samedi 13 juillet 2019

Sermon de Mgr Williamson du samedi 13 juillet

A l'occasion de l'ordination au sacerdoce du Père Marcel de la Croix à la Villeneuve, Mgr Williamson a brossé un tableau réaliste de la situation  pour les catholiques aujourd'hui : "la situation dans le monde c'est le chaos....la situation dans l'Eglise, c'est le chaos au carré ! " 

Un sermon percutant.  De vraies paroles épiscopales en un temps d'apostasie. 


mardi 9 juillet 2019

Quelle instruction pour nos enfants ?

Une maman de la Fidélité Catholique a bien voulu prendre sa plume pour nous expliquer les démarches administratives à accomplir pour scolariser les enfants malgré l'isolement (tout le monde n'habite pas à côté d'Avrillé !).  Il est tout à fait possible pour des parents de bâtir quelque chose d'adapté et de garder ainsi leurs droits fondamentaux sur leurs enfants en matière scolaire et d'éviter de ce fait les pressions et chantages de telle ou telle institution religieuse.....


Quelle mission délicate que l'éducation, surtout en ces temps difficiles où la question de l'école se pose dorénavant à partir de 3 ans !

Certes, l'école est un élément des plus importants pour l'apprentissage de nos enfants mais, si nous n'avons pas la chance de vivre à côté d'une bonne école catholique aux autorités saines, une des meilleures solutions reste de faire l'école à la maison.

Pour cela il y a différentes possibilités mais, avant tout, sachez que la loi est là et que pour notre bien... elle s’assure que nous n'usons pas de trop de liberté avec nos chers enfants.

Tout d'abord, il n'y a aucune obligation de scolariser nos enfants, ni en structure, ni par correspondance, mais ils doivent être instruits; comprenez qu’ils doivent suivre une progression dans leurs apprentissages et sont tenus par un socle commun des connaissances (lien ci-dessous).
  • Pour le cas le plus simple où vous faites l'école à la maison :
Vous pouvez : soit vous vous appuyez sur un cours par correspondance, soit vous vous débrouillez avec vos propres supports du moment que vous respectez certains points. Sachez surtout qu'il faut déclarer l’instruction en famille à la mairie et à la DASEN (Direction académique des services de l'éducation nationale) et qu'au moment de cette déclaration, le Maire ou un représentant vient inspecter les lieux où l'enfant sera instruit, puis tous les 2 ans (quand ils en ont le temps) et ce, jusqu'au 16 ans de l'enfant. 

La DASEN vient également et vérifie, en moyenne une fois par an, que l'enfant reçoit bien une instruction, qu'il acquière des connaissances, qu’il progresse et que l'ensemble des exigences du socle commun est respecté.

Certaines écoles par correspondance peuvent vous soutenir administrativement et vous préparer à ces contrôles tant redoutés par certains parents. N'hésitez pas à bien vous renseigner et poser toutes les questions nécessaires (La boîte à bon point, les cours Sainte-Anne, cours Pi, Hattemer...). Que ce soit pour les contrôles, pour avoir une méthode ou juste un soutien par des professeurs expérimentés, l'école par correspondance reste une bonne alternative, au moins, pour démarrer.
  • Deuxième solution : monter vous-même une école.
Cela demande un peu de courage mais, si vous avez d'autres familles dans votre cas, une petite structure est évidente. Je vous conseille de prendre contact avec Anne Coffinier qui dirige “Créer son école” et explique (surtout d'un point de vue juridique) la marche à suivre; mais pour faire au plus simple (et parce que j'ai trouvé la réponse si claire), je vous transmets la marche à suivre que m'a conseillée une des nombreuses personnes qui viennent de monter une école :

“ 0- Prier pour que le Saint-Esprit vous éclaire toujours et que vous l'entendiez toujours !

1- Demander aux familles la valeur de leur engagement c'est-à-dire : combien d'enfants seraient scolarisés, en quelles classes, quels cours suivis (Ste-Anne, Ker Lann, Hattemer...), quels frais de scolarité mensuels et quelle forme d'aide elles pourraient proposer à l’école.

2- Avec ces réponses, monter un petit dossier et aller rencontrer le maire du lieu d'implantation potentiel de l'école pour l’informer du projet, lui demander des locaux et surtout créer un lien de qualité entre vous.

3- Si accord, alors créer l'association (45€).

4- Contacter l'académie de votre région et leur demander les formalités à remplir pour créer son école.

5- Chercher dès que possible un local (Attention : les commissions de sécurité ne sont pas là tous les mois et c'est indispensable pour valider le dossier)

6- Suivre vos dossiers administratifs, choisir des cours ou une maîtresse pour l'année prochaine, chercher du mobilier, trouver des bienfaiteurs.

7- Ne jamais négliger de relancer l'administratif pour l’avancement de vos dossiers.

8- Prier pour que le Vrai, le Beau et le Bien triomphent !”

157 écoles ont vu le jour à la rentrée 2018 alors, pourquoi pas vous ?
  • Troisième possibilité : une association
Si vous avez peu d'enfants, peu de moyens et souhaitez faire au plus simple, nous vous conseillons un mixe des 2 premières propositions. 

Monter une association qui a pour but de sortir de l'isolement. Quel lien avec l'école me direz-vous ? Je vous explique :

Créer une association non de soutien scolaire (car le soutien scolaire exige des locaux) mais d'activités et d'entraide catholiques afin de sortir de l'isolement les enfants qui suivent l’école à la maison. Le bon côté d’une association de ce type permet de domicilier et recevoir l'association chez vous, sans contrainte des contrôles subies par les écoles hors contrat, de vous regrouper à plusieurs familles et d'employer une institutrice ou faire appel à une bénévole (une maman ?).

Comme dit précédemment, la création d'une association et la parution au journal officiel coûtent environ 45 euros.

Des solutions existent pour protéger l'éducation catholique de nos enfants, à nous de nous retrousser les manches !

La vie ici-bas est une épreuve, alors battons-nous pour l'amour de Dieu, l'amour de la Vérité.

Gloire à Dieu au plus haut des cieux et paix sur la terre aux hommes de bonne volonté.

Gabrielle G.







lundi 8 juillet 2019

Camp des ASC au Portugal

Jeunes .... inscrivez-vous au camp itinérant des ASC, vous ne le regretterez pas !

Séjour itinérant pour les jeunes de 16 à 25 ans.

Ce camp fonctionne en équipes de 8 à 10 jeunes encadrées par des animateurs.  Nombreuses visites, contacts avec les habitants, veillées et aussi discussions sur des sujets fondamentaux de la foi et de la morale. 

Un moment inoubliable pour les jeunes qui pourront en trois semaines se faire de vrais amis, s'enrichir d'une expérience qu'ils ne retrouveront nulle part ailleurs et approfondir leur vie chrétienne.

Il reste encore des places....

Inscrivez-vous ! Et si vous êtes parents ou grands-parents, inscrivez vos enfants ou vos petits-enfants. 


Contact : 06 01 79 36 80
Courriel : secretariat@amisdusacrecoeur.org
Site :   http://www.amisdusacrecoeur.org

Vatican II mis à nu

Analyse magistrale par Monseigneur Williamson du Concile Vatican II à partir de l'étude de l'abbé Calderón









mercredi 3 juillet 2019

Bretagne - Normandie - dimanche 28 juillet : Pardon en l'honneur de Sainte Anne


A Notre Dame des Fiévroux (Aucey la Plaine - près de Pontorson) - Pardon en l'honneur de Sainte Anne.

Avec la présence de M. l'abbé Dominique Rousseau et de séminaristes.

Adresse :

La Chapelle de Fievroux, 50170 Aucey-la-Plaine, France
Latitude : 48.527121 | Longitude : -1.449165

Déroulement de la journée :

10h30 : Messe chantée
12h30 : pique-nique sur place
14h30 : petit mot de l'abbé
15h00 : procession de Sainte Anne suivie de la vénération de ses reliques. Bénédiction des mères de familles et des enfants.
Goûter.
Reliques de Sainte Anne ! 

Pour préparer spirituellement le pardon et recevoir les grâces de Sainte Anne

Très glorieuse Sainte Anne, qui êtes pleine de bonté pour tous ceux qui vous invoquent et pleine de compassion pour tous ceux qui souffrent, me trouvant aux prises avec l’inquiétude et la peine, je viens me jeter à vos pieds et je vous supplie humblement d’intercéder en faveur de cette intention que je vous recommande avec ferveur (…).

Ô Vous qui en apparaissant à Yvon Nicolazic lui avez assuré que tous les trésors du Ciel sont entre vos mains, je vous demande avec une très grande confiance de présenter mes nécessités à votre Fille très sainte, la Vierge pleine de grâces, et à Jésus, le Fils de Dieu qui s’est fait votre petit-fils, pour qu’ils me fassent miséricorde.

Ne cessez pas, je vous en supplie, de vous faire mon avocate et d’intercéder pour moi, jusqu’à ce que ma demande obtienne une réponse favorable, si elle est conforme à la toute sainte et adorable Volonté de Dieu et au bien de mon âme. Obtenez-moi par-dessus tout, glorieuse Sainte Anne, d’entrer un jour dans le face à face éternel avec mon divin Sauveur pour le louer, le bénir et l’aimer avec vous et avec Marie dans la famille de tous les saints.

Ainsi soit-il.

Pour tous renseignements supplémentaires : bretagne.fidele@gmail.com

jeudi 27 juin 2019

Chartres / Paris / Chartres : une fausse guerre entre la FSSPX et les ralliés


Dans un article de La Porte latine du 26 juin 2019 sur les pèlerinages « inversés » Paris-Chartres / Chartres-Paris, la Fraternité Saint-Pie X, sous la plume de son théologien l’abbé Jean-Michel Gleize, entend rappeler à Jean-Pierre Maugendre et à ses amis (de Renaissance catholique, de la FSSP, du Christ-Roi, de l’IBP, de Chéméré, du Barroux, et d’autres instituts) qu’elle continue à s’opposer sur la doctrine aux catholiques dits "ralliés" …

Mais que vaut cette affirmation lorsqu’on la rapproche de la conduite pratique proposée par la FSSPX pour faire face à l’apostasie en cours dans l’Eglise ?

Sur le sujet, quoi qu’elle dise ou donne à croire, elle n’est plus depuis 2012 dans le combat catholique de son Fondateur, mais bien plutôt aux côtés de M. Maugendre et de ses amis « ralliés ».

Un tableau synoptique suffit à le démontrer :


Cliquez sur l'image pour la grossir ou la télécharger  ici




mardi 25 juin 2019

Une autre Fête-Dieu mémorable ...

Tous les ans, les dominicains d'Avrillé organisent une magnifique procession en l'honneur du Saint-Sacrement. Parterres de fleurs aménagés par les paroissiens et les séminaristes,  nombreux enfants de l'école et des familles, imposants reposoirs  .... mais surtout la grande joie de recevoir, cette année, M. l'abbé Dominique Rousseau qui portait le Très Saint-Sacrement en tête de la foule recueillie.

Le Bon Dieu n'abandonne jamais ses prêtres et ses fidèles : même dans la terrible passion que traverse aujourd'hui l'Eglise, Notre-Seigneur montre le chemin de la vérité à ses ministres, et donne les consolations leur permettant de continuer le bon combat de la fidélité.

Source photos : non possumus





vendredi 21 juin 2019

Fête-Dieu à Riddes : un très grand moment de charité entre prêtres

L'abbé Salenave nous raconte son passage en Valais à l'occasion de la Fête-Dieu à Riddes et des 25 ans de sacerdoce de l'abbé Stéphane Grenon. 

Permettez-moi de vous rapporter un bel événement qui s'est passé dernièrement dans la Fidélité. Important non pas aux yeux du monde qui préfère ce qui brille et fait nombre mais aux yeux de Notre-Seigneur qui se réjouit très certainement de trouver sur terre un reste de sa charité dans le cœur de ses prêtres.

En effet, en ce jeudi de la Fête du Saint-Sacrement, nous avons fêté avec plus de 200 fidèles valaisans les 25 années de sacerdoce de notre cher abbé Grenon.  Ce fut l'occasion pour quelques prêtres de la Fidélité de se retrouver pour manifester leur soutien sacerdotal.

Domaine Sainte-Rita
Ce fut aussi l'occasion pour moi de  faire étape au domaine Sainte-Rita où l'abbé Morgan a résidé pendant plus d'un an après avoir quitté la néo-FSSPX. Par la photo, vous pourrez juger, par vous-même, du dénuement des lieux et du courage de l'abbé pour s'arracher d'une situation qu'il ne pouvait plus accepter en conscience. Trois caravanes sans eau courante et sans électricité furent son logement et aussi son lieu de ressourcement.

Après une brève nuit dans les caravanes, nous sommes partis de très bonne heure pour arriver à Riddes pour la Solennité du Très Saint-Sacrement. 

Nous eûmes la joie d'entendre le Curé de Riddes prêcher avec force sur la fidélité à l'idéal sacerdotal que Mgr Lefebvre nous a transmis.


Quelle joie pour nous,  prêtres, d'entendre cet ancien nous encourager dans le chemin de l'entière fidélité, de ne rien lâcher en attendant patiemment l'heure où Rome se convertira et consacrera la Russie au Cœur de Marie.

Suivit alors la belle procession du Très Saint-Sacrement où Notre-Seigneur était honoré par une belle foule chantante et pieuse à la fois.

Après les festivités, les prêtres présents se sont retrouvés tous ensemble autour du curé pour souper et parler  de façon plus intime.

Souvenirs de séminaire, histoires drôles du ministère, apostolat, difficultés dans la crise, peine des uns et des autres, doctrine, ... tout fut partagé avec grande simplicité sous l’œil bienveillant et patriarcal du curé qui en a profité pour nous demander de rester bien unis.... et de nous retrouver régulièrement. Chose à laquelle nous nous sommes tous engagés.

Nous ne doutons pas que cette charité  qui régnait entre tous les prêtres  à cette occasion rassurera les fidèles qui ne désirent rien tant que de retrouver la véritable paix dans la vérité de Notre-Seigneur. Et cela commence d'abord pas la charité entre prêtres. Divine charité qui s'est, hélas, perdue dans la néo FSSPX par manque de fidélité au fondateur et par orgueil clérical.

Que Dieu soit béni pour cette belle journée de la Fidélité en Valais !

Cor unum in anima una !










mercredi 19 juin 2019

Monseigneur Williamson seul contre tous !

Nous arrivons au seuil d'un temps où la quasi-globalité du genre humain vit dans l'illusion. Voilà pourquoi Mgr Williamson a voulu que le thème du pèlerinage de la Fidélité au Puy soit  "l'urgence de la Vérité".

Nous vous proposons de revoir cette petite vidéo dans laquelle Mgr Williamson nous décrit la psychologie du monde moderne.

Nous vous proposerons sous peu la conférence que l'évêque fidèle a donnée au Puy aux pèlerins présents.

Cette urgence de la Vérité et la fuite de l'illusion passent aussi dans les actes  sociaux : Mgr Lefebvre nous a appris à nous distancer en pratique des hommes d'Eglise qui travaillent à nous plonger dans cette illusion moderne.

En pratique, cette adhésion à la vérité passe par la reconnaissance morale des évêques fidèles  (il en reste quatre) à l'héritage de Mgr Lefebvre.



dimanche 16 juin 2019

Ralliement accéléré

Au Canada, l'école Notre-Dame du Mont Carmel, dont l'aumônerie est assurée par des prêtres FSSP et ayant le soutien de l'archevêque d'Ottawa, présente ce classique ... à l'école de la Sainte Famille de la FSSPX à Lévis ... au profit de l'école Notre-Dame du Mont Carmel !





Pour ceux qui douteraient : 


Notre institution, qui jouit du soutien de l’archevêque d’Ottawa, Son Excellence Mgr. Terrence Thomas Prendergast, SJ, a la grande chance d’être accompagné par un prêtre qui enseigne le catéchisme et assure le suivi spirituel des élèves.






jeudi 13 juin 2019

L’abbé de Jorna au bord de la rupture ?


Sur le forum Fidélité catholique, CMS livre une intéressante analyse concernant la gestion, par le Supérieur du district de France, du cas de l’abbé Dominique Rousseau, qui vient de quitter la Fraternité Saint-Pie X pour protester contre l’arrivée de Mgr Huonder à Wangs (v. Reconquista du 8 juin).

Nous en reprenons ici le texte, pour l’information de nos lecteurs.


La situation de l’abbé de Jorna apparaît de plus en plus intenable.

Sans doute du fait des hésitations et des erreurs de son parcours antérieur, le Supérieur du district de France se trouve actuellement pris dans la tenaille de ses contradictions :

- On lui connaissait des positions très réservées, voire hostiles, au ralliement de la FSSPX à la Rome dite « conciliaire » : c’est lui, on le rappelle, qui avait dénoncé au Chapitre de 2012 la Déclaration controversée de Mgr Fellay du 15 avril précédent, reprochant à ce texte de promouvoir « l’herméneutique de la continuité » du pape Benoît XVI.

- On le devine au surplus fortement opposé à l’arrivée de Mgr Huonder dans l’école de la Fraternité à Wangs : dès l’annonce de l’événement en janvier 2019, le site de la Porte latine a republié intégralement– sans aucun motif annoncé ni commentaire explicatif ! – la longue Profession de foi de Mgr Salvador Lazo du 21 mai 1998, … message crypté en direction de Menzingen, on l’a compris, et de l'évêque candidat à la « retraite » dans les murs de Wangs.

- A l’inverse, il entretient couramment l’image d’un responsable soumis à sa hiérarchie : il n’a pas remis en cause la juridiction acceptée des mains du pape François pour les sacrements, il s’efforce de mettre en application le régime de délégation canonique pour les mariages et parcourt son district pour expliquer et convaincre ses confrères sur ce sujet difficile, il recherche les contacts avec les évêques français en vue de restaurer un climat de dialogue (peut-être aussi d’obtenir des  lieux  de  culte),   et  tout  récemment  il  a  publié  sans  commentaire le  «Communiqué conjoint » du 20 mai co-signé de Mgr Huonder et de l’abbé Pagliarani.

- Le plus souvent respectueux des orientations de ses Supérieurs, il a affiché dès l’origine une complète « ignorance » vis-à-vis de la « Résistance », de ses évêques, prêtres et fidèles, et il ne connaît plus depuis longtemps les dominicains d’Avrillé.

Mais la gestion du cas de l’abbé Dominique Rousseau vient à point révéler et souligner l’embarras, voire le désarroi, qui paralyse désormais l’abbé de Jorna face à une évolution qui, semble-t-il, lui échappe.

Dans sa circulaire à ses prêtres (voir ici), datée du 7 mai, mais diffusée le 7 juin (elle évoque en effet la « préparation de la Pentecôte »), il indique tout d’abord qu’il lui est fait un devoir d’annoncer… etc., ce qui signifie en bon français qu’il ne souhaite pas assumer la responsabilité d’informer l’opinion du départ de son confrère. Point de vue admissible, mais on se demande où se situe l’intérêt d’une telle formulation contournée, dès lors que le choix était déjà arrêté de se conformer aux instructions reçues de Suisse ?

Sous ces précisions formalistes, l’abbé de Jorna ne cache-t-il pas en réalité de graves réticences à l’égard de ses supérieurs sur le fond du dossier « Huonder », réticences dont il a cherché, par ce biais, à alerter ses confrères ?

Il énonce ensuite les termes, très forts, employés par l’abbé Rousseau pour expliquer son geste de rupture : « question de vérité », « loup dans la bergerie », situation « intolérable », alors que rien ne l’obligeait à sélectionner ces traits accusateurs sous la plume de son confrère, ni surtout à les relayer dans sa communication à l’ensemble des prêtres du district, donnant ainsi à ces accusations un écho dans la Fraternité que leur auteur n’aurait pas osé espérer !

A bien relire cette circulaire signée de l’abbé de Jorna, on en vient à supposer qu’il partage (en son for intérieur) le message de protestation de l’abbé Rousseau...

Que valent alors ses « regrets » sur ce « départ inopiné » ? Astucieux méandres de l’esprit ecclésiastique ?

Le Supérieur de district ne pouvait-il donc signifier clairement et simplement à sa hiérarchie qu’il n’est plus en phase avec les orientations actuelles de la Maison générale, et en avertir au moins les prêtres relevant de son autorité ?

Ses tergiversations et états d’âme étant de plus en plus déconcertants, on lui suggère d’y mettre bon ordre sans tarder… en suivant – pourquoi pas ? – l’exemple courageux de son confrère Rousseau.

« Que votre oui soit oui, et votre non soit non » !

Et mieux encore que par des paroles, c'est en actes que se prouve le courage des Pasteurs !