samedi 31 août 2019

Sermon pour le 12ème dimanche de la Pentecôte

Sermon du RP Louis-Marie pour le 12ème dimanche de la Pentecôte.

La vraie religion apprend à aimer Dieu.  Le danger de la superstition, les déviations de la prière.


vendredi 30 août 2019

Décès de M. François-Xavier Carbonne


C'est en ce vendredi 30 août à 17h, heure légale, soit à 15h, heure solaire, que M. François-Xavier Carbonne s'est éteint à Espiet (près de Bordeaux) à l'âge de 48 ans, muni des sacrements de l'Eglise et entouré de son épouse, de ses nombreux enfants et de sa famille.


Toute la Fidélité Catholique se joint aux prières familiales pour le repos éternel de l'âme de ce vaillant combattant de la Foi qui nous a très sûrement quittés pour un monde meilleur.

Nous vous tiendrons très prochainement au courant de la date et du lieu des obsèques.

jeudi 29 août 2019

Visite de Mgr Zendejas aux Philippines (suite)






Lors de sa visite aux Philippines, Mgr Zendejas est aussi passé au séminaire.





Monsieur l'abbé Chazal nous envoie également des photos de la chapelle de Maasin qui est à moitié finie. Il profite de l'occasion pour remercier tous les bienfaiteurs, spécialement les maîtres d'oeuvre : Arthuro Siga et son épouse.






Si Dieu veut, c'est là que sera ordonné l'abbé June Mark !


dimanche 25 août 2019

Réparation au Cœur Immaculé


Ce dimanche 18 août, Mgr Thomas d'Aquin a mené un pèlerinage à un sanctuaire dédié à Notre-Dame pour réparer les offenses envers le Cœur Immaculé et contre le message de Fatima.  Si réparation n'a pu être accomplie suite aux profanations du Chemin de Croix de Fatima, Notre-Dame aura reçu réparation du Brésil ! 




















samedi 24 août 2019

Des Carmes dans la Fidélité ...

Des Carmes ont rejoint la Fidélité et un monastère s'est installé en Auvergne.  Vous trouverez ci-dessous leur premier bulletin, ainsi qu'un tract (à télécharger) présentant les réalisations que vous pourrez leur commander... 



jeudi 22 août 2019

La Voix du Peuple – II

Kyrie eleison DCXXXI (17 août 2019 )

Le démon dans sa haine, quand il combat sur terre,
Est en lutte avec Dieu pour peupler les enfers.


L’interview du Président Poutine donnée au Financial Times en juin dernier, partiellement résumée ici et que nous avons citée la semaine dernière, est désormais célèbre, car l’annonce prophétique selon laquelle « l’ idée libérale » a fait son temps et se trouve aujourd’hui dépassée, touche un point sensible chez les politiciens et les médias occidentaux. Ils ont réagi vivement, semblables à des fourmis dont la fourmilière a été dérangée avec un bâton. Que signifie cette prophétie, et qu’est-ce qui explique la réaction occidentale à celle-ci ? Afin de comprendre ce qui est au cœur de son propos, commençons par un résumé du résumé. L’interview originale aborde de nombreux thèmes, mais ce qui est dit sur le libéralisme est en effet le plus important des sujets abordés.

Le Président part du problème pratique que représente pour les peuples occidentaux l’immigration massive d’étrangers inassimilables dans leurs pays. Sur le terrain, le multiculturalisme ne fonctionne pas, tout simplement. Mais le libéralisme des élites qui sont à la tête de l’Occident, leur fait traiter l’ immigration non pas comme un problème, mais comme une avancée faisant partie du progrès. Si bien qu’ils ne font rien pour l’arrêter, ni la contrôler. Mais les États peuvent-ils survivre sans certaines règles humaines et sans ces valeurs morales fondamentales qui, en Occident, ont été tirées de la Bible ? Le mépris des élites libérales pour ces valeurs bibliques, encore vivantes parmi les peuples, prouve que leur libéralisme est déphasé par rapport à la réalité et se trouve désormais obsolète. Il est certes souhaitable que l’antilibéralisme ne se transforme pas à son tour en tyrannie, mais la mainmise actuelle des libéraux sur la politique et les médias occidentaux est déjà une véritable tyrannie, et elle doit prendre fin.

En bref, les valeurs libérales sont opposées aux valeurs bibliques. Les valeurs bibliques ont construit les nations occidentales. Donc les valeurs libérales sont en train de détruire ces pays. Il est donc temps que les valeurs libérales cessent de nuire à l’Occident. Sur ce point, Poutine a pleinement raison mais, parce que c’est un politicien et non un théologien, il ne peut donner à l’argument toute sa force ; il ne peut se fonder sur des absolus tels que le Dieu Tout-Puissant et les dix Commandements : il doit se contenter d’invoquer la présence des valeurs bibliques encore en cours parmi les peuples occidentaux. Aujourd’hui, après 70 ans d’effroyables souffrances subies sous le communisme juif, le peuple russe revient au Christ de l’ Orthodoxie, si bien que Poutine peut s’appuyer sur le retour de son propre peuple aux valeurs bibliques. Mais trouve-t-on quoi que ce soit de chrétien dans la résistance des peuples occidentaux à l’immigration massive ? A peine. Par contre on y trouve une participation décisive des ennemis du Christ dans l’organisation et le financement de l’immigration massive. (Les lecteurs de ces « Commentaires » se souviendront peut-être des propos de Barbara Specter, Juive en Suède, qui se vantait du fait que c’est sa race qui est derrière l’immigration, « nécessaire pour sauver l’Europe » – entendez : pour la sauver du Christ).

Ainsi, lorsque Poutine fonde son argumentation pour les nations occidentales sur leur fidélité aux valeurs bibliques, qui peut nier que celles-ci s’érodent de plus en plus vite ? « Soyez remercié, Monsieur le Président, de vouloir nous défendre comme vous le faites, mais en toute honnêteté, libéraux que nous sommes, nous n’apprécions guère votre défense. Nous aimons notre libéralisme parce qu’il nous donne la liberté de pécher comme bon nous semble. Vous essayez de nous sauver de nous-mêmes, mais nous vénérons Mammon (l’argent), et nous adorons notre liberté, égalité et fraternité. Nous choisissons d’aller en enfer. Ayez la bonté de nous laisser tranquilles. Nous avons mis des siècles à nous débarrasser de Dieu, et nous ne voulons pas qu’Il revienne. » Telle est la réaction de l’Occident, implicitement sinon explicitement, à l’approche politique de Poutine. Il faudrait des apôtres de feu pour camper le besoin de la religion dans les termes les plus absolus :

De toute éternité, Dieu existe, immuable. Librement, Il a choisi de créer des créatures spirituelles, les anges, et les hommes faits à partir de matière tirée de la terre, afin d’avoir des êtres avec qui partager Son bonheur infini. Mais Il n’a jamais voulu peupler Son Ciel de simples robots. C’est pourquoi, chaque créature spirituelle a reçu le libre arbitre et doit encore en faire usage pour passer avec Lui l’ éternité au Ciel plutôt que sans Lui en Enfer. Pourtant, un tiers des anges, tout comme le couple à l’origine du genre humain, ont préféré l’Enfer. Alors, Il a élu une race pour préparer à son divin Fils un berceau, afin que Celui-ci revête la nature humaine et puisse réparer cette faute. Mais la race qu’Il s’était élue a crucifié Son Fils. Et depuis, elle combat l’Église instituée par Son Fils pour la rédemption des âmes jusqu’à la fin du monde. Ce combat est une guerre cosmique, jouant le rôle moteur dans les événements mondiaux.

Kyrie eleison.

mercredi 21 août 2019

Visite épiscopale aux Philippines



En juillet 2019, Mgr Zendejas s'est rendu aux Philippines.

A El Salavador :








A Caminguin :












Visite d'une des îles : 




Monseigneur plein d'entrain au service du Christ-Roi !



dimanche 18 août 2019

La Confrérie des chevaliers de Notre-Dame-de-l’Assomption

Communiqué de l'Ordre des Chevaliers de Notre-Dame du 15 août 2019 :



Dans sa livraison n° 208 de juillet-août 2012, Fideliter publiait un article de onze pages sur l’Ordre des chevaliers de Notre-Dame, Observance des Saints Cœurs de Jésus et Marie. Dans son n°249 de mai-juin 2019, la même revue propose un article de six pages sur une dissidence formée par M. l’abbé Briols, suivi de deux anciens membres de l’Ordre, Christian de La Tour et Reynald Berthod.

Cette dissidence aurait adapté les Statuts qui avaient servi à l’érection canonique de l’Ordre des chevaliers de Notre-Dame à Chartres en 1964, « avec les modifications dictées par l’expérience et les circonstances particulières dues à la crise de l’Église ». « Relus et amendés par Mgr Bernard Tissier de Mallerais, ils ont été approuvés le 21 juin 2018 par Mgr Bernard Fellay, alors supérieur général »,   qui a  érigé «canoniquement en forme de confrérie mariale l’Ordre des chevaliers de Notre-Dame-de-l’Assomption » le 29 juin. « Peu après, dans la chapelle Notre-Dame-des-Champs du séminaire d’Ecône, une petite cérémonie réunissait quelques prêtres et fidèles autour de Mgr Tissier de Mallerais pour la bénédiction de l’insigne (le gonfanon) et de l’épée à l’usage de l’Ordre. »

C’est cette « petite cérémonie » que Fideliter relate un an plus tard pour faire un peu de publicité à cette nouvelle confrérie, apparemment toujours formée des deux susdits chevaliers, chaperonnés par un chapelain (l’abbé Briols), un supérieur ecclésiastique (le supérieur du District de France quel qu’il soit) et un Évêque Protecteur (Mgr de Galarreta).

Cette méthode de la scission suscitée et entretenue fait curieusement penser à l’éphémère communauté constituée avec quelques fugitifs d’Avrillé, qui, au fil des années et pour des motifs divers, avaient quitté le couvent, et avaient un temps été regroupés en Belgique par Mgr de Galarreta et Mgr Fellay, malgré l’engagement pris par ce dernier envers les Dominicains.

Dans le cas des deux transfuges de notre Ordre, c’est bel et bien l’abbé Briols, fermement appuyé par Mgr de Galarreta, qui dès 2012 les a appelés à la révolte, de même que Mgr Fellay avait incité l’un ou l’autre de ces dominicains à la défiance à l’égard de leurs supérieurs. Malgré les assurances données par l’abbé Schmidberger deux mois après la mort de Mgr Lefebvre, dans une circulaire du 27 mai 1991, selon laquelle la Fraternité n’avait pas « la moindre intention de mettre la main sur les autres communautés de quelque façon que ce soit », elle ne supporte pas en fait celles qu’elle juge insuffisamment soumises et, moins encore ces dernières années, celles qui n’adhéreraient pas à sa nouvelle politique d’abandon de l’état de nécessité et de la juridiction de suppléance, comme s’il n’y avait plus de crise dans l’Eglise : elle n’a donc de cesse d’en créer des doubles à son service.

L’article de Fideliter le confirme : « Suivant les statuts, c’est le supérieur du district de France, actuellement l’abbé Benoît de Jorna, qui est le supérieur ecclésiastique de la Confrérie. – Y a-t-il un supérieur de l’Ordre ? – Non, les effectifs actuels ne nécessitent pas le choix d’un supérieur ou Maître.  Il en sera pourvu ultérieurement lorsque le besoin s’en fera sentir. » Enfin l’adresse de contact est celle de l’abbé Briols. Voilà qui montre que cette « chevalerie » n’a actuellement pas de supérieur laïc pour mener le combat dans l’ordre temporel, comme le voudrait la doctrine des Deux Glaives, qu’elle est de fait dirigée par un clerc, l’abbé Briols, et de droit par un autre clerc, le supérieur du district de France de la Fraternité. Aucune échappatoire ! Inféodation statutaire à un autre institut, ce que notre Ordre n’a jamais connu en trois quarts de siècle d’existence. Quand l’esprit n’est plus là, la coercition le remplace.

C’est de plus une belle confirmation du changement de cap de la Fraternité. Ainsi, alors que, pour rester fidèle à la Foi et à la Tradition, notre Observance des Saints Cœurs de Jésus et Marie s’est constituée séparément de l’Ordre ancien devenu conciliaire, emportée à l’inverse par le courant libéral, la FSSPX suscite une «chevalerie» à sa botte pour marcher ensemble vers la Rome moderniste.

NOTE : Sur ce sujet, il est intéressant de relire :
- la déclaration du chapitre de 2015
- la déclaration du chapitre de 2017

samedi 17 août 2019

Vandalisme et réparation impossible à Fatima


Le site gloriaTV nous apprend qu'une profanation indescriptible a eu  lieu en juillet au sanctuaire de Fatima, au Portugal. 


Quatre des quatorze chapelles représentant les stations du Chemin de Croix ont été vandalisées et recouvertes de couleur jaune dans la nuit du 26 juillet.

Les profanateurs ont souillé les têtes et les parties intimes des statues à l'intérieur des chapelles.

Notre-Dame, apparue comme on le sait en ces lieux en 1917, s'est retrouvée qualifiée de prostituée (« puta »).

Quelques semaines plus tard, à l'occasion d'un camp des Amis du Sacré-Cœur (ASC), l'aumônier du camp se proposait d'offrir une Messe en réparation pour cette horrible offense faite à Dieu et à sa Sainte Mère. 

Il s'apprêtait donc à célébrer cette messe réparatrice dans la petite chapelle qui se trouve au bout du Chemin de Croix mais, au dernier moment, alors que le prêtre revêtait ses ornements dans la sacristie, les autorités du sanctuaire sont intervenues et ont interdit cette célébration au prétexte que seule la nouvelle liturgie était autorisée. La Messe réparatrice n'a donc pas pu être dite en ce lieu et la réparation n'aura donc pas été accomplie. 

Il est à croire qu'il y a de l'indulgence des autorités du sanctuaire envers les profanateurs  et en revanche une hostilité méchante  à l'encontre des catholiques qui veulent réparer le mal. 

Tout cela est de très mauvaise augure pour l'avenir des lieux car c'est  essentiellement par la réparation des outrages et des sacrilèges que la colère divine peut se détourner de l'humanité qui offense Notre-Dame. 

A suivre...

PS : Si certaines personnes désirent avoir des  explications  sur ce refus de la part du sanctuaire et de ses autorités, elles peuvent les contacter  en téléphonant (aimablement) au 00 351 249 539 600 ou par messagerie électronique : peregrinos@fatima.pt

dimanche 11 août 2019

La Voix du Peuple – I

Kyrie eleison DCXXX ( 10 août 2019 )

Le dirigeant russe fait confiance au choix du peuple –
Mais le choix du peuple est-il celui de Dieu ?


Reportons-nous sur le site en.​kremlin.​ru/​events/​president/​news/​copy/​60836, où l’on trouve une importante interview du Président Poutine datant de juin dernier. Nous la résumons ci-dessous en partie. Nous l’analyserons la semaine prochaine dans ces “Commentaires”.

« Que se passe-t-il donc en Occident . . . et en Europe ? Les élites dirigeantes sont maintenant coupées du peuple par un énorme fossé séparant l’intérêt des élites de celui de l’écrasante majorité de la population . . . . Cela signifie que le libéralisme n’a plus sa raison d’être car, comme l’ont admis nos partenaires occidentaux, les idées libérales, telles que le multiculturalisme, ne fonctionnent plus.

Lorsque l’afflux de migrants porta en Europe occidentale le problème de l’immigration à son paroxysme, nombreux furent ceux qui reconnurent que le multiculturalisme ne marche plus, et qu’il était temps de prendre en compte les intérêts de la population autochtone. Il est possible que la construction d’un mur entre le Mexique et les États-Unis soit une solution extrême . . . mais au moins le président Trump cherche une solution. Qui d’autre s’occupe du problème ? . . . L’Américain moyen se dit : « Il fait bien ; au moins il tente quelque chose et cherche des solutions ».

A l’inverse, les libéraux, eux, ne font rien. Assis dans leurs bureaux confortables, ils sont persuadés que tout va pour le mieux, tandis que ceux qui sont tous les jours sur le terrain, dans les rues du Texas ou de la Floride, sont très inquiets, parce qu’ils voient de sérieux problèmes se profiler à l’horizon . . . . Est-ce que quelqu’un s’occupe encore de tous ces gens ? C’est la même chose en Europe. J’en ai discuté avec bon nombre de mes collègues, mais personne n’a de réponse. Ils disent que les lois actuelles excluent une ligne politique dure . . . . Eh bien, il n’y a qu’à changer les lois ! En Russie, nous faisons en sorte que les immigrés doivent respecter la législation, les coutumes et la culture de la Russie. Certes, nous avons également des problèmes d’immigration, mais au moins nous faisons quelque chose pour y remédier.

Les libéraux, eux, partent du principe qu’il n’y a rien à faire . . . . Les migrants peuvent tuer, piller et violer en toute impunité parce que leurs droits en tant que migrants doivent être protégés. Mais de quels droits peut-il bien s’agir ? Tout crime ne doit-il pas être puni ? En fait, le libéralisme est devenu obsolète. Il est désormais la source de conflits permanents avec les intérêts de l’écrasante majorité de la population. Par exemple, aujourd’hui on entend certains affirmer au nom du libéralisme qu’il y a cinq ou six rôles de gender que les enfants peuvent jouer ! . . . Pourtant aux libéraux qui poursuivent la vie, la liberté et le bonheur tels qu’ils les conçoivent, on ne peut tout de même pas permettre de dominer la culture, les traditions et les valeurs familiales traditionnelles des millions de personnes qui constituent l’essentiel de la population.

Quant à la religion, elle ne peut être évincée de l’espace culturel. Rien de la sorte ne doit être écarté. La Russie est une nation chrétienne orthodoxe, ce qui n’est pas une nation catholique. Mais, vu de la Russie, nous avons parfois le sentiment que le même libéralisme est à l’œuvre dans l’Eglise catholique, profitant d’éléments et problèmes à l’intérieur de l’Église romaine pour la détruire . . . ! Je considère que cela est incorrect, voire dangereux. Avons-nous oublié que nous vivons tous dans un monde fondé sur les valeurs bibliques ? Les athées eux-mêmes qui habitent ce monde, profitent de ces valeurs. Peut- être ne pratiquons-nous pas tous notre religion tous les jours ni en publique, il n’empêche que dans le fond il doit toujours y avoir des règles humaines et des valeurs morales de base. En effet, ces valeurs traditionnelles sont plus stables et plus importantes pour des millions de personnes que le libéralisme, lequel – à mon avis – touche à sa fin.

Mais alors le libéralisme se fera-t-il remplacer par la tyrannie ? Pas nécessairement. Une certaine variété d’opinions doit toujours avoir libre jeu. Ce qui compte, c’est que les intérêts du public en général, la vie ordinaire telle que des millions de personnes la mènent chaque jour, ne soient jamais oubliés . . . . C’est pourquoi même les libéraux méritent un certain respect. Mais ce qui est inacceptable, c’est qu’ils continuent à imposer leur point de vue au monde entier, comme ils le font déjà depuis des décennies, tant dans les médias que dans la vie réelle. Par exemple, comment ont-ils réussi à rendre tabou la discussion de certaines questions ? En conclusion, laissons aux libéraux la liberté de la parole, mais ne les laissons plus tyranniser l’arène publique.»

Kyrie eleison.

mercredi 7 août 2019

La scandaleuse revalidation du sacrement de mariage dans la FSSPX

Brèves explications  de l'abbé Salenave  sur la question de la sanatio in radice (revalidation) de certains mariages faits par des prêtres de la FSSPX.
Dimanche 4 août 2019 à Vedrin (Belgique).


lundi 5 août 2019

Unité de la “Résistance”

Kyrie eleison DCXXIX (3 août 2019)

Sans une Autorité, la vérité mourra

Mais sans la Vérité, la tyrannie vivra.

Dans le but de décourager l’orgueil, ces « Commentaires » ne mettent que rarement en lumière les réalisations des prêtres et des laïcs qui, depuis 2012, s’efforcent d’assurer la survie de la pratique et des principes catholiques, surtout mais pas seulement à l’intérieur de la Néo-fraternité Saint Pie X, parce qu’elle ne cesse de glisser dans les bras de Rome. Naturellement, les dirigeants de la Néo-fraternité condamnent le mouvement dit de la “Résistance” ou de la “Fidélité”, en soulignant en particulier les divisions apparues entre ses différents prêtres. Mais qu’en est-il au juste ? Le moment est venu de souligner par contre l’unité qui existe au sein de cette dite “Résistance” catholique.

Par exemple, voici quelques remarques pertinentes faites par un observateur de longue date de la “Résistance” : «  Le principal argument des supérieurs de la Néo-Fraternité contre la “Résistance” consiste à souligner les divisions entre les divers prêtres résistants. Mais, quoique ces différents prêtres aient une variété de dons correspondant à leurs vocations et donnant lieu à une variété d’œuvres catholiques (qu’il s’agisse d’un séminaire, d’un monastère, d’un prieuré, d’une mission, etc.), il règne entre eux une remarquable unité quant à la fin poursuivie, à savoir : la survie de la foi catholique. A l’inverse, la Néo-fraternité est un géant aux pieds d’argile, uni par des mesures disciplinaires, la peur des sanctions et par des positions personnelles. Mais, quant à sa finalité, elle reste très divisée : Accord avec Rome, ou pas ? Mariages sous autorité officielle, ou pas ? Flirt avec des évêques conciliaires, ou pas ? La Néo-fraternité craque de tous les côtés. »

Une fois de plus, nous constatons aujourd’hui comment la scission entre la Vérité catholique et l’Autorité catholique rend schizophréniques tous les catholiques sans exception. Cette scission provient de la trahison – consciente ou non – des 2000 évêques et des deux papes qui ont engendré Vatican II. Aujourd’hui, en 2019, d’une part cette “ Résistance “ qui tient à la Vérité souffre de divisions extérieures provenant d’un manque d’Autorité, simplement parce que le besoin d’autorité, ressenti à la base, ne suffit pas pour créer sa réalité, car de par sa nature même l’autorité ne peut venir que d’en haut. Et d’autre part, la Néo-fraternité, en s’accrochant à l’Autorité romaine, souffre de divisions intérieures provenant du manque de Vérité de la part de cette Autorité romaine qui ne veut pas lâcher les mensonges de Vatican II.

Or, c’est la Vérité qui est le but de l’Autorité, et non l’inverse. “Pierre, quand tu seras revenu, affermis tes frères” (Lc. XXII, 32). En d’autres termes, recouvre d’abord ta foi ébranlée dans la Vérité, puis exerce ton Autorité sur les autres Apôtres. En effet, dans un monde déchu, la Vérité intérieure a besoin qu’une Autorité extérieure la défende ; mais si l’Autorité extérieure n’est plus fidèle à cette Vérité intérieure, elle a perdu sa véritable raison d’être ; elle devient une fin en soi, en dernière analyse une tyrannie au service de positions personnelles, comme on l’a vu avec Paul VI et avec les successeurs de Mgr Lefebvre.

Ainsi, quelle que soit l’abondance des misères personnelles des résistants œuvrant individuellement, tant qu’ils resteront fidèles à la Vérité, cette “ Résistance “ survivra à la néo-Fraternité, tout comme la Fraternité de Mgr Lefebvre, dans la mesure où elle restait fidèle à la Vérité, pouvait dominer et finalement survivre à la Rome conciliaire. La question ultime ne se pose pas au niveau des personnes ni de l’autorité extérieure. Elle se pose au niveau de la doctrine et de la Vérité. Ainsi, au début des années 2000, lorsque le successeur de Mgr Lefebvre eut recours à l’Autorité pour résoudre des problèmes de divisions au sein de la Fraternité, il révélait par là qu’il était déjà fort engagé sur le chemin conciliaire conduisant à préférer l’Autorité à la Vérité, à préférer la volonté à la raison. C’est ainsi que la Fraternité de Mgr Lefebvre se transforma en tyrannie ; et bien que le tyran ait apparemment été destitué de son siège par l’élection de l’an dernier, en fait il est toujours là. Ainsi va notre monde moderne : gavons-nous d’apparences !

Kyrie eleison.

samedi 3 août 2019

Sermon de M. le curé de Riddes


Le sermon historique que M. le curé Epiney a prononcé le 26 mai dernier (2019) et qui a fait grand bruit dans le monde de la tradition nous a été récemment retranscrit. Nous vous le proposons à la lecture (et à la méditation).  Nous confions aussi à vos ferventes prières M. le curé en raison d'une lourde opération qu'il vient de subir aux jambes mais qui ne lui a pas enlevé sa bonne humeur d'après nos informations ! 


Source : Le forum de la Fidélité

" Nous avons eu connaissance d'un communiqué signé par le supérieur de la fraternité Don Davide Pagliarani et Monseigneur Vitus Huonder, évêque de Coire, qui vient de donner sa démission. « Ce lundi 20 mai 2019, le pape François a relevé Mgr Vitus Huonder de sa charge d’évêque du diocèse de Coire, en nommant un administrateur en vue de l’élection de son successeur.

« Selon une volonté exprimée depuis longtemps, Mgr Huonder se retire dans une maison de la Fraternité Saint-Pie X. Le seul et unique but de cette démarche est de se consacrer à la prière et au silence, de célébrer exclusivement la messe traditionnelle, et d’œuvrer pour la Tradition, unique moyen de renouveau de l’Eglise.
La Fraternité Saint-Pie X apprécie la décision courageuse de Mgr Huonder, et se réjouit de pouvoir lui fournir le cadre spirituel et sacerdotal qu’il désire si vivement. Puisse cet exemple être suivi par d'autres, afin de « tout restaurer dans le Christ ». »

Le même jour, Monseigneur Huonder dans sa lettre au diocèse de Coire, écrit, entre autres, ceci :

Comme on le sait, je m’installe maintenant dans les locaux de la maison sacerdotale de l’Institut Sancta Maria à Wangs – Canton de Saint-Gall. Cet institut appartient à la Fraternité Saint-Pie X. Dans l’esprit du pape François, je m’efforcerai de contribuer à l’unité de l’Église en n’excluant pas, mais en distinguant, en aidant et en intégrant.

Que penser de tout cela ? D´abord, notre étonnement ! On accepte dans une école de la fraternité à Wangs un évêque conciliaire, disciple de Benoit XVI, ami de François, et d´autres part, on a exclu de la fraternité Monseigneur Williamson, pourtant sacré par Monseigneur Lefebvre en 1988. De plus, Monsieur l’abbé Schreiber, supérieur la Fraternité pour la Suisse, déclare dans une lettre adressée à Monsieur l’abbé Grenon qu´il défend aux fidèles de venir assister à la messe ici à Riddes, en raison de la présence de Monsieur l’abbé Brühwiler. Or vous savez que Monsieur l’abbé Brühwiler est venu ici pour aider en raison de ma maladie et de mon infirmité et il a été exclu de la fraternité ! Quel mal a-t´il fait ? Il a voulu être fidèle à Monseigneur Lefebvre, le fondateur de la fraternité. Et comme d´autres prêtres il a été exclu de la fraternité, tout comme Monseigneur Williamson, et Monseigneur Fellay m´a demandé de le chasser d´ici. Ce que je ne peux pas faire en conscience, car c´est un très bon prêtre, zélé, qui mérite notre confiance et qui a le souci d´être fidèle au fondateur. Alors Monsieur l’abbé Brühwiler, exclu de la fraternité, a rejoint la Société des Apôtres de Jésus et de Marie fondée par Monseigneur Williamson et Monseigneur Faure. Qu´est-ce que c´est que cette société ? C´était le nom qu´avait choisi Monseigneur Lefebvre pour son œuvre. Par la suite il a choisi le nom de Fraternité Sacerdotale Saint Pie X. Mais les statuts de cette société sacerdotale sont les mêmes que ceux de la fraternité, avec la volonté claire et nette d´être totalement fidèle à Monseigneur Lefebvre le fondateur. Monsieur l’abbé Brühwiler n´a donc plus d´ordre à recevoir de la fraternité, puisqu´il a été exclu et il a fait cette demande d´entrer dans cette Société Sacerdotale des Apôtres de Jésus et de Marie, et il a été accepté. Il est donc sous l´autorité de Monseigneur Faure et de Monseigneur Williamson, qui lui permettent de rester ici parmi vous. Pour nous aider.

Mes bien chers frères, l´heure est grave. Ecône est en train de changer, c´est l´heure de serrer les rangs et de ne pas déserter notre chapelle comme on nous recommande de le faire ! Alors que nous avons toujours aidé la fraternité, travaillé pour elle ! Toutes les chapelles qu´on a essayé de faire, on les a données ! Pourquoi celle-ci serait-elle mauvaise maintenant ? Alors qu´elle est la chapelle-mère de toutes les autres ici en Valais. Pour faciliter la messe de toujours. Alors, il ne s´agit pas simplement de la messe, il s´agit de la Foi ! Tous les pères du concile Vatican II, tous les évêques disaient la vraie messe ! Et ils sont tous passés au modernisme, à part quelques-uns qui ont résisté, pour finalement n´y en avoir plus qu´un ! Car Monseigneur Lefebvre est allé jusqu´au bout ! Et il n´a pas seulement sauvé la messe et le sacerdoce, mais la Foi catholique ! Parce que la conséquence de ce renouveau, c´est l´apostasie. Ce n´est plus l´Eglise catholique, c´est l´Eglise œcuménique, et il y a assez d´exemples ! Il n´y a qu´à ouvrir les yeux pour voir que les gens perdent la vraie foi catholique, la vraie morale, la vraie piété. Et les vocations sacerdotales et religieuses diminuent de plus en plus. On fait appel à des prêtres africains pour venir remplacer les nôtres, on n´en a plus assez ! Je vous cite un mot de Monseigneur Tissier de Mallerais.  Il y a quelques années il disait ceci :

« La grande apostasie dont parle Saint Paul n´a cessé de croître. La royauté sociale du Christ est tellement anéantie par la liberté religieuse et les droits de l´homme du concile Vatican II. Sans les sacres de Monseigneur Lefebvre de 1988, nous serions morts ! Pas de fraternité Saint-Pierre ni quoi que ce soit d´autres, ni Ecclesia Dei, ni Motu Proprio des messes, la tradition serait morte !   L´opération-survie a été un succès complet,  grâce à  l'acte héroïque de Monseigneur Lefebvre, toujours excommunié ! » 

Rien n´a changé à Rome. Endurcissement des cœurs, aveuglement des esprits, l´Eglise parallèle c´est la nouvelle Eglise Vatican II, sa nouvelle religion œcuménique. Monseigneur Lefebvre avait raison : Seuls des évêques totalement libres de toute influence de la Rome libérale pourront travailler pour le bien de l´Eglise. D´autant plus que Monseigneur Huonder a été ordonné prêtre en 1971 avec le nouveau rite ! Sacré évêque en 2007 avec le nouveau rite de consécration épiscopale ! Or Monseigneur Lefebvre a dit:

 « Tous les sacrements sont douteux ! » 

Et donc aujourd´hui on ne sait plus trop, dans l´Eglise conciliaire œcuménique, si les prêtres sont prêtres, si les évêques sont évêques ! C´est la confusion ! Et on est en plein protestantisme ! C´est pratiquement la même chose, en pire ! Alors en laissant venir dans les maisons de la Fraternité des évêques de ce type-là, dont on n´est pas sûr de l´ordination sacerdotale et épiscopale, et ayant sans arrêt des contacts avec les autres évêques, qui veulent nous ramener à Vatican II… Parce que c´est le but, ils le disent ! Il s´agit d´aider à « intégrer » ! Et oui ! c´est un disciple de Benoît XVI qui a tiré dehors pas mal de communautés traditionnelles, qui sans doute sont restées fidèles à la messe mais ne combattent plus les erreurs du modernisme. Ils doivent se taire ! On ne peut pas se taire quand il s'agit de la vérité ! Il faut réagir ! Pourquoi ? Parce qu´il s´agit de notre foi, de notre salut, du salut de nos âmes ! Il faut se réveiller ! Il ne faut pas se laisser endormir ! Il ne faut pas fuir ! Avant 2012 c´était l'Eglise conciliaire qui persécutait et excluait les plus fidèles, tandis qu´aujourd´hui, ces mêmes fidèles qui après avoir exclu un de ses évêques, a exclu de nombreux prêtres qui ont voulu rester fidèles à Monseigneur Lefebvre. C´est le monde à l´envers ! On ne peut pas ne pas réagir devant pareil procédé, parce qu´alors tout ce qu´on a fait jusqu´à présent, ce serait pour rien ! On retourne exactement à ce qui s´est passé 40 ans en arrière ou la plupart des catholiques, par obéissance, ont pris la nouvelle messe et les nouvelles orientations, alors que l´obéissance est une vertu relative à la Foi ! Il ne s´agit pas simplement de discipline, il s´agit de garder la Foi ! On doit obéir à Dieu plutôt qu´aux hommes ! On voudrait susciter justement de rester fidèle et de garder courage, de combattre comme disait Notre-Dame de la Salette, avec les armes à disposition : la Sainte Messe de toujours bien sûr, le Rosaire, et la Foi !  La défense de la Foi catholique jusqu´au bout ! Jusqu´au martyre s´il le faut ! Parce que sans la Foi catholique, on ne peut pas être sauvé. S´il y a un sauveur, ce n´est pas Luther, ce n´est pas Bouddha ! Or toutes les semaines, il y a des cérémonies avec les protestants, les bouddhistes les juifs et tout ce que vous voulez ! Ce n´est plus une vie ça ! Ce n´est plus la véritable Eglise ! La véritable Eglise est comme éclipsée au profit d´une fausse Eglise ! Il faut que nous restions comme nous sommes, car nous ne sommes jamais sortis de l´Eglise ! C´est eux qui sont sortis ! C´est Rome qui doit venir à la tradition ! Ce n´est pas la tradition qui doit aller à Rome se faire absorber ! Notre Dame de la Salette disait :

 « Combattez enfants de lumière, vous petit nombre qui voyez clair ! L´Eglise sera éclipsée, Rome perdra la foi ! Que votre zèle vous rendre comme affamé pour la gloire et l´honneur de Jésus-Christ ! »

Nous terminons, mes bien chers frères, ces trois prochains jours le mois de Marie institué par saint Philippe Néri, qui rassemblait à Rome les jeunes pour prier tous les jours du mois de mai la très sainte Vierge Marie et il a obtenu des conversions bouleversantes ! Parmi ces conversions, il y a eu non seulement des prêtres, des évêques, des religieuses, des papes ! Parce qu'en priant la sainte Vierge, on touche le cœur de Notre-Seigneur, qui ne résiste pas à exaucer ce que Notre-Dame demande. Mais aujourd´hui, comme disait Lucie de Fatima :

« Ne vous attendez pas à ce que les papes les évêques, les supérieurs vous donnent l'ordre de prier. » 

C´est vous-même, chacun pour soi, qui devez prendre en main la prière ! Surtout la prière du rosaire ! L´assistance au Saint Sacrifice de la Messe, la connaissance du catéchisme, la doctrine catholique pour garder la Foi et la transmettre ! C´est ça, notre mission. Et alors profitez de ces trois jours de rogations. Ce sont des prières publiques. A l´époque il y avait tout sorte de malheurs, de tremblements de terre et de misères qui arrivaient au point que l´évêque a ordonne pendant 3 jours de grandes processions publiques qui duraient toute la journée pour supplier la très Sainte Vierge de mettre fin à tout ce désastre. Et ça a été obtenu ! Si bien que l´Eglise a fait une obligation de célébrer ces rogations. Mais les rogations, qui en fait cas aujourd´hui ? On parle des engrais, des pesticides et de tout ce que vous voulez ! Le bon Dieu nous a donné la nature ! Chaque année, Il fait refleurir ! Chaque année, Il donne des fruits ! Il faut Le remercier ! Et il faut prier pour que nous sachions en faire un bon usage et prier ensemble avec ferveur la très Sainte Vierge Marie parce que seule, elle peut terrasser le démon infernal qui aujourd´hui règne en plein cœur de Rome, du Vatican ! La cathédrale Notre-Dame de Paris a brûlé, c´est un signe que la Foi de la France est en miettes ! Et si les évêques ne se reprennent pas, ce sera fini de la religion catholique ! Marie-Julie Jahenny avait prophétisé il y a 129 ans que Notre-Dame de Paris allait brûler, mais aussi le Vatican ! Et oui, il faut s'attendre à des châtiments parce que de Dieu on ne se moque pas.

Voyez, mes biens chers frères, la nécessité de resserrer les rangs et de prier ensemble Notre-Dame avec la même ferveur que nous avions 40 ans en arrière, quand nous avions tout perdu et qu´avec la prière, Dieu nous a tout redonné pour conserver la Foi dans notre pays ! C´est maintenant à nouveau nécessaire de refaire cela parce qu'on est en train de perdre ce qu´on avait gagné. Par notre faute ! par la faute des nôtres ! Qui veulent absolument se faire reconnaître pour se faire absorber, alors attention, veillons, prions, gardons courage et confiance.

Au nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit ainsi soit-il. "


jeudi 1 août 2019

Croisade de la Charité




En ce mois de vacances, moins "ordonné" que le reste de l'année, sainte Thérèse de l'Enfant-Jésus nous propose de supporter les contrariétés comme des actes de Charité que le prochain nous rend.