mercredi 15 septembre 2021

Faire la guerre au système ? Vraiment ?

                                              M. Macron déclare la guerre aux 
                                                 Français et pas à un virus !  

Je me permets en tant que prêtre de vous ôter tout scrupule en ce qui concerne la guerre que nous devons mener contre ceux qui nous ont déclaré la guerre. En morale, on appelle cela de la légitime défense. 

Je me permets de dire aussi que ces évêques ou pape qui déclarent que la vaccination est un acte de charité sont, au mieux, des inconscients et, au pire, des agents de cet état mafieux qui organise un génocide par stérilisation ou destruction de l'immunité individuelle. Ces ecclésiastiques seront jugés par leur Seigneur et par l'histoire.

Il est donc hautement moral et catholique de faire la guerre à ces agents qui veulent tuer et détruire moralement et physiquement notre pays.

Comment faire la guerre puisque nous n'avons ni arme, ni argent, ni pouvoir ?

Je vous invite à lire l'article de M. Lucien Cerise qui nous ouvre des horizons intéressants. ( https://strategika.fr/2021/09/14/pass-sanitaire-biopolitique-et-apartheid-social-lucien-cerise/)

Il nous invite à mener une vie dure aux pro vaccins et aux pro pass sanitaire. Si nous nous laissons faire, la roue infernale ne s'arrêtera jamais et nous serons de plus en plus paralysés, y compris ceux qui pensent échapper au système par un mode de vie autonome.

Il ne s'agit pas d'une guerre frontale mais d'une guérilla comme celle des Chouans à la révolution. Il faut user l'adversaire par notre passivité, notre mauvaise volonté à appliquer n'importe quelle norme sanitaire... à commencer par rentrer dans un super marché sans masque quitte à se faire reprendre, à prendre des journées de repos au maximum pour un employeur qui vous demande le vaccin et le pass, à prendre un congé sans solde (si possible pour les gens aisés) etc ... Faisons appel à notre imagination de Français !

Et cela dans un esprit catholique en demandant au Ciel de soutenir l'humble forteresse de notre âme qui ne doit jamais abdiquer devant les terreurs diaboliques.

C'est ainsi qu'un Soljenitsyne a pu survivre au communisme stalinien et à ébranler le système.

Que Dieu nous soit en aide avec ses saints anges

Abbé Matthieu Salenave
Le 15 septembre 2021
Fête de Notre Dame des Sept Douleurs 

                                                     Nous suivrons l'exemple 
                                         des Vendéens si cela est nécessaire 


Un homme d’argent parle

Commentaire Eleison 739 (11 septembre 2021)


Quand Dieu est bafoué, les mensonges arrivent,
Et que Covid soit roi, n’a rien d’une surprise.

Doug Casey est un investisseur américain très prospère, ayant derrière lui de nombreuses années d’expérience dans la finance. Il connaît non seulement le monde des affaires, lui permettant de garder les pieds sur terre, mais il possède aussi une certaine culture générale grâce à une formation en matières humaines. Dans ses écrits, il ne mentionne guère la religion, mais il allie le réalisme de l’homme d’argent dans ce qu’il a de meilleur, avec une certaine connaissance de la nature humaine. Certes, il n’est pas infaillible, mais les regards qu’il pose sur le monde sont intéressants. Voici un résumé de ce qu’il disait le 7 juillet dernier, dans un billet intitulé,  «  Voilà pourquoi la plupart des gens confient leurs réflexions aux « experts ».

Aujourd’hui, grâce à l’internet et à la technologie moderne, les gens bénéficient d’un accès relativement facile à une masse d’informations sur presque tous les sujets. Et pourtant, leur esprit critique semble être tombé au plus bas. Pour quelle raison ? Sans doute, parce que la technologie, telle que celle d’Internet, est purement mécanique et entièrement prévisible. Or les êtres humains ne sont pas des machines. Ce sont des êtres spirituels dotés de libre-arbitre, non prévisibles, ayant besoin d’une une certaine réflexion avant d’exercer leur liberté. A ce titre, libre arbitre et technologie ressortissent de deux domaines totalement étrangers l’un à l’autre. La sagesse nécessite une réflexion personnelle qui peut exiger un effort douloureux, tandis que les solutions de Google sont aussi faciles qu’instantanées. C’est pourquoi, dans la mesure où penser par moi-même entraîne un trop grand effort, je peux très bien être tenté de me tourner vers mon ordinateur sans âme pour obtenir une solution facile à mon problème.

Mais à la place d’un critère qui recueille ce qu’on doit retenir avec sagesse et qui élimine ce qui doit l’être, l’ordinateur ne pourra jamais offrir qu’une masse d’informations en vrac, non tamisées. C’est pourquoi, qu’il s’agisse de finances, d’économie, de politique ou de n’importe quel autre domaine, je suis susceptible de faire appel à des « experts » pour qu’ils me disent ce que je dois penser. Hélas, aujourd’hui la plupart des experts n’ont reçu qu’une formation technique étriquée et non la large éducation humaine d’autrefois. Ainsi, au lieu d’avoir la vue d’un oiseau percevant les choses d’en haut, comme le ferait un véritable philosophe, les experts ne sont que des vers proposant leur vision terre à terre. En fait, plus les données nécessaires au fonctionnement d’une société deviennent techniques et compliquées, plus les vrais philosophes, au sens propre du terme, se font rares. Les titres « universitaires » modernes sont de plus en plus humainement inutiles. Souvent, un « diplôme universitaire » d’aujourd’hui signifie en fait que j’ai contracté dans ma jeunesse une dette, hypothéquant le reste de mon existence, en échange de quoi je n’ai rien de mieux à présenter qu’un faire-valoir pour camoufler ma médiocrité. Alors, en quête de solutions véritables, je peux être tenté de me tourner vers les célébrités, car je pense à priori que les personnes célèbres savent quelque chose. Mais, en dépit de leur belle apparence et malgré leur renom flatteur, elles ne savent en réalité rien, ou presque. Retour au recours aux « experts ».

Les boniments de l’épidémie covidienne n’ont fait qu’accentuer ces tendances. Tout au long de cette hystérie collective, la plupart des gens ont suivi, tels des robots, les opinions de divers « experts de la santé », et ils ont méprisé les sages qui utilisaient leur esprit pour présenter des informations et des données logiques qui remettaient en cause la version officielle. Les médias et l’Establishment ont donc sélectionné un ensemble d’experts de la santé accrédités, les ont mis en avant et ont dit au public qu’ils savaient de quoi ils parlaient. Nous pensons par exemple à Anthony Fauci qui, au départ, ne représentait rien, et qui est parvenu à exercer un contrôle quasi-dictatorial. Au contraire, ceux qui ont écrit de nombreux articles, évalués par leurs pairs, qui ont mené des travaux de laboratoire sérieux, ne comptent pour rien parce que ces personnes ne suivent pas l’opinion du Tsar Fauci. Donc désormais les « experts de la santé » font partie de nos gouvernants, car quand on dit aux gens qu’ils vont mourir, et que leurs proches sont par là en péril, on possède un puissant motif pour les amener à faire tout ce qu’on leur dira.

Cela conduit tout droit à un État policier aux multiples facettes. Ceux qui nous gouvernent actuellement contrôlent la masse monétaire, l’économie, le système éducatif, les médias et le système médical. Ces mêmes dirigeants ont depuis longtemps mutilé la vraie religion, maintenant remplacée par des versions actualisées du marxisme (lequel a toujours été un succédané de religion, même s’il se prétendait « scientifique »), comme l’idéologie verte ou le wokisme (tous deux étant de nouveaux ersatz de religions). Ces mêmes gouvernants ont monté une guerre sur plusieurs fronts : ils espèrent expliquer l’effondrement économique en cours par la crise Covid, et au fur et à mesure que la dépression se prolonge, ils s’apprêtent à la mettre sur le compte du réchauffement climatique. De fait, le Covid et le « réchauffement de la planète » sont deux mensonges cosmiques, conçus non seulement pour que les vrais coupables puissent éviter d’être blâmés pour le chaos à venir, mais aussi pour établir leur tyrannie mondialiste. En voilà pour les « experts » !

Kyrie eleison.

samedi 11 septembre 2021

La Miséricorde punit ?

Commentaire Eleison 738 (4 septembre 2021)



Seigneur Dieu, faites que je comprenne toujours,
Que le Covid est là de par ton grand amour ;


(Non que tu causes le mal, mais seulement l’autorises
Pour que sur terre nos cœurs coupables Te choisissent.)


Ces « Commentaires » font souvent allusion à un châtiment imminent, voire à une « pluie de feu », que la colère divine s’apprête à infliger à l'humanité pécheresse. Pourtant, n’est-ce pas l’Église qui, de tous temps, enseigne aux catholiques l’infinie Miséricorde du Dieu tout-puissant, l’Amour sans limite du Cœur Sacré de Jésus ? Il suffit de nous référer, par exemple, aux merveilleuses révélations de sa Miséricorde faites, dans les années 1920 dans un couvent français, à Sœur Josefa Menendez, et qui se trouvent dans le livre «  Un appel à l’Amour »  . Notre Seigneur y demande à la Sœur de faire savoir au monde qu’Il est prêt à pardonner à qui que ce soit quelque péché que ce soit si seulement le pécheur se tourne vers Lui avec confiance en Sa Miséricorde. Au point qu’une fois, elle trouva sa Miséricorde si extrême qu’Il dut insister en lui disant : « Oui, ma Sœur, écris ce que je viens de dire, écris-le ! ». La question peut alors se poser : comment un Dieu aussi miséricordieux peut-il être prêt à infliger à l’humanité une « pluie de feu » comme celle dont la Vierge à Akita, au Japon, nous a avertis en 1973 ?

Pour les catholiques libéraux qui ne tiennent plus aux grandes vérités de la Foi, ce problème est insoluble. Selon eux, si Dieu existe, il ne s’agit que d’un gentil papa gâteau (pardonnez-moi, Seigneur !) qui ne pourrait jamais se résoudre à punir qui que ce soit, pour quoi que ce soit ; de sorte que si l’Enfer existe, il est pratiquement vide, sauf peut-être pour Caïn et Judas Iscariote (et Adolf Hitler). Mais, pour un catholique qui chérit encore le catéchisme d’autrefois, énonçant les vérités éternelles, la solution est évidente. Il dira : Que l’on vive simplement en accord avec ces vérités, et on comprendra sans problème pourquoi il est tout à fait normal pour un Dieu miséricordieux de punir, même sévèrement, les pécheurs.

Ainsi, Dieu existe. C’est de Lui que vient tout être humain, sans exception possible. Chacune de nos âmes spirituelles a été créée par Lui, donnant vie à notre corps de chair. Et c’est à Lui, qu’à notre mort, nous sommes destinés à retourner, dans la Gloire de son Paradis, après Lui avoir donné durant notre bref séjour sur la terre notre foi, amour, service et obéissance. Et qu’y a-t-il là de déraisonnable ou d’injuste de la part de Dieu, étant donné la variété des dons dont Il nous comble ici-bas ? Mais immédiatement après cette vie en commence une autre, éternelle, au Ciel ou en Enfer, selon l’usage que nous aurons fait de Ses dons.

Donc avons-nous aimé Dieu ici-bas ? Alors, nous jouirons d’une félicité éternelle avec Lui dans le Ciel. Lui avons-nous résisté ? Alors, nous endurerons une peine éternelle, sans Lui, dans l’Enfer qu’Il a créé pour les pécheurs obstinés et les anges déchus (Mt. XXV, 41). Quoi qu’il en soit, au Ciel ou en Enfer, la vie après la mort dure pour chacun de nous, une infinité de siècles. Par conséquent, la vie de l’homme sur terre, durerait-elle 80 ou 100 ans, reste aussi brève qu’un souffle de vent, comparée à sa vie éternelle après la mort. D’une certaine manière, cette vie éternelle dure autant que Dieu lui-même. Alors, dans quelle vie est-il plus important d’être heureux ? De toute évidence, dans la vie éternelle. Saint Augustin ne priait-il pas : «Seigneur, punissez-moi autant que Vous le voulez dans cette vie, pourvu que vous n’ayez pas à me punir dans l’autre ! » ?

Malgré ces considérations, la difficulté vient de ce que – par la faute d’Adam et Eve, et depuis le début de la race humaine – les tentations de défier Dieu dans cette vie, notamment par orgueil ou sensualité, ont un tel pouvoir de séduction que les hommes choisissent plus facilement le chemin de l’enfer que celui du ciel (Mt. VII, 13–14). Alors que doit faire Dieu pour aider les hommes à choisir malgré cela le Ciel, comme Il le veut dans son amour pour tous sans exception (I Tim. II, 4) ? Certes Il a bien le pouvoir de forcer chacun de nous à choisir Sa voie, mais Il ne s’en sert pas, car ce serait annuler le but pour lequel Il nous a créés. La raison en est que Son Ciel en serait peuplé de simples robots. C’est pourquoi Dieu choisit de faire connaître à tous les hommes les dix Commandements par la lumière naturelle de leur conscience. Et si, malgré cela, les hommes touchent encore au fruit défendu, Il les punit, d’une manière ou d’une autre, pour qu’ils reviennent à choisir par eux-mêmes le Ciel.

D’ailleurs, les punitions les plus lourdes de cette vie peuvent-elles se comparer aux peines éternelles de l’enfer ? Aucunement ! Alors, à quel point les punitions les plus cruelles de cette vie sont-elles cruelles , si elles n’ont pour but que de m’aider à rester sur le bon chemin pour jouir de la vie éternelle ? Pourvu que je sache les subir de bon gré, en comprenant qu’elles viennent de l’amour divin, alors ces peines n’ont par essence rien de cruel.

Kyrie eleison.

lundi 6 septembre 2021

C'EST LA GUERRE ! QU'ON SE LE DISE !

Source : https://t.me/francefidele

Permettez-moi de vous rappeler quelques règles dans le combat que nous menons en ce moment. Car je m'aperçois que certains s'imaginent naïvement qu'il suffit de céder un peu de terrain sur les vaccins ou sur les masques pour que tout redevienne un jour comme avant la tyrannie sanitaire.

Très lourde illusion ! Car nous sommes bel et bien en guerre contre l'ennemi éternel du genre humain, et il faut savoir que cet ennemi ne cédera jamais. Encore moins si nous lui concédons du terrain.

Cet éternel ennemi ne dort jamais, il tourne sans cesse pour nous enchaîner dans son monde. Sa haine est quelque chose d'à peine imaginable pour nos petits esprits humains. Cela fait des millénaires que cet être infernal travaille et augmente sa puissance de destruction. Et vous pensez qu'il va céder en 2021 parce que vous avez accepté de faire la première injection ou que vous mettez le masque pour que la boulangère ne vous fasse pas une remarque désagréable ?

Avez-vous bien saisi que nous devons faire la guerre ?  Avez-vous bien saisi ce que Macron a dit quand il affirmait froidement que c'était l'heure de la Bête ?

Cette phrase devrait à la fois nous faire frémir car c'est tout de même Lucifer et ses sbires qui nous déclarent publiquement la guerre à travers ce pauvre pantin de l'Élysée, mais en même temps cette déclaration de guerre devrait nous décider résolument à mener une contre-offensive aussi radicale que celle de notre adversaire.

Avant d'imaginer de prendre vos anciennes kalachnikoff stockées dans vos caves, pensez à toutes ces petites ou moyennes lâchetés que nous avons tous commises et qui ont permis au prince de ce monde d'enraciner son effrayant royaume sur le monde : abandon de la prière, TV, films, pertes de temps, impuretés, recherche exagérée d'une multitude de petits conforts... notre corps a gagné beaucoup de petites ou grandes guerres contre notre âme.

Alors, voilà enfin l'heure où nous allons pouvoir réveiller notre pauvre âme et dire au prince de ce monde que nous allons lui faire la guerre !

En ce sens, je remercie Macron de nous l'avoir déclarée publiquement. Merci Emmanuel !

Viendra bientôt le temps où nous ne pourrons peut-être plus manger à notre faim, nous chauffer à 22 degrés, manger des gâteaux apéritifs tous les midis etc...

Savez-vous d'où viennent les défaites ? De la naïveté, lorsque nous sous-estimons la malice de l'ennemi ou manquons de résolution pour le combattre.

C'est la guerre. Voici donc l'heure des héros. Soyons de ceux-là !

Abbé Matthieu Salenave
Le 3 septembre 2021 - Fête de St Pie X   

mercredi 1 septembre 2021

Mgr Lefebvre le Sage - II

Commentaire Eleison 737 (28 août 2021)

Mon Seigneur Dieu, je crois, mais augmentez ma foi !
Le monde tout autour s’est détourné de Toi !

Outre les conceptions antagonistes du libéralisme et du sédévacantisme (cf. les "Commentaires" de la semaine dernière), une autre approche permet de voir la sagesse avec laquelle Mgr Lefebvre a su « faire face » aux papes Paul VI et Jean-Paul II. En effet, comment concevoir à l’époque qu’une telle résistance ait été absolument nécessaire à la survie de l'Église ? Très peu d’hommes d’Église l’ont vu en ce moment-là. A preuve : lorsque Mgr Lefebvre fit sa déclaration du 21 novembre 1974, qui était une sorte de Charte du mouvement Traditionnel à venir, Rome suspendit officiellement, en 1975, la Fraternité Saint-Pie X dont il était le fondateur ; et, en 1976, il fut encore suspendu personnellement de toute activité en tant qu'évêque. Sa résistance paraissait alors totalement inacceptable, au point que la grande majorité de ses frères dans l'épiscopat se rangèrent du côté de Rome, et beaucoup d'entre eux exercèrent sur lui une pression continuelle pour qu'il cédât à Paul VI, et cessât de "désobéir".

Jusqu'à la Consécration de quatre évêques en 1988 pour la Tradition catholique, Monseigneur entretint l’espoir de constituer un petit groupe de quatre ou cinq évêques traditionnels qui pourraient sérieusement s’opposer à la dissolution de l'Église par les néo-modernistes. Mais il n’en fut rien. Bien qu’il rendît visite à de nombreux confrères, il n'en trouva aucun qui acceptât de le soutenir dans sa prise de position publique contre les destructeurs romains. Ce n'est qu'en 1981 qu'un confrère se rangea enfin publiquement à ses côtés. Il s’agit de Mgr de Castro Mayer qui venait d’avoir 75 ans (âge de la retraite) et qui avait dû démissionner de son poste d'évêque diocésain de Campos, au Brésil. Cet évêque, bien qu’officiellement en retraite, resta publiquement aux côtés de l'Archevêque, notamment lors de la cérémonie des Consécrations épiscopales en 1988. Ce geste fut très apprécié par Mgr Lefebvre, car c’était bien la preuve qu’il n’était pas le seul à juger que la crise de l'Église justifiait une action aussi radicale que des Consécrations épiscopales sans l’approbation du Pape.

Ces deux évêques clairvoyants restèrent ensemble jusqu'à leur mort qui intervint en 1991 à un mois d'intervalle. Mais, après leurs décès, leurs propres disciples ne les suivirent pas très longtemps, ce qui montre à quel point la clairvoyance de ces deux-là avait été exceptionnelle. Au Brésil, le groupe de prêtres de Campos réinterprétèrent rapidement l’épiscopat de Mgr de Castro Mayer en le divisant en deux périodes : d’abord, celle du pasteur obéissant, avant sa rébellion "contre Rome", puis celle du "rebelle désobéissant". Ils déclarèrent alors que leur loyauté allait à "Castro I", excuse pour se soumettre en groupe à la juridiction de Rome. Quant à la Fraternité St-Pie X que l'Archevêque avait laissée derrière lui dans le monde entier, elle vit ses dirigeants, au bout de quelques années, prendre contact en privé avec des représentants de l'Église officielle dans le cadre de discussions organisées par le GREC. Et, quelques années plus tard, le Supérieur de la Fraternité annonça publiquement que seul un coup de tampon manquait encore pour entériner un accord officiel entre la Fraternité et Rome. À la décharge des dirigeants de la Fraternité, aucun accord officiel n'a jamais été conclu, mais à leur charge, ce n'est pas faute d'avoir essayé, et il y a bien en place un accord officieux.

Mais comment ose-t-on discréditer de manière aussi nette les dirigeants de la Fraternité alors qu’ils ne visaient qu’à trouver un statut légitime par lequel la Fraternité serait reconnue au sein de l'Église officielle ? Répondons à cette question en examinant les fruits portés par ces efforts. Depuis que les successeurs de l’Archevêque essaient de s’entendre avec Rome, la Fraternité porte-t-elle des fruits comparables à ceux qu’elle produisait lorsqu’elle rejetait clairement, derrière son Archevêque, tout contact avec les Romains prévaricateurs, destructeurs de la Foi ? Certes, on n’affirmera pas que la Fraternité ne produit plus aucun fruit depuis qu’elle traite ces Romains comme s'ils étaient catholiques, mais dans la crise actuelle de l'Église qui ne cesse de s'aggraver – et non de s'atténuer ! – combien plus de fruits réels la FSSPX n’aurait-elle pas obtenus si seulement les âmes n'avaient pas été fourvoyées par son message équivoque, disant : "Oui, bien sûr, les Romains sont mauvais, mais enfin, ils ne sont pas aussi mauvais que cela ! Et ils finiront par nous reconnaître, si seulement nous savons les ménager !"

Or, en réalité, ces Romains sont très mauvais. Ils sont les premiers responsables de la destruction de l'Église dont dépend le salut ou la damnation de millions et millions d'âmes. Le dernier Motu Proprio du Pape François ne montre-t-il pas clairement qu’ils sont toujours aussi mal orientés ? Ils n’ont pas changé depuis les 60 dernières années. Alors posons-nous la question : comment Mgr Lefebvre a-t-il su voir cela aussi clairement, à la différence de ses confrères et de ses successeurs ? Assurément, par la pureté et la force de sa foi.

 Kyrie eleison.

 

 

mercredi 25 août 2021

Mgr Lefebvre eut raison - I

Commentaire Eleison 736 (21 août 2021)



Pour traverser la crise, il fallut un évêque
Qui mit par sa sagesse les impies en échec.


Dans son Motu Proprio « Traditionis Custodes », le Pape François s’évertue à éteindre le rite traditionnel séculaire de la Messe en latin, en voulant le faire disparaître à tout jamais de toutes les célébrations du Saint Sacrifice. Ce nouveau scandale appelle-t-il de notre part quelques observations ? Avant tout, rendons gloire à Dieu de nous avoir donné Mgr Lefebvre comme modèle pour nous guider dans cette crise pré-apocalyptique de l’Église. Son Excellence a terminé ses jours supposément « excommuniée » par les ecclésiastiques du courant de pensée dominant ; il n’a pas non plus été entièrement suivi même par les principaux ecclésiastiques de la Fraternité Saint-Pie X qu’il avait fondée. Pourtant, eu égard à l’avenir de l’Église, ce que l’histoire conserve de ses avis et de ses actions fait preuve, jour après jour, d’une sagesse toujours plus manifeste.

L’histoire nous indique exactement comment il aurait réagi à Traditionis Custodes. D’un côté, il aurait, une fois de plus, rejeté totalement la fausse doctrine de Vatican II, à l’origine du Novus Ordo et qui s’efforce maintenant d’abolir toute trace de l’ancien rite tridentin. Or, ce rite ne s’est-il pas avéré depuis 1969 être le concurrent inexpugnable de la Nouvelle Messe du Pape Paul VI ? Car ne risque-t-il pas de survivre longtemps après que la Nouvelle Messe aura été reléguée dans les poubelles de l’histoire ? Mais d’un autre côté, même si les papes qui luttent contre la Tradition catholique plus âprement que jamais, comme François dans ce Motu Proprio, représentent un problème des plus angoissants pour les catholiques, il reste toutefois très improbable que l’archevêque serait allé jusqu’à déclarer que le pape n’était pas le pape. Au contraire, pour le bien de la structure ecclésiale, il aurait insisté sur le respect et la courtoisie envers tous les Papes apparents de Vatican II, laissant à l’Église officielle seule, dans un temps futur plus apaisé, le soin de décider du statut à attribuer à ces Vicaires du Christ qui ont si peu compris la Tradition catholique.

Cet équilibre que respectait l’archevêque, entre la condamnation de la doctrine des papes conciliaires et le respect de leur fonction, est connu sous le nom de « Reconnaître et résister » : reconnaître leur fonction, mais résister à leur doctrine. Résultat ? Cette politique, normale pour des catholiques, se fait tirer dessus par de vives critiques venant des deux côtés. D’une part, les libéraux disent que si vous reconnaissez à juste titre la fonction des prélats, vous n’avez plus le droit de résister à ce qu’ils commandent. D’autre part, les antilibéraux acharnés, parmi lesquels les « sédévacantistes », retournent cet argument, disant que si vous résistez à juste titre aux ordres erronés de l’autorité, vous vous enlevez logiquement la possibilité de reconnaître l’autorité qui émet de tels ordres. Autrement dit : vous ne pourrez jamais à la fois reconnaître et résister, ce doit être ou l’un ou l’autre. Ce à quoi Monseigneur répondait : je rejette l’enseignement mais pas nécessairement l’enseignant. Les papes catholiques qui détestent la Tradition sont un mystère que l’Église devra résoudre à une époque future, si elle le veut et si elle le peut.

Depuis lors, la position de Mgr Lefebvre a été suivie par de nombreux catholiques, non pas en raison de l’autorité officielle dont il aurait joui, car en fait d’autorité officielle, il n’en avait que peu ou pas du tout. Mais, de fait, beaucoup de laïcs, confrontés aux mêmes problèmes dans l’Église que Monseigneur, sont arrivés aux mêmes conclusions que lui. C’est la raison pour laquelle ils l’ont suivi, faisant de lui le pionnier de l’équilibre et de la raison dans la crise actuelle de l’Église.

Mais comment Monseigneur a-t-il réussi à garder ainsi son équilibre et sa sérénité alors que, dans le sillage du Concile, tant de catholiques croyants ou perdaient la foi ou désespéraient de l’Église ? Sans aucun doute, par la grâce de sa Foi inébranlable en Dieu et dans la Vérité, biens supérieurs à tous les changements, à toutes les influences politiques ou autres ; par sa fidélité en un Dieu et en une Vérité que la Tradition catholique atteste pour le bénéfice des hommes, sans pour cela devenir intrinsèquement soumise aux hommes ni dépendante d’eux. Ces élévations lui permettaient de vivre en esprit, bien que vivant également dans le monde quotidien, n’admettant pas de changements excessifs dans les choses de Dieu, mais n’exigeant pas non plus trop de perfection dans les choses des hommes. Certes, les libéraux déraisonnent lorsqu’ils rêvent de rendre compatibles l’unique véritable Église de Dieu et notre époque impie, mais les catholiques se trompent également lorsqu’ils doutent des capacités de la Providence dans la gestion divine de son Église.

Alors le pape François est fou, mais Jésus-Christ sauvegardera son Église jusqu’à la fin du monde. Il l’a dit – Mt. XXVIII, 20.

Kyrie eleison.

lundi 23 août 2021

Gouvernements sans Dieu - II

Commentaire Eleison 735 (14 août 2021)


Nos lecteurs se souviendront sans doute des "Commentaires" de la semaine dernière, qui reproduisaient un article provenant d’un patriote britannique du nom de Dennis Whiting. Cet article épinglait le gouvernement britannique pour avoir eu recours au mensonge en dirigeant le pays dans l’absurdité Covidienne en particulier, mais pas seulement. Bien sûr, parler d’ "Absurdité-Covidienne " n'équivaut pas à nier toute réalité à l’épidémie (bien que le virus n'ait jamais été jusqu’ici isolé correctement). Non, cela veut dire que tant qu’on en fait – comme en font nos politiciens et médias lamentables – un problème médical, le phénomène Covid n’a pas de sens. Par contre, dès qu’on le conçoit comme un instrument politique majeur servant à l'asservissement de l'humanité, ce n’est plus absurde du tout. Il ne provient pas seulement de nos politiciens et médias fantoches, mais de leurs maîtres marionnettistes, bien plus sinistres, c’est-à-dire du pouvoir judéo-maçonnique, créateur du monde moderne, dont le but est de chasser Dieu de Sa Création et de prendre Sa place. Voici où va la seconde moitié de l'article de Whiting.

La gestion de la "pandémie", semble avoir pris le dessus en Grande-Bretagne et dans la plupart des pays du monde. Cependant, le Covid-19 est une nouvelle espèce de méchante grippe, mais ce n'est pas une pandémie. Au dehors, les cadavres ne jonchent pas les rues ; les entrepreneurs de pompes funèbres ne font pas d'heures supplémentaires ; les taux de mortalité annuels globaux n'ont pas augmenté de manière significative, voire pas du tout. Plus de 99 % des personnes qui attrapent la maladie survivent, et l'âge moyen de décès de ceux pour qui elle s'avère fatale est de 82 ans.

La « vaccination » de masse, présentée prétendument comme remède à la crise, n'est pas un vrai remède mais plutôt un crime gigantesque. Les gens sont traités comme des cobayes pour tester des "vaccins" expérimentaux qui causent des morts et des symptômes bien graves à une échelle effrayante. Les confinements sont conçus, non pour enrayer la "pandémie", mais pour détruire les petites entreprises et rendre l'ensemble de la société dépendante du grand gouvernement et des milliardaires.

Ce qui se passe aujourd'hui n’a pas surgi de nulle part. Le projet de gouvernance mondiale mûrit depuis plus d'un siècle. Après la première guerre mondiale, le pivot central de ce projet s'est déplacé de l'Empire britannique vers les États-Unis. Les financiers de New York ont soutenu à la fois la révolution bolchevique et l'ascension d'Hitler, dans l'intention de créer des guerres et des perturbations qui ne pourraient être résolues que par la formation d'un gouvernement global pour le monde entier.

La machinerie est maintenant à l'œuvre pour diviser et dérégler la société. Ceux dont le but est de "reconstruire en mieux" ce qui existe, veulent d'abord tout mettre à plat. L'attaque des néo-marxistes et des néo-conservateurs occidentaux contre la croyance et les pratiques chrétiennes a été implacable. Leur objectif est de créer un nouveau type d'homme. Pour cela, ils ont besoin d'effacer les repères du passé servant à guider notre comportement (pas moins ! souligné par E.C.).

10. ( ?) Nous devons tous faire ce que nous pouvons pour résister à ce Nouvel Ordre Mondial qui menace de nous réduire en esclavage. Hamlet – ce personnage de monsieur tout le monde créé par Shakespeare à l'aube de l'ère moderne – n'avait aucune envie de relever le défi, mais il savait qu'il ne pouvait pas s'y soustraire :

Le temps est hors des gonds. Ô sort maudit,
Qu’on veuille que ce soit moi qui rétablit. (Hamlet, fin du premier Acte)

Whiting n'exagère rien lorsqu’il parle du phénomène Covid comme d'un "crime gigantesque" avec des «symptômes bien graves à une échelle effrayante » ; à preuve une masse de matériel publié sur Internet, tel que, par exemple le travail admirable qu’effectue Reiner Fuellmich, avocat allemand, avec son équipe. Ce bon avocat reste optimiste ; toutefois est-il à craindre que le châtiment de Dieu n’aille jusqu’au bout, afin que, cet épisode une fois passé, nous ne retournions pas à notre vie sans Dieu, vie vraiment à vomir.

Kyrie eleison

vendredi 20 août 2021

Ami ou ennemi de la Fidélité ?

Il y a quelques jours, nous publiions le sermon de l'abbé Chazal au cours duquel il nous rappelait : « il y a une grande paix, une grande collaboration et une grande harmonie entre nous tous, un grand amour de la collaboration et un grand esprit de Charité entre nous. »  De son côté, l'abbé Salenave, dans un petit mot du jour, abordait le même sujet à partir d'un tout autre exemple...




Une personne m'a récemment appris un fait à la fois touchant et riche d'enseignement . 

Ce fait est bref : Mgr Viganò a offert un livre à Mgr Williamson. Dans la lettre qui accompagnait le livre, Mgr Viganò se recommandait aux prières de Mgr Williamson. 

Et en retour Mgr Williamson de citer Mgr Viganò dans sa lettre hebdomadaire. 

Fait tout simple qui manifeste l'amitié et la  communion dans la vraie Foi. Bel exemple de véritable unité catholique entre évêques au delà des œuvres multiples. 

Communion qui devient communication. 

Exemple de charité que les catholiques doivent écouter et suivre. Car notre Fidélité Catholique tient certes à notre catéchisme traditionnel, mais aussi aux évêques qui la défendent. 

Que dire alors d'une œuvre ou d'un parti qui ne veut jamais citer, inviter ou parler des évêques fidèles ( Civitas par exemple) ? Peut-on parler de communion dans la Foi ? Peut-on parler d'amitié et d'union avec les évêques ? 

Silence persistant et calculé, au prétexte fallacieux que Mgr Williamson aurait dû se taire sur certaines choses ou que les affaires politiques françaises ne concernent pas les évêques ? Alors qu'un évêque fidèle est justement la source de tout ordre politique ? 

Imaginons la "Cité catholique" refusant de parler ou d'inviter Mgr Lefebvre ?  C'est hélas ce qui s'est passé quand la Cité catholique de Jean Ousset a refusé de trancher au sujet de la nouvelle Messe. 

C'est ce qui se passe aussi avec certains  catholiques qui se refusent de choisir les évêques car ils pensent (très naïvement) que leurs œuvres sont au dessus de ce choix. 

St Paul du désert a voulu mourir "sous le manteau de St Athanase" pour signifier qu'il voulait mourir dans la communion avec le seul évêque fidèle. 

A nous d'imiter St Paul : nous voulons vivre et mourir avec les évêques fidèles. Et gare à ceux qui les oublient ou les maltraitent. 

Que Dieu vous bénisse, 

Le 14 août 2021

Vigile de l'Assomption

jeudi 19 août 2021

Gouvernements sans Dieu – I

Commentaire eleison 734 (7 août 2021)

Le huitième Commandement interdit de mentir.
Avec raison – sinon, la vie ne peut tenir.

Si Dieu n’existe pas, s’il n’y a pas de jugement personnel à craindre à notre mort, qu’est-ce qui pourrait empêcher les dirigeants ou les élites dirigeantes d’user de leurs positions privilégiées pour leur propre compte, plutôt que pour le bien du peuple qu’ils gouvernent ? Un politicien moderne ne se soucie de personne, sauf des médias; les médias ne se soucient que de peu de personnes sauf de ceux qui appartiennent à cette race désireuse de dominer le monde en installant un Nouvel Ordre Mondial. Mais l’installation de ce Nouvel Ordre Mondial requiert le secret, car il éliminera les derniers vestiges de la chrétienté, y compris les libertés qui en découlent. Car, par suite du péché originel, la liberté ne saurait procurer la vérité. C’est bien plutôt la vérité qui procure la liberté (Jn. VIII, 32). C’est la vérité chrétienne qui a donné à l’Occident ses libertés politiques et la vie, tandis que le Nouvel ordre mondial prévoit de tuer des milliards de personnes dans le monde (tout comme les « vaccins » Covid commencent à le faire).

En conséquence, les gouvernants impies du monde actuel sont obligés de faire comme s’ils voulaient promouvoir la vie et la liberté des peuples, alors qu’ils préparent en fait leur mort et leur asservissement. Voilà pourquoi les politiciens sont de fieffés menteurs, surtout depuis la Révolution française de 1789, lorsque l’Occident a basculé à gauche, loin du Seigneur.

Illustrons ces grandes accusations par des exemples réels de la vie récente, tirés des actions du gouvernement de sa Majesté en Grande-Bretagne. Sur le site web d’un parti nationaliste britannique (patria-uk.org), un patriote britannique publie un article soutenant l’affirmation de Monseigneur Viganò que nous avons vue la semaine dernière dans ces « Commentaires », à savoir que les peuples du monde doivent désormais s’abstenir de penser que leur gouvernement agit pour leur bien. Car, c’est le contraire qui est vrai. Voici un résumé de la première moitié de l’article de Dennis Whiting

«Nous ne pouvons plus répondre de notre propre pays, car aujourd’hui, nous sommes sous un régime d’occupation dont le gouvernement crée sa propre « vérité » et déforme les événements en fonction d’un récit préconçu. Diverses catastrophes se sont produites depuis l’an 2000 ; or les explications officielles fournies par le gouvernement ne sont pas crédibles. Notamment le 11 septembre, le 7 juillet et, plus récemment, l’empoisonnement de Salisbury. Les récits de ces événements et d’autres similaires, mis au point par les gouvernements successifs et fidèlement rapportés par les médias, sont dénués de cohérence et de consistance.

En 2014, dans un discours aux Nations Unies, le Premier ministre britannique David Cameron a estimé que la remise en question des récits officiels par les « théoriciens du complot » était une forme de « terrorisme de droite » qu’il importait de combattre. Depuis le début de l’épidémie Covid-19, le gouvernement britannique s’efforce de contrer les récits alternatifs en créant des organismes tels que le groupe « Integrity Initiative », et il menace maintenant de criminaliser toute recherche sérieuse de la vérité avec le Online Harms Bill. (Loi sur les préjudices causés en ligne). La Behavioural Insights Team a été créée en 2010 en tant qu’organisme officiel dépendant du Cabinet Office (Bureau du Cabinet). Son objet est la gestion psychologique de la perception publique. Le SAGE (Scientific Advisory Group for Emergencies) est un organisme similaire, créé pour conseiller le Bureau du Cabinet ainsi que, en son sein, le SPI-B (Scientific Pandemic Insights Group on Behaviours). En 2020, le SPI-B a déclaré : «Un nombre substantiel de personnes ne se sentent toujours pas suffisamment menacées personnellement [par le Covid-19] »; en conséquence : «pour les personnes montrant trop d’indifférence, le niveau de menace personnelle perçu devra être augmenté. Pour ce faire, on aura recours à des messages émotionnels percutants » – en d’autres termes, la peur doit être augmentée pour s’assurer que le grand public accepte le récit du gouvernement sur le Covid-19.

De même, à la suite de l’empoisonnement mystérieux des Scripal à Salisbury en mars 2018, le gouvernement a eu quelques difficultés à faire passer son récit officiel. Ainsi, lors de la réunion du G7 en juin de cette année-là, la Première ministre Theresa May a annoncé : «les dirigeants du G7 ont convenu d’établir un nouveau mécanisme de réponse rapide ». Cela signifie que tous les pays du G7 accepteraient automatiquement la version des événements donnée par l’un d’entre eux et réagiraient en conséquence...»

En d’autres termes, sept des principaux gouvernements du monde ont promis de synchroniser leurs mensonges ! Voir la semaine prochaine la suite de ces Commentaires concernant l’article de Whiting.

Kyrie eleison.

mercredi 18 août 2021

Guérison de l’abbé Chazal - remerciements et encouragements

M. l'abbé Chazal semble sorti d'affaire après sa lourde maladie qui semble être une conséquence des campagnes vaccinales massives. Sa rapide  guérison lui permet de remercier tous ceux qui ont prié pour lui,  y compris ceux qu'il a pas mal tancés depuis des années.  En retour, il  leur rappelle charitablement de ne rien concéder aux sirènes modernistes. Toujours optimiste malgré les apparentes défaites, l'abbé nous signale des avancées encourageantes pour la Tradition. 

Mise à jour du 30 août : l'abbé Chazal nous informe que Mgr De Galarreta a été "vacciné"; nous avons appris qu'il n'en est rien !  Il a reçu une FAUSSE vaccination pour obtenir le PASS !  Peut-on mentir ?



Abbé Chazal : sermon du 15 août 2021

(Traduction rapide)

Au nom du Père et du Fils et du Saint-Esprit.

Mes chers amis,

En ce beau jour de l’Assomption de Notre-Dame, lorsque l’Arche d’Alliance a pris place en son propre et éternel endroit, en ce beau jour, je vous remercie vraiment pour vos prières pour moi, vous tous, partout. J’ai reçu l’assurance de tant de personnes priant pour moi ! Je vais mieux même si je me sens comme une personne de 70 ou 80 ans, très fatigué; j’aurai probablement encore besoin de plusieurs semaines de repos avant que je reprenne une vie normale. Je souhaite remercier aussi tous ceux qui ne nous aiment pas beaucoup mais qui prient quand même pour moi, comme des personnes de la FSSPX qui ont prié pour moi. Je n’ai pas été très tendre envers la FSSPX au cours des années écoulées, parce que j’aime toujours la FSSPX. Je reconnais qu’ils ont prié pour moi et je leur en suis reconnaissant. Je demande instamment à nos fidèles de prier pour l’abbé Bourmaud de la FSSPX qui ne se porte pas trop bien pour les mêmes raisons mais il ne va pas si bien.

J’espère que la FSSPX va s’améliorer et, certainement avec l’aide de François, elle va réaliser que c’est impossible de collaborer avec l’Eglise conciliaire. François nous aide, il nous unit en déclarant que nous sommes contre l’unité de l’Eglise en raison de trois points qu’il affirme dans son horrible Motu Proprio. Il dit que nous sommes dans l’erreur parce que nous affirmons qu’il existe une Eglise conciliaire qui est l’opposée de l’Eglise catholique; deuxièmement, il dit que nous prétendons que la messe traditionnelle est la seule vraie messe, alors qu’il affirme que la seule règle de la prière est la messe de Paul VI; troisièmement, il dit que nous prétendons erronément que Vatican II est faux et dangereux pour l’Eglise. Ce sont donc les trois points que François présente.

vendredi 13 août 2021

Réinitialisation générale ?

Commentaire eleison 733 (31 juillet 2021)


Prions pour les évêques, qu’ils disent la vérité !
Après les temps d’épreuves, vivra la chrétienté !

A l’occasion du Symposium de philosophie qui s’est tenu à Venise il y a deux mois, Mgr Viganò a publié une de ses splendides synthèses sur le cours des événements de notre temps. Ce texte exprime une pensée véritablement catholique, que tous les hommes d’Eglise devraient partager, mais que la folie conciliaire leur fait refouler dans la plupart des cas. Alors qu’à l’approche de la fin du monde (cf. Mt XXIV), l’Église se trouve plongée dans une détresse sans précédent, on voit la Providence divine mettre nettement à part cet archevêque, tel un phare de lumière, pour proclamer la plénitude de la Vérité. Cette vérité que ses collègues dans l’épiscopat ont plus ou moins étouffée, il y a plus d’un demi-siècle, depuis la clôture du lamentable Concile Vatican II. Voici un résumé du texte de l’archevêque sur « The Great Reset : the Latest Greatest Lie » (Le dernier en date des plus gros mensonges).

La perte du « bon sens » chez les individus explique en grande partie la progression de la « Grande Réinitialisation », cet assaut contre Dieu, contre l’Église et contre la race humaine. L’irrationalité, la déconfiture de la raison, la défaite du jugement critique et la négation de l’évidence forment le véritable virus pandémique de notre époque. Nous devons renoncer à la prémisse réconfortante qui nous dit que nos dirigeants agissent pour notre bien. La réalité est non seulement différente mais diamétralement opposée à ce qui nous est dit là-dessus.

Les artisans de la Grande Réinitialisation considèrent avoir asservi les masses populaires à un degré tel qu’ils n’ont maintenant plus aucune révolte à craindre. De leur côté, les masses croient que leur salut dépend des vaccins ; bientôt elles tendront la main pour recevoir une puce sous la peau. Et même si la farce de la « pandémie » se dissipe, la prochaine tromperie est déjà prête : le « changement climatique » imposera la « transition écologique » et le « développement durable ».

De tels mensonges sont la marque de fabrique des artisans d’iniquité qu’on retrouve immanquablement lors des différentes « grandes réinitialisations » des siècles derniers  : la pseudo-réforme protestante, la révolution industrielle, la révolution française, la révolution russe, les deux grandes guerres mondiales, la révolution de 1968 et la chute du mur de Berlin. Cette longue série de grandes remises à zéro, organisées par la même élite de conspirateurs, maintient l’Église catholique captive sans qu’elle puisse en réchapper. Sous le fallacieux prétexte d’apporter au peuple catholique une plus grande compréhension de la liturgie, l’Eglise a dû assister à la destruction de la messe apostolique, à l’abandon de la langue sacrée et à la profanation des rites. Cette dernière grande remise à zéro doit donc être rattachée aux autres assauts qui, au cours de l’histoire, ont tenté d’annuler l’œuvre de la Rédemption et d’établir la tyrannie de l’Antéchrist. Ce qui se passe correspond à un plan diabolique qui, au cours des siècles, a poursuivi un seul objectif  : le Nouvel Ordre Mondial. L’étape finale sera l’établissement d’un règne global dans lequel le commandement sera confisqué par quelques tyrans sans visage, eux-mêmes voués au culte de la mort et au péché.

Mais la Royauté du Christ ne devait-elle pas servir d’obstacle ? Vatican II l’a reléguée à la fin du monde, laissant l’Église victime de cette même tromperie démocratique qui sévit dans les sociétés civiles, tombées lors de la Révolution française il y a maintenant deux siècles. En reconnaissant une légitimité à l’erreur et aux fausses religions, l’Église s’est elle-même découronnée, réduite à devoir mendier l’approbation des maîtres puissants de ce monde, aux ordres desquels elle s’est soumise.

Aujourd’hui, chacun de nous a la possibilité de choisir de s’aligner sur le Christ ou contre le Christ. Engagez-vous pour Lui avec un zèle renouvelé, afin que la Couronne, que Ses ennemis lui ont arrachée, lui soit rendue ; car il est Notre Roi. Faites régner Notre Seigneur dans vos cœurs comme dans tous les domaines, dans la vie privée et dans la vie publique. Il n’y a de vraie paix et de vraie concorde que dans le règne du Christ : la paix du Christ dans le règne du Christ.

Que Dieu veuille accorder encore de nombreuses années à ce remarquable berger d’âmes qu’est Mgr Viganò !

Kyrie eleison

jeudi 12 août 2021

Appel à la prière et au jeûne

A l'occasion de la vigile de l'Assomption, autrefois jour de jeûne, Mgr Viganò nous invite à une journée de prières et de pénitence pour que soit hâtée l'arrivée du jour du triomphe du Christ-Roi et du Cœur Immaculé de Marie !


INVITATION AUX ÉVÊQUES ET AUX PRÊTRES DU MONDE ENTIER

À UN JOUR DE JEÛNE ET LA RÉCITATION 
DE L’EXORCISME DE LEON XIII

LA VEILLE DE L’ASSOMPTION DANS LE CIEL

DE LA SAINTE VIERGE MARIE

En ce moment de crise spirituelle et matérielle très grave, alors que les autorités publiques suivent les plans du Nouvel Ordre Mondial et que les pasteurs restent silencieux et complices de la destruction de la société et de l’Église du Christ elle-même, il est de notre devoir sacré de rejoindre le combat spirituel, en prenant sans hésitation la bannière du Christ Roi et de Marie Reine.

Le Seigneur a donné aux évêques et aux prêtres le pouvoir de chasser les démons en son nom, et déjà le Samedi Saint 2020, beaucoup d’entre eux ont accepté mon appel avec générosité et un esprit surnaturel, que je compte renouveler aujourd’hui. Je demande donc à mes vénérables confrères de l’épiscopat et du sacerdoce de consacrer la vigile de l’Assomption de la Bienheureuse Vierge Marie à la prière et au jeûne, et de réciter l’Exorcismus in Satanam et angelos apostaticos de Léon XIII (Rituale Romanum, Tit. XII, Caput III), à midi à Rome. Ce Sacrement sera placé sous le manteau du plus redoutable Adversaire des puissances de l’enfer, afin que la prière chorale des ministres de Dieu chasse de l’Église et du monde les pièges de l’Ennemi du genre humain qui menacent aujourd’hui la société, les familles, les individus et surtout les fidèles du Christ.

Le monde sécularisé, et avec lui pas mal de pasteurs, peut se moquer de cet appel et de l’exorcisme lui-même, le considérant comme un héritage du passé à effacer avec la foi de nos pères. Mais nous savons bien que, bien qu’indignes et pécheurs, nous avons reçu de Notre-Seigneur un pouvoir qui terrifie les portes de l’enfer et ses serviteurs.

Dans le silence et le jeûne qui nous préparent à la fête de l’Assomption de la Reine du Ciel, nous invoquons la Sainte Vierge, terrible comme une armée rangée en bataille, et Saint Michel Archange, Patron de la Sainte Église et Prince de la Milice Céleste.

+ Carlo Maria Viganò, archevêque

12 août 2021
Sanctae Clarae Virginis