est-à-dire qu’effectivement, il y aura toujours des discussions avec Rome, et que si le pape François est dans le même état d’esprit, on pourra lui demander d’autres choses, et il les lâchera… je ne sais pas, je ne sais ce qu’on va lui demander (…)


Abbé G. de Tanoüarn (évoquant en outre la reconnaissance au bénéfice de la Fraternité de la compétence de première instance pour les cas judiciaires relevant de son fonctionnement interne)
(…) C’est quand même un changement considérable !

Abbé G. Celier :  (c’est pourquoi si l’on veut comparer)  la nouvelle équipe (à l’ancienne), le résultat pratique est à peu près le même


Notre commentaire :

Ô paradoxe ! Tandis que Menzingen fait profil bas sur les turpitudes de l'Eglise conciliaire, comme si l'on voulait ménager le pape François, c'est de la bouche même des ralliés (abbé de Tanoüarn) et de leurs amis "accordistes" de la FSSPX (abbé Celier, par exemple) que sort désormais la vérité sur la position exacte de la Fraternité vis-à-vis de Rome.

Il n'y a plus à attendre qu'un accord officiel soit conclu... puisque l'accord existe en fait depuis la fin 2015. Mais ce n'est pas vraiment un "accord"... puisque le pape a agi seul en conférant unilatéralement la juridiction (par morceaux, sacrement par sacrement) à la Fraternité : celle-ci n'a rien demandé, elle s'est contentée de remercier !

Il suffisait d'y penser !

Les choses sont donc très bien comme elles sont, dans le jeu subtil d'un "je t'aime / moi non plus !" : les "résistants internes" croient sincèrement que la nouvelle équipe élue en juillet leur évitera le ralliement tant redouté, et les bons fidèles, abusés par ce théâtre auquel ils ne comprennent rien, espèrent qu'ils resteront dans le combat de Mgr Lefebvre en suivant docilement leurs pasteurs !

Mais est-ce ainsi qu'on croit tromper Dieu Lui-même ?!


Ordinations  des capucins par Mgr de Galarreta 
en ce 17 septembre 2018.
Mgr de Galarreta le 2 juillet 2016 à Saint Nicolas : "J’ai avec moi la lettre qui m’a été donnée par Son Excellence Monseigneur Fellay, où la Congrégation de la doctrine de la Foi nous dit, a dit à Monseigneur, que nous pouvons procéder aux ordinations sans demander la permission des Ordinaires du lieu ; qu’il suffit de leur donner les noms des ordonnés, chose que nous ferons bien sûr, opportunément. Alors nous ne sommes ni schismatiques, ni des illégaux."

dimanche 16 septembre 2018

Sermon : La vertu de religion

Monsieur l'abbé Pivert a donné ce sermon à Paris ce 9 septembre 2018.  Il commente et rend le vrai sens de ce que dit Saint Thomas d'Aquin à propos des actes extérieurs de cette vertu.


Nous témoignons à Dieu honneur et révérence non pour lui-même, parce qu’en lui-même il est plein d’une gloire à quoi la créature ne peut rien ajouter, mais pour nous-mêmes ; car révérer Dieu et l’honorer, c’est en fait lui assujettir notre esprit, qui trouve en cela sa perfection. Toute chose en effet trouve sa perfection dans la soumission à ce qui lui est supérieur. Ainsi le corps vivifié par l’âme, l’air illuminé par le soleil. Mais pour rejoindre Dieu, l’esprit humain a besoin d’être guidé par le sensible : car, écrit l’Apôtre (Rm 1, 20) : « C’est par le moyen des choses créées qu’apparaît au regard de l’intelligence l’invisible mystère de Dieu. » C’est pourquoi le culte divin requiert nécessairement l’usage de réalités corporelles, comme de signes capables d’éveiller en l’âme humaine les actes spirituels par lesquels on s’unit à Dieu. Ainsi la religion a des actes intérieurs qui sont principaux et qui d’eux-mêmes lui appartiennent. Mais elle y ajoute, à titre secondaire, des actes extérieurs ordonnés aux actes intérieurs.
IIa IIae, q 81, a 7

jeudi 13 septembre 2018

L'abbé Yann Vari Perrot, un prêtre pour notre temps

Pour faire suite à la conférence que M l'abbé Salenave avait donnée à Morlaix sur l'abbé Perrot, nous vous proposons aujourd'hui l'audition de celle de M Caouissin, grand connaisseur de ce prêtre, figure du catholicisme Breton au XXème siècle. On connaît sa fin tragique (assassiné par les communistes en 1943)  mais sans doute moins son combat contre les ennemis de la civilisation chrétienne. Ce grand prêtre aurait pu et dû devenir un évêque qui, s'il l'avait connu, aurait soutenu l'oeuvre de Mgr Lefebvre tant il avait saisi l'importance de la politique au service du Christ Roi. Nous pourrions dire que M l'abbé Perrot fut la réponse pratique et militante du Règne de Notre Seigneur en Bretagne. 
Loin des compromissions, M l'abbé Perrot est allé jusqu'au bout de son sacerdoce en montant avec son Maître au Calvaire pour sauver les âmes des maux que leur infligent les erreurs modernes. Un modèle à imiter.



mardi 11 septembre 2018

Le Saint-Esprit à notre secours en tout temps

Le Père Lefebvre : un vrai missionnaire du Saint-Esprit
Nous publions ce texte sur l'action du Saint Esprit. Nous le pensons très à propos et riche de conséquences pour notre vie spirituelle et morale dans le contexte actuel.

Ce n'est certes pas un hasard que Mgr Lefebvre ait été une des fleurs de la congrégation spiritaine, congrégation toute dévouée au Saint Esprit. En effet, si la vie catholique ne peut exister sans l'action de la grâce, il est encore plus vrai que, pour se maintenir dans la justice divine (sainteté) dans les temps éprouvants que nous connaissons, cela n'est possible que par une intervention spéciale et régulière de l'Esprit septiforme. Car la crise dans l'Eglise ne se limite pas à une crise intellectuelle ou morale, ce sont en réalité tous les démons qui, par permission divine et des péchés humains, désorientent les pauvres âmes, qu'elles soient de simples baptisés, des prêtres, des évêques et jusqu'au pape lui-même que nous constatons être sous une emprise spéciale des idées libérales. Personne n'échappe donc aux actions malicieuses et insidieuses de l'esprit infernal et ce n'est pas avec la simple sagesse humaine, même la plus fine et pénétrante qui soit, que les âmes pourront échapper à ces esprits bien supérieurs à tous les hommes les plus géniaux. 



Le bon sens et la simple vertu ne suffisent pas pour nous sauver. Cet adage vaut pour tous les temps et plus encore pour le nôtre. 


Le RP Lallemant affirmait déjà au XVIIème siècle que "la cause que l'on arrive fort tard à la perfection c'est qu'on reste trop naturel".

Même les bons chrétiens ont tendance à agir trop suivant les simples lumières de la raison (certes éclairées par la Foi) mais bien peu vivent intégralement au niveau des exigences du Saint-Esprit. Et cette tentation de "naturalisme" est même très forte dans nos milieux catholiques de la Tradition. Comme le monde moderne maçonnisé dès le plus jeune âge vit au niveau de la conte-nature et trouve normal les pires péchés, nous aurions l'impression d'être des "grands saints" par rapport à ce monde si pervers.  Nous apparaissons déjà suffisamment intégristes pour ne pas en exiger plus. Et pourtant nous sommes dans l'erreur...

Il faut nécessairement vivre au niveau du Saint-Esprit pour être appelé catholique vrai. Car selon St Laurent Justinien, le Saint-Esprit va nous donner une triple science : 

1° Il va d'abord nous délivrer de l'ignorance du vrai et du faux. Dans l'ordre naturel, nous nous trompons bien souvent. Il y a par exemple de vrais faussaires pour nous repasser des faux billets de banque : on aura besoin de détecteurs de faux billets pour distinguer les vrais des faux billets. Dans l'ordre surnaturel, c'est encore plus vrai : ce monde nous échappe grandement et les illusions démoniaques sont innombrables. Il y a peut être des signes extérieurs (cf discernement des esprits) mais ils ne sont justement qu'extérieurs. Il faudra donc demander le secours du Saint-Esprit pour voir le vrai et le faux. 


Pour être actuel, parlons par exemple du dernier chapitre de la FSSPX : certains ont trouvé que tout s'était presque arrangé, qu'il n'y avait plus de raisons valables pour quitter la FSSPX car le nouveau supérieur pourrait finalement tout remettre en ordre. Illusion du démon ? Vrai ? faux ? S'il y a bien un signe du Saint-Esprit, c'est la pleine vérité, l'absence d'ambiguïté surtout en ce qui concerne la Foi. C'est ainsi que beaucoup ont vu que le concile Vatican II n'était pas de Dieu : tout  y est truffé d'ambiguïtés, de contradictions, de considérations creuses et molles et rien pour prévenir les âmes des pièges qui les entourent : il est évident que ce n'est pas le Saint-Esprit qui parle par ce concile mais un autre esprit : le démon libéral. Et le chapitre ? Que dit-il ? Il affirme suivre "intégralement" la déclaration de 1974 mais il n'en publie que les passages gentils et sans conséquences pratiques. C'est  trop humain,  trop mou, trop ambigu pour être du Ciel. Le Saint-Esprit nous éclaire de façon négative : il ne faut pas suivre cette voie : c'est celle des hommes qui veulent faire la paix avec les ennemis de la Foi. 


2° Au point de vue moral, le Saint-Esprit va nous faire trouver le juste milieu à atteindre pour ne pas glisser dans un excès ou dans un autre. Naturellement on arrive assez facilement à déterminer le juste milieu moral : entre la gourmandise et l'anorexie, on arrive tout de même à trouver l'équilibre. Mais dans l'ordre surnaturel la chose est moins simple car c'est beaucoup plus élevé par nature. C'est encore le Saint-Esprit qui va nous faire trouver le point de référence. La raison, éclairée par la Foi, peut certes le trouver mais c'est le Saint-Esprit qui, en le confirmant par Ses lumières, va en outre nous aider à nous maintenir au niveau des exigences surnaturelles. 


La catholiques ont été ainsi confrontés à des cas difficiles : faut-il assister à la Messe paroissiale avec un prêtre qui dit la messe Paul VI en latin ou alors faire des dizaines de km pour avoir une bonne Messe traditionnelle (ou sanctifier le dimanche à la maison en famille) ? C'est le Saint Esprit qui nous éclaire en nous faisant sentir les dangers pour notre Foi, le vide spirituel ou les troubles après le sermon par exemple ... Et le Saint-Esprit continuera à agir de la même façon aujourd'hui : dans la crise de la FSSPX, il nous fortifiera dans une décision à prendre pour le long terme. Une fois prise la décision de couper avec l'esprit du monde (libéral ou conciliaire), le Saint-Esprit nous aidera à nous y maintenir. Ayons confiance en Lui plus qu'en nos simples forces et décisions humaines (certes nécessaires). 


3° Enfin le Saint Esprit va nous aider à distinguer entre l'utile et le nuisible. Certains choses peuvent nous apparaître naturellement nuisibles alors qu'elle nous seront utiles à long terme. Ainsi Saint Paul demandait à être délivrés de sa tentation; mais non le Saint-Esprit lui révéla que ce "stimulus carnis" lui était plus nécessaire... afin qu'il comprît l'importance de la grâce seule qui sauve.

Dans une communauté, on peut parfois être gêné par des personnes importunes, pénibles etc ... faut il
s'en séparer ? Peut être pas. Le Saint-Esprit nous indiquera Sa Volonté.

A l'occasion d'une fondation ou de l'achat d'une maison : il y a l'attirance d'une belle et  tranquille  gentihommière dans la campagne : attention ! C'est peut être une idée de la nature et non de la grâce....Ce n'est pas ainsi que le Père Kolbe avait fait à Nagasaki : il avait acheté une maison bizarrement placée mais tous les pères furent sauvés par cet emplacement à l'occasion de l'explosion de la bombe atomique.  Le terrain se trouve sur une longue crête dans le sens opposé à la ville et à l'ensoleillement : personne n'avait compris ce choix. Mais après le cataclysme de la bombe atomique, il restera seul intact et personne ne périra dans l'enceinte du Couvent qui avait été baptisé, à sa fondation, Mugenzaï no Sono : Le Jardin de l'Immaculée… Le choix du lieu devint alors compréhensible ! Et aujourd'hui, ce jardin ne serait-il pas près d'une certaine communauté dominicaine, des évêques et de son séminaire ?

Le catholique doit réfléchir mais toujours sous la motion du Saint-Esprit sans quoi il ne verra pas le bien à faire, ou s'il le voit, ce n'est pas très clairement et il aura toute la peine du monde à le suivre.

Pourquoi si peu de catholiques suivent et comprennent Mgr Lefebvre et actuellement Mgr Williamson dans les questions romaines ? Beaucoup trouvent que cela manque de diplomatie. Rome est matériellement plus forte que la Tradition alors il faut composer, prendre le temps etc ... En vérité, cette vision n'est rien moins que naturaliste et ne peut finir que là où finit la nature seule : à l'échec de l'oeuvre divine. Puissions-nous vivre un peu plus avec le Saint-Esprit et être docile à Ses voies pour ne pas faire échec au plan divin.

A suivre .....


TM

samedi 8 septembre 2018

Où va la « Résistance » – II

Kyrie eleison DLXXXII ( 8 septembre 2018 )

Résistants glorieux, vous devez résister !
Dieu sait bien ce qu’Il fait. On ne peut désister.


Lorsque Jean-Paul II fut élu Pape en 1978, nombre de catholiques espérèrent de tout leur cœur que la situation dans l’Église s’améliorerait par rapport à celle qu’ils avaient connue sous Paul VI. Mais je me souviens de Mgr Lefebvre disant, « Si Jean-Paul II ne fait pas le ménage à Rome dans les six premiers mois de son pontificat, il ne pourra plus rompre avec la politique établie par Paul VI ». Il en va de même avec l’abbé Pagliarani : s’il tarde à faire le ménage au sommet de la Fraternité St Pie X, les partisans de Mgr Fellay l’empêcheront d’apporter des changements significatifs dans la politique désastreuse pratiquée par son prédécesseur. Le pourrissement qui a commencé à la tête de la Fraternité avec le GREC dans les années 1990 a eu suffisamment de temps pour s’enraciner profondément.

Par conséquent, si quelqu’un suppose que le nouveau Supérieur Général de la Fraternité la remet sur le bon chemin, et par là met en question la nécessité de la “Résistance”, il faut d’abord répondre qu’il n’est pas encore certain que la Fraternité revienne sur la bonne voie. « Wait and see », disent les Anglais. L'abbé Pagliarani est un homme bon, il veut certainement bien faire, et nous prions pour lui. Mais s’il pense qu’il n’y a rien de plus pressé que d’unir les libéraux et les anti-libéraux au sein de la Fraternité en ayant recours à des compromis politiques et des calculs humains, jamais il n’enrayera l’actuelle dégringolade de la Fraternité. Notre Foi est notre victoire sur le monde, dit saint Jean (I Jn. V, 4), et non notre politique. C’est pourquoi les résistants, ce petit groupe dispersé d’évêques, de prêtres et de laïcs qui font ce qu’ils peuvent pour résister à la politique désastreuse de Rome et de Menzingen, ne peuvent pas se permettre de renoncer, aussi désorganisés soient-ils par ailleurs, aussi inefficaces qu’ils puissent paraître. Dans l’Église, il faut absolument qu’il y en ait qui poursuivent le combat de Mgr Lefebvre.

Mais il y a un deuxième point. Imaginons un converti, conduit par la grâce de Dieu à la Foi catholique. C’est possible, même aujourd’hui. Selon la doctrine de la Foi, elle doit nécessairement se trouver incarnée quelque part. Or, il est vraisemblable qu’il ne trouvera rien qui lui corresponde dans les bouffonneries du Novus Ordo. En s’éloignant donc de l’Église conciliaire, il ira vers la Tradition. Il trouvera la Fraternité Saint Pie X, mais découvrira qu’elle cherche à se faire conciliaire. Vers quoi pourra-t-il encore se tourner ? S’il n’y a pas de “Résistance”, ne risque-t-il pas d’abandonner le Christ incarné ? Voilà pourquoi dans l’Église il faut absolument qu’il y en ait quelques-uns qui s’efforcent de vivre selon les principes doctrinaux et moraux de la vraie Foi de 20 siècles. Faute de quoi, il risque d’y avoir des âmes qui concluent à l’obsolescence de cette Foi dans le monde actuel. Pour les mêmes raisons, pour ne pas s’écraser dans la Foi, les quelques âmes qui lâchent le trapèze de la Fraternité ont besoin d’un filet de sécurité catholique, qu’il porte ou non le nom de la “Résistance”.

Troisièmement, il existe de nombreuses façons de mélanger l’eau au whisky, mais toutes dépendent de celui qui produit le whisky pur. De même, il y a une variété encore plus grande de façons d’accommoder Notre-Seigneur avec le monde, mais toutes dépendent d’un certain nombre de personnes qui maintiennent, non pas seulement en paroles mais dans leur vie, un exemple visible pour tous de la vraie vie catholique. Cette fonction a toujours été remplie par les Ordres religieux et les Congrégations de l’Église. D’où leur importance. Après leur ruine suivant le Concile, cette fonction a été remplie surtout par Mgr Lefebvre et la Fraternité qu’il a fondée. Mais aujourd’hui dans le monde entier on nous parle d’une Fraternité diluée par Mgr Fellay donnant un exemple de vie et de moralité catholiques de plus en plus faible. Or, dans l’Église il faut quelqu’un qui continue de témoigner, en s’efforçant de vivre selon les normes élevées de doctrine et de morale exigées par Notre-Seigneur Lui-même (Mt. V, 48).

Et, quatrième raison pour que la “Résistance” ne démissionne pas, n’abandonne pas, ne renonce pas au combat fatigant pour la Vérité : elle ne peut pas se démettre car, si elle le faisait, « les pierres elles-mêmes se mettraient à crier », dit Notre Seigneur (Lc XIX, 40). En d’autres termes, l’humanité entière peut bien essayer d’étouffer la Vérité, mais ce ne sont pas les hommes, c’est Dieu qui gouverne le monde ; or Dieu ne permettra jamais que la Vérité disparaisse totalement, parce que cela irait directement contre le dessein qu’Il a eu en créant le monde, à savoir : peupler le Ciel.

C’est pourquoi la “Résistance” peut demain, ou après-demain, changer de forme – et à cet égard, sa souplesse actuelle présente un réel avantage ! – mais sous une forme ou une autre, Dieu fera en sorte qu’elle continue (cf. Is. VI, 9–11). Continuons !

Kyrie eleison.

jeudi 6 septembre 2018

Affaire "Mc Carrick" : Silence de Rome et silence scandaleux de la FSSPX

Mgr Williamson a  déjà abordé ce sujet dans le dernier Kyrie Eleison la semaine passée, comme l'a aussi fait le site Non Possumus. Reconquista attendait d'avoir quelques éléments supplémentaires pour publier un article sur la question. 



Depuis le 22 août, les révélations de Mgr Vigano, concernant les agissements de l'ex-Cardinal Mc Carrick, ont suscité beaucoup de remous, sauf sur les sites de la FSSPX. 

Sur un forum, un de nos amis a, en effet, fait remarquer le silence total du site FSSPX-News sur les révélations de l'archevêque Vigano.

A ce jour, rien ne figure de cette affaire sur le site en question. Si on tape "Vigano" dans le moteur de recherche interne de FSSPX News, on ne trouve rien sur ce point brûlant de l’actualité. C'est incroyable.

A noter que le site La Porte Latine a bien reproduit dès le 26 août la déclaration de Mgr Vigano. Mais chacun sait que la France constitue une réserve à tendance résistante dans la Fraternité. Ménager son public en laissant publier quelque révélation fracassante peut contribuer à calmer le jeu en interne, dès lors que la seule vraie « ligne » officielle de la FSSPX – celle qui est entendue et comprise à Rome - continue à être définie et conduite depuis la Maison Générale de Menzingen .


Une explication possible


Il faut s'arrêter quelques instants sur les sources du site FSSPX-News . Nous retrouvons régulièrement le site "cath.ch" comme site de référence (à côté de "La Croix", " Le Figaro", " lumen fidei"). Il n'y quasiment aucun site vraiment traditionaliste comme source des informations. Le désir de neutralité aboutit à un alignement idéologique sur les pires ennemis de l'Eglise. 

Et comme tous ces sites progressistes (ou pseudo conservateurs) contre-attaquent actuellement face aux révélations de Mgr Vigano, il n'est donc pas du tout étonnant de voir que la ligne éditoriale de FSSPX-News (et donc des supérieurs de la FSSPX) se situe désormais dans la défense du pape actuel et le silence sur ces faits scandaleux. 

A ces raisons se rajoutent peut être des motifs politiques. La nouvelle FSSPX recherche un modus vivendi avec la Rome conciliaire pour asseoir sa légalité canonique. De plus les évêques de la FSSPX vieillissent et il faut ménager Rome pour obtenir une succession. 


Ce silence est vraiment un désastre pour la Tradition car la Providence tendait la perche pour laminer les progressistes durs. Et même les ralliés de la première heure l'ont bien compris. Le silence de la nouvelle FSSPX ne fera donc que renforcer le Pape François dans sa tyrannie progressiste. Merci Menzingen !!


Or l'affaire s'arrête-t-elle à ces révélations sur les turpitudes morales de cet évêque ?  Ou n'est-ce qu'un arbre qui cache la forêt ?  Le temps passant, les langues se délient et d'autres aspects de l'affaire se font jour.


mercredi 5 septembre 2018

Croisade de la Charité



En ce mois de septembre, nous fêterons le centième anniversaire de la stigmatisation du Padre Pio et le cinquantième anniversaire de sa mort. A travers quelques extraits de lettres de direction qu'il rédigea, c'est  lui que nous donnera quelques conseils pour grandir en Charité durant ce mois ! 

mardi 4 septembre 2018

Où va la “Résistance” ? – I

Mgr Williamson évoque ici courageusement les derniers scandales qui ont été révélés aux Etats Unis touchant l'Eglise conciliaire (Nous reviendrons ultérieurement sur l'affaire Vigano au sujet de laquelle le silence assourdissant de la maison  générale de la FSSPX met très mal à l'aise). La cause de ces monstrueux scandales est bel et bien la crise la foi et le réseau d'invertis qui a infiltré l'Eglise.


Kyrie eleison DLXXXI ( 1er septembre 2018 )


Résistants, résistez ! Pourquoi ce désarroi ?
Qu’est-ce qui sauve l’Église ? Résister dans la Foi !


S’il quelqu’un s’interroge encore aujourd’hui sur le rôle que doit jouer le mouvement de “Résistance” catholique, de récents événements survenus aux Etats-Unis rendent la réponse plus évidente que jamais : il doit garder la Foi ! En effet, l’État de Pennsylvanie, aux USA, a procédé le mois dernier à la publication officielle d’un document de 800 pages établissant, sans doute possible, la culpabilité de hauts dignitaires de l’Église catholique pour des crimes abominables perpétrés contre la loi du pays et contre la loi de Dieu. C’est pourquoi des millions de catholiques sont tentés, aux USA mais aussi ailleurs, de douter de la Foi et de quitter l’Église. C’est ainsi qu’un lecteur de ces “Commentaires” nous indique trois liens de sites Internet inquiétants, et il écrit :

“Mon cœur me fait mal. Ce n’est pas là ce que le Christ nous a enseigné. Je pleure amèrement et je suis pourtant un dur qui ne pleure pas souvent. Mais pour moi, c’est insupportable. Pardonnez-moi, mais si cela doit continuer ainsi, je vais me faire Orthodoxe ou je vais complètement perdre la tête. Cette monstruosité me fait craquer. J’en souffre physiquement, cela me fait mal à la poitrine. C’est à devenir fou. Toutes les prières et les Messes sont vaines si ces crimes sont commis par ceux qui font ces prières et ces Messes. Notre-Seigneur est culbuté par ces hérétiques ! Je n’en peux plus !”

Effectivement, le péché existe. Et le péché continuera d’exister jusqu’à la fin du monde, même parmi les prêtres et les évêques, parce que Dieu ne leur enlève pas le libre arbitre. Aucun législateur avisé, que ce soit dans l’Église ou dans l’État, ne compte sur une simple législation pour faire disparaître le péché. Seule la grâce de Notre Seigneur Jésus-Christ est capable de purifier les âmes du péché (Rom. VII, 24, 25). L’ État, lui, reste fondamentalement impuissant lorsqu’il s’agit de guérir les misères humaines les plus profondes, que ce soit chez les prêtres, dans les familles ou parmi les nations. Son devoir est de faire de son mieux pour protéger ses citoyens, mais tous les hommes d’État intelligents et honnêtes reconnaissent que seule l’Église catholique possède en plénitude les moyens d’atteindre les profondeurs de l’âme humaine en apportant la guérison. C’est pourquoi ces gouvernants feront de leur mieux pour favoriser l’Église et ce, pour le bien de l’État ; ils protégeront de leur mieux la réputation des évêques et des prêtres, en laissant à l’Église de s’occuper de ses propres criminels – si tant est qu’elle le veut. Toutefois, au cas où l’Église refuse de s’en occuper, il devient du devoir de l’État d’intervenir.

Le comble du scandale dans ces cas actuels de maltraitance sur des adolescents et des enfants par les ecclésiastiques, c’est l’ampleur de ces crimes, leur dissimulation systématique par des ecclésiastiques de haut rang, et la hauteur hiérarchique de certains d’entre eux, remontant jusqu’au sommet de l’Église. En fait, aux États-Unis ce scandale est de notoriété publique depuis des dizaines d’années. Il est donc impossible que Rome l’ait ignoré. Pourtant, depuis des dizaines d’années, un réseau d’homosexuels détient un immense pouvoir au sein des structures et de la hiérarchie de l’Église. C’est au point qu’ils exercent à Rome un contrôle important sur la nomination des évêques et, dans les diocèses, sur le choix des séminaristes. Il peut être de plus en plus difficile de devenir évêque ou prêtre sans faire personnellement partie de ce réseau.

Comment expliquer un tel désastre parmi tant d’hommes d’Eglise ? La seule explication proportionnée est la perte de la foi, déchaînée par le Concile Vatican II (1962–1965). A l’issue du Concile, le Bréviaire, puissant protecteur de la persévérance du prêtre, et la Messe, raison d’être de son existence, ont été tous les deux mutilés et diminués ( Sacrosanctum Concilium, chapitres II et IV ). Qu’on soustraie à un homme sa raison d’être : il cherchera à se satisfaire ailleurs. Il y a un commentateur américain qui impute ce désastre au satanisme, péché orienté directement contre Dieu et, en tant que tel, bien plus grave que les péchés de la chair. Mais les hommes ne se tournent vers Satan que lorsqu’ils se sont détournés, ou ont été détournés, de Dieu. N’est-ce pas Vatican II dont il faudrait dire qu’il a détourné de Dieu toute l’Église ?

Kyrie eleison.

Retraite au Séminaire



A partir de ce 3 septembre, fête de Saint Pie X, et jusqu'au 8, Nativité de Notre-Dame, les séminaristes de 2ème, 3ème et 4ème année du Séminaire Saint Louis-Marie Grignion de Monfort suivent leur retraite de rentrée.

Nous les confions à vos prières.