mercredi 22 juin 2022

Juin en Malaisie


Après avoir observé la situation avec inquiétude pendant des années, la Malaisie a enfin décidé de franchir le cap .

Le déclencheur fut la collaboration avec le diocèse et l'adjonction des fidèles libéraux du mouvement Una Voce, combiné à toute une série d'indélicatesses.  Un immense merci à M. l'abbé Morgan qui a assuré le mois de juin et la procession de la Fête Dieu à Kuala Lumpur pour ces quelques 70 nouveaux fidèles.












Rerum Novarum I

 KE 777 (4 juin 2022)   

Les Globalistes avides de pouvoir amènent 
Le Socialisme et sa douleur inhumaine.

Karl Marx n’a-t-il pas dit que le Communisme pouvait se résumer en une seule expression : « l’abolition de la propriété privée » ? Et Klaus Schwab, Globaliste parmi les Globalistes, n’a-t-il pas dernièrement promis à toute âme vivante que, sous le Globalisme, « vous ne posséderez rien mais vous serez parfaitement heureux » ? Tout ceci ne révèle-t-il pas que le Globalisme est par définition une continuation du Communisme ? Mais pourquoi une telle détestation de la propriété privée ? Parce que ces êtres sans-Dieu veulent mettre un terme à toute société humaine qui ait encore la moindre croyance, ou le moindre respect pour Dieu et ses dix Commandements : 7) tu ne voleras pas ; 10) tu ne convoiteras pas injustement le bien d’autrui. Soit deux Commandements sur dix pour établir le principe de la propriété privée parmi les hommes. La guerre moderne contre la propriété privée est, entre autres choses, une guerre de l’homme moderne contre Dieu. 

L’Église catholique défend les intérêts du Bon Dieu, elle défend donc la propriété privée contre les Socialistes, les Communistes, les Globalistes et tous les autres ennemis de la société humaine qui veulent l’abolir. Un des plus notables défenseurs de la propriété privée fut le pape Léon XIII (1878–1903), dans sa célèbre encyclique Rerum Novarum de 1891. À l’heure où les Globalistes athées menacent actuellement de renverser toute la société humaine avec leur « Réinitialisation », jetons un coup d’œil à la défense que ce pape a faite du principe de la propriété privée. 

La propriété privée, dit-il (RN 8), est un droit naturel de l’homme qu’il est injuste d’abolir, car cela lèse tant les travailleurs que les propriétaires, tant les États que les gouvernements. Ceci vient de ce que l’homme seul est un animal rationnel parmi tous les autres animaux, ou brutes. Ainsi tous les animaux doivent se nourrir, mais alors que Dieu a pensé à pourvoir en aliments tous les animaux sans raison, Il a donné aux hommes un esprit pour prévoir leur propre avenir. Cela signifie que, tandis que les animaux sans raison utilisent purement et simplement les choses, l’homme non seulement en use, mais peut aussi les posséder. Or, seule la terre peut pourvoir aux besoins futurs et récurrents des hommes. Donc l’homme est d’une nature telle qu’il peut soumettre la terre à sa possession, en d’autres termes : il a un droit naturel à la propriété. 

Une objection veut que l’État puisse pourvoir aux besoins de tous les hommes. Léon XIII répond (RN 13) par un autre principe-clé : l’individu est antérieur à l’État (parce que pour qu’un État existe, il doit exister auparavant des individus qui s’assemblent). Une autre objection veut que Dieu donne la terre en commun à l’humanité, autrement dit, il donne toute la terre à toute l’humanité (RN 14) et non à tel ou tel propriétaire. Léon XIII répond que s’il est vrai que Dieu offre la terre pour servir à tous et pour être possédée par n’importe qui, néanmoins, toute portion particulière doit être possédée par quelqu’un de précis. Autrement les querelles seraient sans fin, de telle sorte que, comme Klaus Schwab l’a très bien compris, l’État devrait intervenir pour exercer un contrôle total. 

En outre (RN 15), un homme est par définition plus motivé à travailler sa propre propriété, à l’arroser profondément de la sueur de son front. Le priver de la propriété, c’est le priver de la motivation de la travailler et c’est le frauder du fruit de son travail. L’homme s’attache naturellement à sa terre. Le Socialisme et le Globalisme le coupent, tous les deux, de ses racines pour mieux le contrôler. 

Le droit naturel de l’individu à la propriété est de plus renforcé par les obligations naturelles de la famille (RN 18). De même que la paternité est un droit naturel qui étend un individu comme tête d’une famille, de même la famille, par sa nature, étend le droit de propriété, soit par exemple pour nourrir toute la famille dans le présent, soit pour faire hériter les enfants à l’avenir. L’État ne peut ni ne doit pourvoir à ses besoins (exception faite des nécessités spéciales de familles en détresse), parce que les enfants n’entrent dans la société ou dans l’État que par leur famille, et donc la famille préexistante a des droits et des devoirs préexistants à ceux de l’État. 

Ce pape sensé conclut (RN 22) que le socialisme ravagera la société par des troubles, par l’envie, la pauvreté, la misère universelle et l’asservissement. Rendez-vous la semaine prochaine pour voir ce que dit Léon XIII des devoirs de l’État. 

Kyrie eleison 

dimanche 12 juin 2022

Croisade de la Charité

L'apostolat est un des corollaires obligatoires de l'amour de Dieu


En ce mois de juin, mois spécialement consacré au Sacré-Cœur, méditons sur l'amour de Dieu et son corollaire apostolique.


samedi 11 juin 2022

Mgr Viganò et Me Reiner Füllmich (27 mai 2022)

Mgr Viganò adresse aux membres de la Commission Corona, dirigée par M Reiner Füllmich, une synthèse absolument impressionnante de la crise mondialiste que nous subissons de plein fouet depuis plus de deux années et qui dégénère maintenant en crise énergétique et alimentaire.  Même un non-catholique qui cherche la vérité sera touché par les propos de ce grand archevêque qui, répétons-le,  mériterait de monter sur le trône de Pierre et devenir le prochain  pape. 


Source   -  Audio 

Première partie : PSYCHOPANDÉMIE et GUERRE RUSSO-UKRAINIENNE : Toujours les mêmes artisans...

Füllmich : VOTRE EXCELLENCE, beaucoup de gens vous connaissent et vous apprécient beaucoup pour avoir été une personne sincère dans un environnement souvent peu sincère, même pendant votre service au Vatican. Vous avez servi comme diplomate de haut rang, en particulier comme Nonce apostolique, aux États-Unis, représentant le Pape dans les églises nationales. C’est un grand honneur et un grand plaisir de parler avec vous aujourd’hui. Mais avant de passer au fond et de vous interroger sur votre évaluation de la situation politique mondiale, en particulier en ce qui concerne la soi-disant crise du Coronavirus, aimeriez-vous résumer votre histoire personnelle afin que les téléspectateurs qui ne vous connaissent pas encore puissent savoir qui vous êtes ?

Mgr Viganò : Tout d’abord, je voudrais vous adresser, Monsieur Reiner Füllmich, ainsi qu’à tous vos collaborateurs et collègues, mes plus cordiales salutations et ma reconnaissance pour avoir donné vie à la Commission Corona. La recherche de la vérité sur la gestion de l’urgence Covid-19 et sur l’expérimentation de masse aide à recueillir des preuves pour amener devant les tribunaux et punir les responsables. Cela constitue une contribution importante en vue de la création d’une Alliance Anti-mondialiste, car les auteurs de la farce pandémique sont les mêmes qui voudraient aujourd’hui pousser le monde vers une guerre totale et une crise énergétique permanente.

Concernant ma « carrière », je ne pense pas qu’il y ait grand-chose à dire : je suis un Archevêque catholique qui a occupé des postes de responsabilité au Vatican, à la fois à la Secrétairerie d’État du Saint-Siège et dans le Gouvernorat de l’État de la Cité du Vatican, puis en tant que Nonce apostolique au Nigeria et dernièrement aux États-Unis, par la volonté de Benoît XVI. Ma notoriété – totalement non voulue – est due à mes prises de positions et à mes dénonciations concernant le scandale sexuel de l’ancien cardinal américain McCarrick et d’autres cas non moins graves impliquant de hauts représentants de la Hiérarchie. En tant que Successeur des Apôtres, je ne pouvais pas me taire face aux tentatives de dissimuler ces faits honteux par la soi-disant lavender mafia, qui bénéficie du soutien et de la protection de Bergoglio.

Füllmich : Vous avez une vie impressionnante, mais si l’on cherche votre nom dans les anciens médias (grand public), on trouve des articles diffamatoires vous accusant, entre autres, de diffuser de la propagande du Kremlin et de faire des affirmations déroutantes. À y regarder de plus près, cela ne nous semble pas du tout être le cas, bien au contraire : vous restez fidèle à votre réputation de personne franche, même dans les environnements où le mensonge prévaut, nonobstant que ce soit à votre désavantage. Où placeriez-vous la rupture dans votre vie, où cette vertu a été réinterprétée par les anciens médias comme un défaut ? Quelle ligne rouge avez-vous franchie ; sur quelle question votre franchise est-elle devenue un danger pour le récit officiel ?

Mgr Viganò : Les fausses accusations sont l’un des moyens utilisés par ceux qui veulent éliminer un adversaire qu’ils craignent et auquel ils ne peuvent pas s’opposer loyalement. Dans ce cas, je suis considéré comme encombrant à la fois par les représentants de l’église profonde et par la cabale bergoglienne, dont j’ai dénoncé les scandales et les dissimulations depuis l’époque de l’affaire McCarrick. Et je suis tout autant encombrant pour l’État profond, qui a pu compter sur la complicité du Saint-Siège et de presque tout l’épiscopat mondial dans les événements de ces dernières années. La voix dissonante d’un évêque, surtout lorsqu’il formule des dénonciations argumentées et fondées sur des faits irréfutables, risque de remettre en cause le récit officiel, tant sur le prétendu renouveau de l’Église sous ce « pontificat », que sur la farce pandémique et la « vaccination » de masse. La récente crise russo-ukrainienne réuni également du même côté l’élite mondialiste, l’OTAN, l’État profond américain, l’Union européenne, le Forum Économique Mondial de Davos, toute la machine médiatique et le Vatican. L’intervention de Poutine en Ukraine est considérée comme une menace pour le Nouvel Ordre Mondial qui doit être neutralisée même au prix d’un conflit mondial.

La réserve fédérale - II

KE 775 (21 mai 2022)

De bonnes institutions sont une aide éprouvée,
Mais à quoi bon si l’homme est toujours si mauvais ?

Dans une société sans Dieu comme la nôtre dans l’Occident d’aujourd’hui, les hommes ne veulent pas admettre que la religion gouverne la politique, parce que même si « Dieu » existe, ils veulent ne Lui donner aucune importance. C’est vrai, Il a joué un grand rôle dans la vie des hommes d’hier, mais aujourd’hui on se dira, « L’humanité a grandi, elle est adulte, les hommes n’ont plus besoin de Lui, et les hommes ont pris Sa place. Toute la gloire qui allait à Dieu doit maintenant aller à l’homme, et tout ce qu’Il a besoin de faire, s’Il existe, c’est de dégager avec bonne grâce et de nous laisser seuls. En tout cas, nous pouvons très bien faire sans Lui. » 

Hélas pour l’homme moderne ! La vie moderne prouve à chaque instant que nous ne pouvons pas nous passer de Lui ! Il y a un mois ces Commentaires présentaient une brève histoire des trois premières banques centrales des États-Unis d’Amérique, dont chacune fut rejetée par les Américains, avant que finalement la Réserve Fédérale (ci-après : Fed) ne fût créée par un vote du Congrès en 1913, et à partir de cette date la Fed a gagné de plus en plus de pouvoir, jusqu’au point d’être actuellement le maître incontesté de la vie économique et politique des États-Unis. Ce qui était arrivé en 1913, c’est qu’un cartel (coalition de partenaires pour promouvoir un intérêt commun) de banquiers de premier plan se fut réuni pour persuader le Congrès qu’il était dans l’intérêt du pays de leur confier, en tant qu’experts bancaires, mais indépendants de la politique et des politiciens, l’approvisionnement en argent aux États-Unis. 

Or, ce transfert ne fut pas sans soulever des contestations à l’époque, et il est toujours contesté depuis, en raison de la vérité d’une citation attribuée à un membre de la famille de banquiers la plus célèbre de toutes, les Rothschilds d’Europe, qui disait : « Donnez-moi le contrôle de l’émission de monnaie d’une nation, et je me moque de qui fait les lois. » Ainsi en 2022, la Fed des États-Unis n’achète pas seulement tous les États-Unis, on peut aussi dire qu’elle achète le monde entier. Car le dollar américain est la chose qui ressemble le plus à une monnaie mondiale, et ainsi la Fed étant maîtresse du dollar peut acheter le monde avant que le dollar ne soit sans valeur. (Juste en pianotant sur un ordinateur, la Fed peut aujourd’hui créer de rien des milliers de milliards de dollars.) 

La richesse du monde en échange de quelques impulsions électroniques sur quelques ordinateurs ? C’est tout bonnement irréel ! Non, ce n’est pas irréel. Cela arrive tout autour de nous, aujourd’hui même. Mais comment ceci est-il possible ? Au fond, parce que les peuples matérialistes tout autour du monde adorent la matière, adorent l’argent, et accordent toute leur confiance aux maîtres de la monnaie. Il y eut un temps où ils accordaient toute leur confiance à Celui Qui avait dit qu’il est plus facile à un chameau de passer par le chas d’une aiguille qu’à un homme riche d’entrer dans le Royaume des Cieux (Mt 19, 24). Et Dont la Parole avait révélé que l’amour de l’argent est la racine de tous les maux (1 Tim 6, 10). Et Qui nous avait assuré que si seulement nous recherchions le Royaume de Dieu et Sa justice, toutes ces choses (les besoins matériels) nous seraient également accordées (Mt 6, 33). Mais qui aujourd’hui croit encore en Dieu, à Son Royaume ou à Sa justice ? 

N’est-il pas alors évident que les vrais problèmes de la société ont leur source dans les cœurs des hommes, en ce qu’ils croient et en ce qu’ils aiment ? S’ils n’aimaient pas l’argent, la Fed aurait-elle une once du pouvoir qu’elle a ? Un célèbre livre sur la Fed, La créature de Jekyll Island, par G. Edward Griffin passe plus de 500 pages à mettre en pièces la Fed, mais quand il en vient à proposer des alternatives, l’auteur doit admettre (p. 571) qu’il y a un problème « avec tous les schémas impliquant le contrôle de la monnaie par les hommes ». Oui, en effet ! Et ce problème c’est le péché originel, que tout ce qu’il y a de mieux en politique et en économie ne peut résoudre. Napoléon n’a-t-il pas un jour admis, lui dont les armées commandaient à toute l’Europe, que son propre pouvoir n’arriverait jamais à la hauteur de celui du prêtre ? 

Chers lecteurs, oubliez la Fed et ses crapuleries. Si Abraham avait été capable de trouver seulement dix hommes justes dans Sodome, le Bon Dieu aurait épargné entièrement cette cité pécheresse (Gen 18). Si vous et moi profitions de ce calme avant l’orage pour nous efforcer, avec Sa grâce, de devenir des hommes justes, combien d’âmes ne serait-Il pas capable d’épargner dans notre monde méchant ? 

Kyrie eleison.

mardi 31 mai 2022

La puissance du Rosaire

KE 776 (28 mai 2022)

Toute la politique est devenue vaine.
L’homme n’existe pas qui arrête notre peine !

Sœur Lucie – l’authentique d’avant 1957 et non l’imposteur d’après 1967 – dit, parmi tant d’autres choses, que le Ciel avait accordé un pouvoir spécial au Chapelet en nos temps difficiles, pour résoudre tous les problèmes quels qu’ils soient. C’est logique. Dieu est le Bon Pasteur, et Il n’abandonne pas ses brebis à moins qu’elles ne L’aient abandonné en premier, selon la célèbre et très ancienne sentence de Saint Augustin. En voici un exemple arrivé dernièrement dans la boîte de réception de ces « Commentaires » (« Non pas à nous, Seigneur, non pas à nous, mais à Votre Nom donnez la gloire »)

Mon nom est . . ., et peu de temps après avoir obtenu mon bac, j’ai commencé à être déçu par les dirigeants de l’église luthérienne à qui j’étais censé donner ma confiance. Leur absence de conseil avisé m’a amené à rejeter toute vie de foi. Puis j’ai entendu l’auteur des « Commentaires Eleison » lors d’un entretien au « Caribbean Rhythms Podcast ». Dans la foulée, j’ai regardé tout ce que je pouvais trouver de lui sur la Toile. Grâce à ses enseignements et à son attachement à la réalité de la Foi et de tout ce qui arrive dans le monde, j’ai acheté un chapelet.

Je ne savais pas comment prier le Chapelet et honnêtement je n’avais vu le faire qu’au cinéma ou à la télévision. Je récite le Chapelet tous les jours depuis que je l’ai acheté. Au minimum cinq Mystères par jour. Les résultats de ma prière ont été miraculeux. Ma vie et la vie de tous ceux pour qui je prie semble s’améliorer à tous points de vue. Et tout cela après seulement trois mois d’une prière appliquée. Je suis et serai à jamais rempli de gratitude pour ce fait qu’on m’a indiqué le Chapelet.

Pour la première fois en vingt ans, je sens que je m’appuie sur le vrai rocher de la Foi qui me guide. Actuellement, j’aide mon père qui a été diagnostiqué d’un cancer de la prostate au stade quatre il y a six mois. Aujourd’hui, on a découvert que son corps était presque entièrement nettoyé du cancer après une seule chimio. Je pense que ceci n’a été possible que grâce à l’intervention de Notre Dame. Je ne peux pas le prouver, mais je sais que c’est vrai. Merci pour ce nouveau départ à la Source de la vérité.

Plusieurs enseignements peuvent être tirés de ce témoignage édifiant.

Tout d’abord, le pouvoir de Notre Dame, qui est surtout à l’œuvre grâce au Chapelet. Si le Ciel disait qu’à partir de maintenant la grâce serait obtenue en marchant sur les mains, nous devrions tous marcher sur les mains autour de chez nous. Si Notre Dame dit, comme à Akita en 1973, qu’au vu des châtiments qui menacent, nous devrions tous prier le Chapelet, pour le Pape, les évêques et les prêtres, alors

1° que nous le comprenions ou non, il n’en reste pas moins que nous devrions nous plier à Sa recommandation ; et

2° si j’avais abandonné la récitation du Chapelet, il n’en reste pas moins que je devrais me plier à Sa recommandation.

Ensuite, la grâce de Dieu est toujours à l’œuvre, même à travers les méandres boueux d’Internet. Dieu n’a toujours pas donné Sa démission. Il est toujours bon pour ceux qui Le cherchent (Ps 9, 11). Même quand il semble qu’une âme sombre dans le péché, étouffée par la vie moderne, désespérée de trouver un peu de bon sens ici ou là, qu’elle ne doute jamais de pouvoir trouver Dieu si elle Le cherche. Que cette âme prenne en mains simplement un chapelet pour voir ce qu’il peut faire.

Et enfin, si quelqu’un veut lutter pour Dieu, pour la famille, pour la patrie, pour le bon sens, contre toutes les forces du Mal qui se déchaînent aujourd’hui, alors qu’il oublie la politique, les études, l’économie et toute la bande de marionnettes placée là pour nous distraire aujourd’hui, toutes coquilles vides ou presque, et qu’il remette entre les mains de Notre Dame ses Chapelets récités les uns après les autres, et il se retrouvera sur les lignes de front de la guerre gigantesque qui se livre aujourd’hui pour rien moins que la survie de l’humanité. Qu’il essaie le Chapelet et qu’il voie ! Et notez dans vos calepins les dates du 27 au 30 octobre pour la prochaine « Tempête de Rosaires » à Walsingham, Norfolk, Angleterre !

Kyrie eleison

Dans le sermon de ce dimanche, l'abbé Salenave a commenté ce texte (avec quelques autres remarques) :

Pour ceux que cela intéresse, vous trouverez la vidéo évoquée par l'abbé ici.

jeudi 26 mai 2022

LE SOI-DISANT « RACISME »

KE 773 (7 mai 2002)

« Les Vies Noires comptent. » Sûr ! Mais c’est seulement
Au Ciel que Dieu récompensera leurs tourments.


Récapitulons les deux derniers numéros de ces Commentaires (23 et 30 avril) : si aujourd’hui le « racisme » a une importance telle qu’il va contre tout sens commun, c’est parce que le Marxisme est une religion de substitution, et que la lutte contre le « racisme » n’est que son nouveau visage. Mais ce qui n’est « qu’un nouveau visage » n’en présente pas moins dans les rues l’aspect d’une vraie croisade, exemple : « Black Lives Matter ». Pourquoi les communistes, chauffés ou réchauffés, se comportent-ils toujours comme des croisés ? Cette question touche à une réalité religieuse qui mérite – pour leur bien – toute notre attention. (En fait, seuls les hommes qui possèdent un peu de sens du vrai Dieu comprennent adéquatement notre monde moderne athée).

L’homme est une créature spirituelle. Les deux ordres d’êtres qui lui sont supérieurs, Dieu et les anges, sont purement spirituels ; les trois ordres qui lui sont inférieurs : animaux, végétaux et minéraux, sont purement matériels ; l’homme seul est à la fois spirituel par son âme et matériel par son corps. Être spirituel par son âme, lui seul parmi tous les animaux matériels possède l’intelligence et la raison, et par sa raison, le libre-arbitre. S’il était privé d’intelligence, il ne pourrait pas commander aux autres animaux, comme Dieu le lui a ordonné de le faire (Gen 1, 26), et comme visiblement il peut le faire. Si ce n’était pas le cas, les animaux plus forts et plus féroces que l’homme n’en auraient fait qu’une bouchée depuis longtemps. Mais le fondement authentique du Marxisme et du Communisme est le matérialisme athée, c’est-à-dire le refus d’un quelconque Dieu, d’un esprit au-dessus de la matière, et du libre-arbitre. Voyez la toute première erreur de notre âge matérialiste, condamnée en 1864 par Pie IX dans son Syllabus des Erreurs qui condamne 80 erreurs modernes.

Parce que « c’est Dieu qui nous a faits, et non nous-mêmes » (Ps 99, 3), alors nous sommes des créatures spirituelles, que cela nous plaise ou non. Créatures sorties des mains de Dieu, et destinées par Lui à aller vers Dieu, avec nos âmes spirituelles et immortelles seules capables, par le droit usage de notre libre-arbitre spirituel conjointement avec nos corps matériels ici-bas, de jouir là-haut de Son Ciel spirituel pour toujours. Donc, la réelle dignité de l’homme ne consiste pas tant dans cette simple possession du libre-arbitre, mais dans son usage droit. Mais par orgueil, l’homme refuse sa destinée spirituelle au Ciel car il devra y être soumis à Dieu. Ainsi s’explique sa prétention à n’être qu’un simple être matériel n’ayant pas à obéir aux Dix Commandements de Dieu.

Mais aucun homme qui ait jamais vécu n’a conçu lui-même sa propre nature (Ps 99, 3), et donc, même quand il prétend n’être que matière, il reste spirituel, avec cet instinct donné par Dieu qui lui fait pressentir la vie au Ciel, sans mariage (Mc 12, 25), sans race (Gal 3, 28), sans aucune sorte d’inégalité blessante, mais où « le Christ sera tout en tous » (Col 3, 11). Au Ciel toutes ces irritantes inégalités, propres à la vie sur terre, s’effaceront devant la Gloire Divine de l’infinie variété des êtres humains bénis vivant en harmonie avec Lui – et entre eux.

Mais ici s’élève un problème insoluble pour les sans-Dieu que nous sommes. Nous tournons le dos à Dieu, mais nous ne pouvons cesser de désirer ces liberté, égalité, fraternité et immortalité qui viennent de Lui, et qui sont inscrites dans la nature spirituelle de nos âmes. Ainsi nous nous efforçons de faire entrer dans la brièveté de nos vies mortelles, la satisfaction de nos aspirations immortelles qui ne peuvent être comblées que dans Sa vie sans fin. Autant faire rentrer une pinte dans un verre à demi : impossible ! La vie moderne est pleine d’exemples de ces hommes à la poursuite de cette satisfaction par des moyens totalement impropres. « Vous nous avez fait pour Vous, Seigneur, et notre cœur est inquiet jusqu’à ce qu’il repose en Vous » (Saint Augustin).

Il fut un temps où les employeurs ne se privaient pas d’avertir, dans les annonces d’emploi : « Juifs, noirs et femmes s’abstenir. » Les Juifs peuvent en vouloir aux Blancs d’avoir dirigé le monde ; les Noirs s’indigner du fait que beaucoup de gens les regardent de haut ; les femmes en vouloir à l’homme d’être le chef de famille. Mais qui blâmer ? Principalement les Blancs qui ont reçu de Dieu les dons nécessaires pour enseigner aux Juifs le Nouveau Testament ; aux Noirs leur dignité devant Dieu ; et aux femmes leur véritable rôle dans la famille. Mais en abandonnant Dieu, les Blancs se judaïsent eux-mêmes ; ils voient les Noirs déchirer leurs cités ; et ils s’efféminent. La véritable solution à ces problèmes et à tant d’autres est claire : les Blancs doivent commencer par revenir à Dieu.

Kyrie eleison

vendredi 20 mai 2022

Réponse aux mensonges occidentaux sur la situation militaire en Ukraine - sur les sanctions économiques contre la Russie

Pour comprendre au mieux la situation géopolitique actuelle en Russie, nous vous invitons à suivre les vidéos et conférences de M. Xavier Moreau.  Ce dernier sait de quoi il parle contrairement aux Gamelins des plateaux TV. Xavier Moreau est un homme d'affaires et un analyste politico-stratégique installé à Moscou depuis 16 ans. Saint-Cyrien et diplômé de la Sorbonne (Paris IV) en histoire des relations internationales, il dirige la société LinkIT Vostok à Moscou. Il conseille différents groupes internationaux dans les pays de l'ancienne URSS, dont la Russie et l'Ukraine, et dirige le site d'analyse géopolitique Stratpol

Il l’est l’auteur, aux éditions Ellipses, de « La nouvelle grande Russie : De l'effondrement de l'URSS au retour de Vladimir Poutine », une analyse du redressement politique, économique et géopolitique de la Russie post-soviétique durant les vingt dernières années.  A travers cet ouvrage, édité en 2012, Xavier Moreau éclaire, de manière synthétique et claire, les mécanismes qui ont conduit une puissance, déclinante au début des années 1990, à se redresser de façon spectaculaire sous l'ère Poutine, au point d'être redevenue aujourd'hui un acteur incontournable du nouveau monde multipolaire.

Il l’est également l’auteur, en 2015, aux Editions du Rocher, de « Ukraine, Pourquoi la France s’est trompée » dans lequel il démontre que l’ignorance de l'histoire de l'Ukraine, la méconnaissance des forces en présence et des enjeux économiques, le mépris des intérêts français sont à l'origine du plus grand fiasco de la politique étrangère française depuis les guerres de Yougoslavie.

Pour vous faire une juste idée de ses analyses, nous vous invitons à écouter cette dernière analyse sur la situation en Ukraine. 

M. Xavier Moreau développe la notion de guerre juste qui doit intéresser tout catholique !



mardi 17 mai 2022

Petite réflexion au sujet de la majesté du Saint Sacrifice de la Messe et ses conséquences pratiques pour les catholiques fidèles






 
Nous entendons régulièrement cette objection sur la question de l'assistance à certaines messes :                                                                                       "La messe à laquelle je me rends est certainement valide, donc je peux y aller sans avoir de problème de conscience. Vrai ou faux ?"

Réponse : Lorsque nous avons la certitude que la Messe est valide et dans la mesure où s’agit de la chose la plus grande et la plus sainte qui soit sur terre, il faut « sancta sancte » : traiter saintement les choses saintes c’est-à-dire entourer le Saint Sacrifice du plus grand respect possible pour qu’il n’y ait pas contradiction entre la Messe qui est célébrée et le contexte dans laquelle elle est offerte. C'est pourquoi d'ailleurs l'Église a toujours entouré le Saint Sacrifice de toute son attention.

Si on ne s’arrêtait qu’à la seule validité de la Messe, on pourrait en soi assister à n'importe quelle messe valide ... comme par exemple une messe noire, ce qui est manifestement absurde !

N’oublions pas que la messe est un essentiellement un acte PUBLIC de sainteté, de louange, de réparation pour tous les crimes, péchés des hommes et des sociétés etc….avant d’être la satisfaction d’une dévotion privée . Il peut donc arriver qu'il soit impossible moralement d'assister à une messe, et qu'il faille par conséquent sanctifier le jour du Seigneur autrement que par l'assistance dominicale. Sans quoi on peut affirmer qu' un catholique qui croit avoir sanctifié son dimanche en allant à une cérémonie indigne a en réalité offensé Dieu en ce jour qui devait être saint.  

Quels sont alors le respect minimal et les conditions de la sainteté du culte sans lesquels il serait absolument interdit à des catholiques d'aller et de participer activement à ces offices ?

Du côté du rite : respect des rubriques traditionnelles de la messe, validité et licéité du prêtre etc… ce qui exclut de suite les nouveaux rites qui rendent douteux la validité du sacerdoce et de la Messe, et en tous les cas illicites.

Du côté du prêtre : ce dernier doit être soumis à des autorités légitimes (légitimes ne veut pas dire officielles !!) : les fidèles doivent absolument savoir à quel évêque le prêtre se rattache. L’évêque sous lequel le prêtre exerce son ministère doit être franchement catholique et non moderniste, autrement dit ce prêtre ne doit pas se trouver mêlé et soumis dans son ministère avec des autorités modernistes sous couvert de juridiction « normale » ou officielle –  Car, répétons-le, la messe est un acte de culte PUBLIC qui implique bien plus que la seule Messe ; il y a déjà le climat spirituel du lieu de culte ; il y a surtout l'orthodoxie de la prédication et l'orientation spirituelle anti libérale de cette prédication puisque c’est l’hérésie du siècle – anti mondialiste également puisque c’est le danger qui menace l’Église et les sociétés chrétiennes; donc cette prédication devra être clairement et publiquement contre la soupe chimique, les masques, la dictature sanitaire etc...

Du côté des fidèles : il n’est pas exigé la sainteté; même des personnes qui sont dans le péché peuvent venir assister au Saint Sacrifice mais il faut au moins des dispositions extérieures en rapport avec la sainteté du lieu et du sacrifice. On excusera les personnes de passage qui, bien souvent, ne connaissent rien de la discipline mais on devra exclure les personnes qui ne veulent pas se soumettre extérieurement aux usages de l’Église, non pas pour la personne elle-même, mais en raison du bien commun (Foi dans la présence réelle) sur lequel les portiers et les exorcistes et donc tout prêtre peuvent et doivent agir.  Si aucun rappel ou aucune sanction n'existaient dans ce lieu à ce sujet, on estimerait que le prêtre n'exercerait pas cet office de portier. 

Ces quelques éléments doivent guider notre vraie prudence - c'est à dire notre logique dans l'application des principes - en particulier par rapport à la sainteté du St Sacrifice de la Messe. Prétendre assister à une messe où toutes ces conditions ne seraient pas remplies ressemblerait à une contradiction et une grande imprudence : on ne peut dire aimer le Bon Dieu si on supporte de Le voir ainsi traité dans sa propre Maison.

Abbé Matthieu Salenave - CMSPX 

vendredi 13 mai 2022

Le marxisme racial

KE 772 (30 avril 2022)

Herbert Marcuse

Seigneur Dieu, sauvez votre peuple qui se perd;
Pardonnez-nous, brebis noyées dans la matière.

La semaine dernière, ces Commentaires ont essayé d’expliquer comment les mots « raciste » et « racisme » étaient dernièrement devenus presque aussi mortels que les mots « antisémite » et « antisémitisme » ; ceci fut l’occasion d’exposer l’argument montrant comment le Marxisme pouvait être renommé « Marxienté », parce qu’il avait été conçu comme un substitut de la Chrétienté. Si donc l’antiracisme actuel n’est qu’une métamorphose du Marxisme, ceci explique pourquoi le « racisme » inspire une horreur quasi-religieuse aux libéraux qui sont quasiment partis en croisade pour le faire disparaître. Croisade ? Oui, car les libéraux se battent pour remplacer dans l’univers entier, l’ordre de Dieu par l’ordre de l’homme, et Dieu par l’homme. Les papes du 19ième siècle enseignèrent que c’était l’adoration de la fausse liberté, le libéralisme, qui ouvrait la voie au Marxisme.

Comment James Lindsay, auteur et critique culturel américain, présenté la semaine dernière, a-t-il montré que l’antiracisme était un nouveau masque du Communisme Marxiste ? (v. theepochtimes.com/James Lindsay). Le fondement du Marxisme est le matérialisme athée, c’est-à-dire que Dieu n’existe pas et l’homme doit prendre la place qu’Il avait dans la Chrétienté. La religion n’est que « l’opium du peuple ». Le péché qui est responsable de tant de misères dans la société n’est plus le péché originel d’Adam et Ève, mais la propriété privée, parce qu’en créant une division du travail, elle engendre l’inégalité chez les hommes par des relations sociales de domination, d’exploitation et d’aliénation. En conséquence, le Communisme recréera le paradis, mais sur terre et non au Ciel, en abolissant la propriété privée et en restaurant l’égalité entre tous les hommes. « Ouvriers de tous les pays, unissez-vous ! » et ensemble nous abolirons les différentes classes d’hommes. D’où la lutte des classes conjointe au Communisme.

Au 19ième siècle, cette lecture de la société avait une certaine justification dans la réalité, dans la mesure où capital et travail étaient par trop divisés, et que les ouvriers étaient exploités par des capitalistes ne cherchant que le profit. Mais les Papes, surtout Léon XIII dans son encyclique Rerum Novarum de 1891, firent que les capitalistes comprirent qu’il était dans leur propre intérêt de s’occuper des ouvriers, et une conduite plus sage prévalut. En Occident, la classe ouvrière fut bien mieux considérée par la suite, avec le résultat que la prospérité des ouvriers ne les rendait plus fiables comme levier pour la Révolution. Or le niveau de vie des ouvriers n’avait jamais été le vrai but du Communisme, mais simplement un moyen de renverser ce qui restait de l’ordre Chrétien, pour frayer un chemin au triomphe de l’ordre des hommes. Il fallut donc trouver un nouveau levier.

Et celui-ci fut la trouvaille du philosophe germano-américain Herbert Marcuse (1898–1979), le plus influent des Marxistes du 20ième siècle. Il avait dans la moelle de ses os le même instinct Révolutionnaire anti-Chrétien que Karl Marx, qui était fils d’un Rabbin. Marcuse se sentait trahi par la classe ouvrière parce que cette classe rejoignait massivement la classe moyenne. Où pouvait-il bien trouver une nouvelle inégalité, exhalant un violent parfum d’injustice, qui pourrait enflammer d’enthousiasme pour la Révolution, et constituer un levier capable de renverser l’ordre social présent, pour ouvrir la voie au Nouvel Ordre Mondial ? Son choix se porta sur la race. Il se tourna, selon ses propres termes, vers la « population des ghettos », en vue de la faire diriger par des étudiants spirituellement sous-alimentés par le matérialisme de leur « universités » occidentales, et donc avides d’une nouvelle religion : le Nouvel Ordre Mondial Communiste.

Ainsi naquirent le marxisme identitaire, la politique identitaire, la mobilisation gauchiste des étudiants blancs, « Black Lives Matter » pour détruire les cités des hommes blancs et leur créer un sentiment de culpabilité. Ainsi naquirent le mépris pour tous ceux qui, désormais à droite, avaient trahi le Communisme ; le politiquement correct et la sacralisation d’une censure propre à empêcher la possibilité même d’une pensée de droite ; la « culture de l’annulation » actuelle, parce qu’on ne peut plus accorder la moindre tolérance démocratique à une quelconque résistance au gauchisme, parce que cette résistance n’a pas même le droit d’exister ... et ainsi de suite, sans fin. Voilà les racines de l’antiracisme du Meilleur des Mondes d’aujourd’hui.

Tout cela arrive parce que l’humanité a tourné le dos au vrai Messie et s’est tournée plutôt vers les experts en fabrication des faux messianismes, l’un après l’autre. L’humanité devra apprendre à ses dépens que c’est la Vérité qui compte. « Je suis la Voie, la Vérité et la Vie, » dit Notre Seigneur (Jn 14,6)

Kyrie eleison

lundi 2 mai 2022

Mgr Carlo Maria Viganò : « Le moment est venu de dénoncer les corrompus et les traîtres, d’expulser ceux qui ne servent pas le peuple mais l’État profond et le Nouvel Ordre Mondial »

Avec un léger retard, nous publions ce message de Mgr Viganò du 2 avril dernier. Cet ancien archevêque diplomate dénonce les "va-t-en guerre" américains qui rêvent d'un conflit ouvert avec la Russie au nom d'intérêts sordides. Un catholique ne peut donc soutenir cette hystérie anti-Russe sans se retrouver logiquement dans le camp des mondialistes, Biden, Macron qui veulent amener le monde au chaos. Il y a des guerres justes bénies de Dieu et des guerres injustes maudites par lui. La guerre économique, médiatique et militaire menée contre la Russie risque d'amener le monde au chaos prédit par de nombreuses prophéties. Ecoutons  et publions les sages conseils de Mgr Viganò pour ne pas tomber dans le piège des ennemis de Dieu. 

Congrès "Réveiller l'Amérique" 

Salem, Oregon, 2 avril 2022

Loué soit Jésus-Christ. 

Chers amis, le général Michael Flynn m’a demandé de parler avec un message pour votre rassemblement. J’ai accepté sa proposition avec joie, car je souhaite vous saluer et vous encourager dans ce réveil des consciences. Si vous vous réveillez, c’est parce que jusqu’à présent quelqu’un vous a forcé à dormir, vous a drogué et vous a distrait de ce qu’il complotait, afin de continuer sans être dérangé dans son action criminelle. Mais le sommeil des Américains et de tous les peuples n’a que trop duré : c’est maintenant le moment d’ouvrir les yeux, de se réveiller, et de comprendre ce qui s’est passé et ce qui se passe. C’est le moment d’agir.

La menace d’une troisième guerre mondiale pèse sur nous tous. Ils nous ont dit que le président Poutine avait envahi l’Ukraine pour soutenir ses ambitions expansionnistes, mais en réalité, le but principal de l’opération militaire russe est d’empêcher l’agression de l’État profond et de l’OTAN. Poutine se bat contre la même élite mondialiste qui nous tient tous en otage. Le 6 mars, l’ambassadeur de Russie à l’ONU a dénoncé ce que vous prônez depuis deux ans : il a déclaré que Donald Trump est le président légitime des États-Unis, et que l’élection a été falsifiée, avec la complicité des nations européennes, en utilisant l’appareil Dominion. Et nous savons que, pour faire avancer l’agenda du Great Reset, il fallait se débarrasser de Trump, qui n’aurait jamais permis ni la farce pandémique, ni l’escalade de la crise russo-ukrainienne.

Ce n’est pas une guerre du peuple ukrainien. Ce n’est pas le peuple ukrainien qui persécute ses frères russes, mais un gouvernement fantoche soutenu par des milices militaires néo-nazies. Un gouvernement corrompu, voulu par la cabale mondialiste, qui se retrouve aujourd’hui avec un président cocaïnomane, un ancien acteur et danseur qui cache des milliards dans des paradis fiscaux alors que la population ukrainienne est parmi les plus pauvres d’Europe.

Ce n’est pas une guerre du peuple russe. Depuis des années, la Fédération de Russie exige le respect de la minorité russophone et la communauté internationale s’est toujours détournée.

Ce n’est pas une guerre des nations européennes. Ce sont les dirigeants de l’Union européenne qui veulent un conflit pour justifier la mise en œuvre de la Grande Réinitialisation et l’imposition d’un régime dictatorial fait de restrictions à la liberté, d’appauvrissement de la population, d’élimination des petites entreprises, d’imposition d’un régime inhumain et un modèle de vie technocratique, et l’annulation de l’identité des nations, de leur histoire et de leur religion.

Ce n’est pas une guerre des États-Unis. Les Américains se sont battus contre le nazisme, et il est scandaleux qu’aujourd’hui Biden aide un gouvernement qui soutient et collabore avec des groupes extrémistes qui arborent la croix gammée et propagent les idées nazies. C’est l’État profond, avec ses serviteurs désormais infiltrés dans toutes les institutions, qui veut la guerre pour étendre sa domination sur le monde entier sous prétexte « d’exporter la démocratie », alors qu’en réalité il ne pense qu’à vendre des armes, à s’enrichir, et s’appropriant les ressources des pays envahis, semant la destruction et la mort.

Nous ne devrions pas être surpris d’apprendre que le 6 janvier 2021, au Capitole de Washington, des membres du bataillon Azov étaient présents. Les ennemis de l’État n’hésitent pas à s’allier aux criminels de guerre pour accuser leur adversaire politique et accuser le président Trump d’insurrection. Ce seul fait devrait suffire à comprendre leur projet subversif et leur intention de ne reculer devant rien pour le réaliser.


Derrière cette guerre, il y a la volonté de détruire l’équilibre international, de forcer les nations européennes à imposer à la Russie des sanctions qui affectent principalement l’Europe, en parfaite harmonie avec les objectifs de la Grande Réinitialisation. La destruction de l’économie des nations qui dépendent du gaz et des matières premières russes entend les contraindre à s’approvisionner depuis les USA (en quantités bien inférieures à leurs besoins et à un prix bien plus élevé), mais surtout elle entend les soumettre et de les réduire en esclavage, comme l’a admis il y a quelque temps la sous-secrétaire d’État aux affaires politiques Victoria Nuland.

Ne nous faisons pas d’illusions : ces serviteurs du Nouvel Ordre Mondial qui ont réussi à occuper les plus hautes fonctions des gouvernements nationaux et des organisations internationales sont nos ennemis : ennemis du bien et ennemis de Dieu. Peu leur importe combien d’entre nous devront mourir des effets du vaccin, de la faim ou des bombes : ils ne s’intéressent qu’au pouvoir, à l’avantage personnel et à l’avantage de leurs maîtres, que personne jusqu’à présent n’a osé incriminer et condamner.

Cette guerre est motivée par le besoin pressant de la famille Biden de dissimuler le complot colossal et les crimes très graves dont Joe et Hunter se sont souillés les mains, ainsi que leurs complices. La nouvelle de leur implication dans la présence de biolaboratoires américains sur le territoire ukrainien cofinancés par Soros, dans l’activité de Burisma, dans le réseau financier d’Obama et des Clinton, confirme un énorme et scandaleux conflit d’intérêts qui en soi devrait nous amener à nous demander : au nom de qui parle Joe Biden ? Parle-t-il pour la défense des intérêts des États-Unis, ou pour cacher les crimes que lui et son fils ont commis ? Parle-t-il en tant que président des États-Unis ou en tant que marionnette entre les mains de l’État profond et de la cabale mondialiste ?

C’est une guerre : oui, une guerre qui a commencé il y a quelque temps, est restée souterraine et s’est manifestée avec la pandémie. C’est une guerre de l’élite contre l’ensemble de l’humanité. C’est une guerre non déclarée, mais qui a déjà fait des millions de victimes par refus de soins et vaccins forcés plus que par les armes. C’est une guerre du Nouvel Ordre Mondial contre vous, contre nous, contre nos enfants, nos valeurs et notre avenir. C’est une guerre des ténèbres contre la lumière. Lux in tenebris lucet, et tenebræ eam non comprehenderunt. La lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l’ont pas comprise, comme nous le dit saint Jean dans l’Évangile (Jean 1:5). Parce que les ténèbres détestent la lumière. La lumière est la vérité ; c’est la clarté; c’est l’honnêteté. La lumière est Christ. Les ténèbres sont des mensonges; c’est la tromperie; c’est un complot. Les ténèbres sont le royaume de Satan.

Que demande la Russie à l’Ukraine ? Reconnaître l’indépendance de la Crimée, garantir les droits de Donetsk et de Lougansk, réprimer les mouvements néo-nazis et rester neutre. Ce sont des choses que l’ONU devrait exiger en premier. Et Zelensky lui-même, sous la pression des forces militaires de Poutine, a déclaré qu’il était prêt à négocier des conditions de paix. Mais Biden ne le veut pas, et il force Zelensky à résister, poussant les nations européennes à envoyer des armes et des troupes, et menaçant – dans un délire fou – une intervention préventive avec des armes nucléaires.

Ce conflit n’aurait jamais dû commencer, si la paix avait vraiment été voulue. Mais comme Joe Biden l’a admis il y a quelques jours, la guerre « est une opportunité », tout comme l’était la pandémie. Et tandis qu’ils nous annoncent calmement que nous devrons bientôt faire face à une urgence alimentaire, leurs complices s’apprêtent à tirer profit de la vente de blé et de produits agricoles, après avoir passé ces dernières années à prendre possession de millions d’hectares de terres cultivables. Qu’attendent les magistrats pour reconnaître un coup d’État dans ces spéculations criminelles ? Combien de temps encore laisseront-ils ceux qui devraient défendre les intérêts nationaux et promouvoir le bien de leurs citoyens libres de servir leurs propres intérêts ?

Vous vous demandez peut-être pourquoi un évêque parle avec des mots que vous vous attendez à entendre de la part d’un politicien. C’est peut-être parce que les politiciens sont presque tous des serviteurs du système, vendus à la cabale mondialiste, payés par BigPharma, Soros ou l’État profond. Seuls quelques-uns – et vous savez tous qui sont ces quelques-uns, et certains sont ici aujourd’hui – ont eu le courage de dénoncer ce coup d’État mondial, de s’opposer au discours dominant et d’élever la voix contre la violation des droits fondamentaux et des libertés constitutionnelles des citoyens. .

Permettez-moi de vous parler en tant qu’évêque. Je l’ai dénoncé pour la première fois il y a deux ans, mais maintenant l’agression féroce et violente de ces conspirateurs est si évidente qu’ils ne se cachent même plus. C’est une attaque de l’élite qui a pour but la destruction de tout ce qui fait partie de notre identité, de notre culture et de notre Foi. C’est une élite infernale, qui désire la mort et déteste la vie ; qui désirent la maladie et détestent la santé ; qui détestent la paix et désirent la guerre ; une élite qui s’appuie sur le mensonge et déteste la vérité ; une élite qui veut l’esclavage et la tyrannie et déteste la liberté des enfants de Dieu. C’est une élite qui hait Dieu, hait Notre-Seigneur Jésus-Christ et s’est consacrée au service de Satan.

Si vous voulez vraiment vous réveiller, si le grand réveil est ce qui inspire votre protestation, vous devez avoir le courage de regarder la réalité en face, de comprendre que si ces traîtres ont réussi à arriver au pouvoir et peuvent aujourd’hui décider du sort d’individus des nations et du monde entier, c’est parce que nous n’avons pas réagi dès le début face aux premiers signes de leurs plans.

Nous avons toléré la destruction de la famille, nous avons enduré que le vrai Dieu soit mis sur un pied d’égalité avec les idoles, nous avons permis que des milliards d’innocents soient tués par avortement, nous avons permis que nos enfants soient corrompus par l’immoralité, la pornographie, la corruption de la théorie du genre et de l’idéologie LGBT. Nous avons permis à nos dirigeants d’utiliser la liberté non pas pour servir Dieu et le bien commun, mais pour adorer Satan et répandre le péché et le vice. Nous avons cru que si nous laissions les autres libres d’agir contre la loi naturelle et divine, ils nous laisseraient à leur tour libres d’être d’honnêtes et bons citoyens. Nous sommes tombés dans une énorme tromperie, car notre tolérance envers le mal s’est aujourd’hui nécessairement transformée en intolérance de la société envers le bien.

Le moment est venu d’agir. Il faut vraiment tous se réveiller, se relever, et exiger que ceux qui nous gouvernent soient honnêtes, pensent au bien commun, et n’obéissent qu’à Dieu et à ceux qui les ont élus pour aider les citoyens à vivre honnêtement, au lieu de nous voir chaque jour plus humiliés, traités comme des esclaves et forcés d’assister à la destruction de tout ce que nos pères ont laborieusement construit.

Le moment est venu de dénoncer les corrompus et les traîtres, d’expulser ceux qui ne servent pas le peuple mais l’État profond ou le Nouvel Ordre Mondial. Parce qu’aucun d’entre nous ne veut de ce nouvel ordre mondial, seuls les quelques-uns qui pensent pouvoir encore nous terroriser avec la pandémie, avec la menace d’une guerre nucléaire, avec l’appauvrissement des nations et avec l’imposition de règles absurdes que personne n’a jamais voulu ou approuvé.

Le moment est venu non seulement de se lever mais aussi de se mettre à genoux : pas comme le fait Black Lives Matter, mais comme le fait tout bon chrétien devant la Majesté de Dieu. A genoux, le Saint Rosaire à la main, priant le Seigneur de nous pardonner nos péchés et les péchés publics des nations, le suppliant d’avoir pitié de nous et lui promettant que nous nous engageons d’abord – nous tous – à vivre comme bons chrétiens, comme patriotes, comme citoyens honnêtes, comme pères et mères de famille responsables, comme enfants obéissants, comme de vaillants soldats.

Le moment est venu de constituer une Alliance anti-mondialiste, un mouvement civil mondial qui donne la parole à la majorité des citoyens, dénonçant le coup d’État en cours, révélant les connivences des puissants, les conflits d’intérêts des lobbies, et les mensonges des grands médias. Cette Alliance doit avoir son propre objectif clair et commun qui réfute l’agenda du mondialisme et lui oppose une proposition concrète, conforme à la loi naturelle, au bien commun et à la bonne gouvernance. Une proposition qui promeut l’harmonie entre les nations et la coexistence pacifique entre les peuples souverains, dont le droit de vivre dans leur propre patrie doit être reconnu, ainsi que leur droit de construire leur propre avenir et leur bien-être sans exploiter les autres et sans être exploités. Une proposition qui donne la centralité à la souveraineté des nations, à la protection de la religion, de la culture et des traditions, à la défense de la vie et de la famille. Une proposition qui brise définitivement les chaînes odieuses de la dictature des idéologies qui, au cours des dernières décennies, nous ont été imposées uniquement pour nous détruire en âme et en corps.

Chers amis, puissiez-vous qui reconnaissez les États-Unis d’Amérique comme une seule nation sous Dieu, ayez le courage et la cohérence de vous opposer de toutes vos forces aux conspirateurs qui se sont infiltrés dans les postes de gouvernement, à tous les gens corrompus qui sont prêts à provoquer un conflit mondial afin d’obéir à leurs maîtres, et à tous les traîtres qui veulent soumettre l’humanité à la tyrannie odieuse de Satan.

Réveillez-vous, chers Américains ! Réveillez-vous et revêtez l’armure de lumière, comme dit saint Paul. N’ayez pas peur de témoigner courageusement de votre foi, de votre amour pour votre patrie, de votre désir légitime d’honnêteté et de bonté, de vérité et de beauté. Si vous savez vous ranger du côté de Christ, sa victoire certaine sera aussi la vôtre.

Que Dieu vous bénisse tous. Que Dieu bénisse et inspire votre réveil avec des objectifs saints. Et que Dieu bénisse les États-Unis d’Amérique

.Mgr Carlo Maria Viganò (signature)


+ Carlo Maria Viganò, archevêque
2 avril 2022

dimanche 1 mai 2022

Croisade de la Charité

 "Aider à sortir des ténèbres avec Charité"


En ce mois de mai, suivant les paroles de Mgr Viganò, travaillons à la propagation de la Vérité avec Charité !