jeudi 30 mai 2019

Diagnostic du Brexit

Kyrie eleison DCXVI (4 mai 2019)

Bretagne Grande hier ! Fais très attention –
Les sans-Dieu de Mammon te dépouilleront !


Le Parlement Britannique qui passait autrefois pour être le maître du monde, étale maintenant depuis des mois aux yeux du même monde l’indigne spectacle des divisions et de l’irrésolution la plus affligeante. Pourquoi le fait de sortir de l’Union européenne provoque-t-il tant de confusion et tant de bouleversements ? Sans doute, parce que quand la classe politique a donné au peuple en 2016 la possibilité de voter par référendum sur sa politique allant vers un Nouvel Ordre Mondial, le peuple s’en est saisi. Il a voté en masse, comme jamais en Grande-Bretagne, et la classe politique fut complètement prise au dépourvu quand les résultats ont montré que ce Nouvel Ordre Mondial était rejeté par 52% des voix contre 48%. Le vote en faveur du Brexit (la sortie de la Grande-Bretagne de l’Union Européenne) a enlevé à cette classe ses repères, et elle ne cesse depuis de s’enliser. Il faut dire qu’il y a bien longtemps que ces politiques sont complètement envoûtés – ou bien achetés – par le NOM !

Oui ! achetés, parce que l’Union européenne et son parlement de Bruxelles sont sous l’empire de Mammon, c’est-à-dire sous l’empire de l’argent. Parce que l’Union européenne fut lancée par l’idée d’acheter, grâce à la prospérité matérielle, le soutien des peuples européens, tous très différents, afin de fondre leurs diversités nationales en un seul État européen, qui à son tour serait une composante clé de l’unique État mondial international, celui du Nouvel Ordre Mondial. Pour les maîtres judéo-maçons œuvrant derrière le NOM, cette politique d’union devrait résulter de la prospérité de la monnaie unique, c’est-à-dire de l’euro. Ils s’attendaient à ce que les Européens soient tellement émerveillés par le travail matérialiste des banquiers qu’ils ne s’opposeraient pas à une immigration incontrôlée de populations non-européennes qui viendraient dissoudre leur nations.

Mais “L’homme ne vit pas seulement de pain, mais de toute parole sortant de la bouche de Dieu” (Mt IV, 4). La religion (la relation de l’homme à son Dieu) est première dans l’ordre de la nature. La politique (les relations de l’homme à ses semblables) n’est que secondaire. Quant à l’économie (relation de l’homme à l’argent), elle ne vient qu’en troisième position. Il est donc contraire à l’ordre naturel que l’économie mène la politique. Certes, la révolution peut renverser l’ordre naturel des choses, mais la nature reste toujours susceptible de reprendre ses droits. On comprend dès lors que le vote du Brexit ait été directement provoqué par le fait contre nature de l’admission en Grande-Bretagne de hordes inassimilables venant de l’étranger. Cependant, quand la nature se réaffirme, les politiciens modernes, pratiquement tous des matérialistes athées et superficiels, sont pris au dépourvu, comme par le vote entérinant le Brexit. Ils font la guerre à la nature. Comment veut-on qu’ils la comprennent ou la dirigent ?

Mais qui a élu tous ces politiciens à l’esprit dénaturé ? Qui d’autres que les peuples (pas seulement de Grande-Bretagne), selon le sacro-saint principe de la démocratie ? Pourquoi disons-nous « sacro-saint » ? Parce que le renversement de l’ordre naturel est aujourd’hui complet : l’économie moderne est faite pour renverser la politique ; la politique moderne est faite pour renverser la religion ; et la démocratie devient une religion de substitution. La volonté du peuple remplace la volonté de Dieu. Cela signifie que le vote de 2016 n’était pas valide uniquement parce que la volonté du peuple britannique était à 52% pour le Brexit et 48% contre, mais parce que ce vote favorisait ce qui est naturel : l’identité qui est donnée par Dieu aux nations européennes, avec leurs dons divers, conçus par Dieu pour former une Europe harmonieuse, comme on l’a vue au Moyen-Age catholique. “Cherchez d’abord le royaume de Dieu et sa justice (la religion) et tout cela (la politique) vous sera donné par surcroît “ (Mt. VI, 33).

Donc les Britanniques qui ont voté pour le Brexit, ont-ils l’âme religieuse ? Pas vraiment ! La plupart sont des matérialistes athées, mûrs pour le communisme bureaucratique et tyrannique de Bruxelles. Leur vision indigente ne va pas beaucoup plus loin que celle des politiciens pour lesquels ils votent habituellement. Mais la Manche leur offre une petite distance et une certaine perspective sur ce qui se passe en Europe, de sorte qu’au moment du vote du Brexit, d’anciens instincts naturels sont entrés en jeu, les mêmes que ceux qui leur ont permis de conserver l’apparence – pas la substance ! – d’une monarchie catholique. Cependant, si le peuple britannique n’y prend garde, s’il ne veut pas “veiller et prier” pour son pays, les ‘banksters’ auront tôt fait de lui voler les fruits de leur bon vote d’une manière ou d’une autre. Il ne fait aucun doute qu’ils sont déjà à la manœuvre, et qu’ils complotent pour circonvenir ces ‘Brexiteers’ qu’ils prennent pour stupides et arriérés. Certes, Dieu est d’une générosité infinie, mais on ne se moque pas de Lui, et on ne saurait Le tromper !

Kyrie eleison.


Kyrie eleison DCXVII (11 mai 2019)

« Brexiteers », voulez-vous vraiment être bénis ?
Couronnez Dieu, et le reste vous sera bien acquis.


Un poème anglais du XIXe siècle, célèbre à juste titre, jette une vive lumière sur le tapage énorme suscité par la tentative du peuple britannique d’échapper aux contraintes européennes. Le poème de Matthew Arnold (1822–1888), Dover Beach (La plage de Douvres), écrit vers 1851 probablement, dépeint en quatre strophes inégales sa profonde mélancolie alors que résonne en lui, au bord de la Manche, le battement continu des vagues s’échouant sur la plage devant la maison où il passe la nuit avec sa bien-aimée, sans doute sa légitime épouse.

La première strophe donne une belle description du bord de la mer et des vagues au clair de la lune, mais se termine sur la « note de tristesse éternelle » qu’il lui semble entendre dans le ressac. Maître des classiques, cet érudit se remémore une citation du dramaturge grec Sophocle (496–406 av. J.-C.) qui, lui aussi, sur une plage semblable, bien que située à des milliers de kilomètres et à plus de deux mille ans de distance, entendait “le flux et le reflux obscur de la misère humaine”. L’esprit du poète se tourne vers les troubles profonds de sa propre époque, l’ère Victorienne, et bien qu’il n’ait jamais été catholique, dans la troisième strophe il les fait remonter à la perte de foi du XIXe siècle, dont il lui semble capter, dans le bruit des vagues se retirant devant lui,  « le grondement prolongé, la retraite en tristesse »

La quatrième et dernière strophe présente la seule solution que le poète puisse concevoir à ce problème de la vie qui quitte ce qui fut autrefois la chrétienté, et c’est de se retourner vers la bien-aimée à ses côtés pour la supplier de maintenir leur fidélité mutuelle, car l’amour qu’ils ont l’un pour l’autre est le seul bien qu’ils possèdent vraiment. La sombre conclusion du poème le dit : Tout le reste

Est dépourvu d’amour, de joie, et de lumière,
Privé de certitude, de paix, où la douleur est reine,
Et nous voilà, comme sur une sombre plaine
Balayée par les bruits confus de luttes et de fuites,
Où des armées ignares se heurtent dans la nuit.


Arnold avait donc assez de foi pour comprendre que le problème essentiel de la civilisation venait, à son époque, de la perte de foi. Mais sa foi à lui n’était pas assez forte pour croire en l’alternative réelle qui permet d’échapper à cette obscurité et confusion ambiantes : l’Église catholique. De même, les partisans du Brexit ont assez de bon instinct et de bon sens pour sentir que l’Union européenne va à la catastrophe, mais puisqu’ils ont encore moins de religion qu’Arnold n’en avait, ils sont d’autant moins inspirés que lui pour savoir comment sortir de cette “sombre plaine”. C’est pourquoi le Brexit continue de se présenter comme un débat « où des armées ignares se heurtent dans la nuit. ». Car tout le monde aborde le sujet en termes économiques, alors qu’en fait, le vrai débat est religieux : d’un côté, les derniers vestiges des nations chrétiennes, de l’autre côté, la montée de l’Anti-christ avec son Nouvel Ordre Mondial. C’est la dimension religieuse qui donne au débat toute sa force. C’est l’absence de religion qui, des deux côtés, donne au débat sa grande confusion.

Car, en effet, Dieu est le grand absent de la “civilisation” moderne ; mais comme l’a dit un jour le cardinal Pie : « Si le Seigneur ne gouverne pas par Sa présence, Il gouvernera par Son absence ». Sans Lui, le débat du Brexit se déroule largement sur des bases économiques. Or sur ces bases, les partisans du Brexit ont perdu d’avance. Mais, sont-ils prêts à se tourner vers Dieu ? Voilà toute la question.

Kyrie eleison.

mercredi 29 mai 2019

Le Ciel n'est pas conciliaire

Un ami lecteur de Reconquista nous fait part de son analyse sur l'incendie de Notre-Dame de Paris.  Le Ciel parle par des signes. La foi et les dons du Saint-Esprit nous aident à y voir le doigt de Dieu. Les leçons de ce grave événement national doivent être tirées. 

Maintenant que les dessous de cet attentat sont clairs, il faut tirer les conséquences des résultats de l’incendie. On remarque que l'autel authentique, le tabernacle et le crucifix sont intacts alors que la « table » des célébrations conciliaires est enfouie sous les cendres du brasier infernal. La charpente ayant brûlé sur toute la longueur de l'édifice, cette anomalie n'est pas naturelle. S’agissant de faits qui nous dépassent, on ne peut qu'y voir un signe du Ciel. Que peut-on en conclure ?

C’est la mise en valeur de la sentence « hors de l'Eglise point de salut » et le catholique de tradition y verra la confirmation du bien-fondé de son choix et le renforcement de son opposition totale à tout rapprochement avec Rome, contrairement à l’évolution de la position de la FSSPX, et son combat contre l'hérésie conciliaire sera renforcé. Le néo-catholique devrait sérieusement revenir à la tradition pure, à défaut de connaître la conversion de Rome.

Finis les reproches de « sédévacantistes » aux vrais fidèles aujourd'hui : le Ciel nous ouvre les yeux et ce ne sont plus des sentiments humains mais le doigt de Dieu qui désigne le chemin de la Vérité. Si vous ne voulez pas suivre le sort de la « table » conciliaire et connaître les flammes éternelles, rejetez les actes du Concile et revenez à la tradition.

Cette tradition est soutenue par les deux insignes reliques en rapport avec la Passion : la tunique de Saint Louis et la Couronne d'épines, qui ont miraculeusement échappé aux flammes des feux diaboliques.

Mais qui en parle dans nos églises et nos chapelles ? Qui ose dire qu'avant de penser à rebâtir l’édifice, il nous faut participer à la reconstruction de l’Eglise Sainte et Apostolique ? C’est essentiellement une démarche personnelle de sanctification et pour cela l’aide de l'Etat n'est pas nécessaire. Et après seulement, nous serons dignes de refaire l’œuvre des bâtisseurs de l’ « âge de chrétienté ».

Un fidèle engagé dans le combat de la Foi depuis 1967


jeudi 23 mai 2019

Mariages dans la FSSPX après le chapitre : c'est pire qu'avant !

Mariages de la FSSPX : sous la tutelle du diocèse
La question du sacrement de mariage au sein de la FSSPX révèle beaucoup de choses. En témoigne cette analyse.

Source : France Fidèle

Un Père capucin affirmait récemment que la situation des mariages dans la FSSPX était encore plus grave actuellement qu'avant le Chapitre de juillet 2018. La raison avancée par ce religieux est la suivante :

- avant le Chapitre, Mgr Fellay avait accepté seul, sous sa propre responsabilité, la délégation reçue de Rome pour la célébration des mariages,

- mais le Chapitre de juillet a validé cette acceptation par une décision collective, qui engage donc désormais toute la Fraternité derrière le Supérieur général...

Nous avons en effet entre les mains ce texte (v. ci-dessous) du Chapitre concernant les mariages : il est bien question de demander aux Ordinaires des lieux (évêques diocésains) la délégation pour recevoir les consentements matrimoniaux. A bien lire le texte, on voit que les capitulants ont essayé de se rassurer en affirmant que cela ne signifiait pas que le mariage se fasse sous le régime du nouveau Code de 1983... mais c'est manifestement faux : car on ne voit pas comment un évêque diocésain accepterait de donner sa délégation à un mariage qui se trouverait placé canoniquement en dehors du Code auquel lui-même se trouve soumis. Voilà une première et grave incohérence des actes de ce Chapitre.

Au point 4 du texte, il y a une autre affirmation qui devrait en principe empêcher de recourir à la délégation de l'évêque du lieu : les prêtres qui préparent au mariage (dans le cadre de la délégation diocésaine) devront avertir les futurs époux qu'en cas de problème entre eux (demande de séparation), leur demande devra être traitée par la FSSPX. Comment ces prêtres peuvent- ils solliciter la délégation de l'évêque du lieu, et ensuite exiger de leurs fidèles que les éventuels problèmes soient traités en interne ? En vertu de quel droit priverait-on les mariés de la possibilité de recourir directement à l'Officialité du diocèse, sans soumettre leur problème à la Fraternité qui les a mariés ?


Troisième et grave incohérence : la nouvelle FSSPX décidera au cas par cas, selon les diocèses, s'il y a lieu de conserver le régime antérieur de la suppléance canonique (dénommée "forme extraordinaire" du mariage au § 3 du texte) pour les cas dits "de grave inconvénient". Mais agir ainsi, c'est nier formellement l'état de nécessité universel en raison de la crise qui touche le pape plus encore que les évêques (c'est quand même lui la tête de l'Eglise !) et le nouveau Code qui contamine toute la vie de l'Eglise conciliaire. La nouvelle FSSPX devient donc comme la Fraternité Saint-Pierre : il y a des évêques gentils et des méchants... mais à Rome heureusement ils sont gentils !

On touche du doigt toute l'absurdité de la position de la nouvelle FSSPX qui veut d'un côté reconnaître cette église conciliaire comme l'Eglise Catholique et d'un autre un certain trouble de conscience à aller logiquement jusqu'au bout de ces mauvais principes.


Voici donc l'extrait des actes du chapitre sur la question des mariages :



lundi 20 mai 2019

Communiqué spécial de la FSSPX


Communiqué conjoint 
de Mgr Huonder et de M. l'abbé Pagliarani

Ce lundi 20 mai 2019, le pape François a relevé Mgr Vitus HUONDER de sa charge d’évêque du diocèse de Coire, en nommant un administrateur en vue de l’élection de son successeur.
Selon une volonté exprimée depuis longtemps, Mgr Huonder se retire dans une maison de la Fraternité Saint-Pie X. Le seul et unique but de cette démarche est de se consacrer à la prière et au silence, de célébrer exclusivement la messe traditionnelle, et d’œuvrer pour la Tradition, unique moyen de renouveau de l’Eglise.
La Fraternité Saint-Pie X apprécie la décision courageuse de Mgr Huonder, et se réjouit de pouvoir lui fournir le cadre spirituel et sacerdotal qu’il désire si vivement. Puisse cet exemple être suivi par d'autres, afin de « tout restaurer dans le Christ ».
Le 20 mai 2019
Monseigneur Vitus HUONDER
Évêque émérite de Coire 
Don Davide PAGLIARANI
Supérieur de la FSSPX
 --------------------------------------

 Commentaires de Reconquista (mis à jour le 22 mai) 

1) Nous faisons nôtre le commentaire pertinent de Francesca de Villasmundo paru sur Medias-Presse.Info à la suite de ce "Communiqué conjoint" :

« Travailler avec la Fraternité pour cheminer vers l’unité » en l’aidant à considérer “les documents du Concile Vatican II (…) davantage comme un développement de la période précédente” a pourtant déclaré le mois dernier Mgr Huonder dans une entrevue au Die Tagespost dont MPI * avait donné la traduction de quelques extraits significatifs.  Est-ce vraiment cela “tout restaurer dans le Christ” ?

 * GloriaTV -  juriste catholique

2) Le Vatican officialise cette nomination puisque l'agence Zenit* annonce que le pape accepte la démission de Mgr Huonder et sa nouvelle résidence dans une maison de la FSSPX en vue de  "contribuer à  l'unité de l'Eglise" (sic). 

 * Zenit

3) Mgr Huonder écrit ce qui suit dans une lettre adressée * ce même 20 mai à ses diocésains de Coire :

"Comme vous le savez, je vais m'installer dans la Maison sacerdotale de l'Institut Sancta Maria de Wangs, dans le canton de Saint-Gall. Cet institut appartient à la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X. Conformément aux vues du pape François, je m'engage à contribuer à l'unité de l'Eglise, non pas en pratiquant l'exclusion, mais en faisant la part des choses et en assumant un rôle d'accompagnement en vue d'une intégration".

* Lettre de Mgr Huonder à ses diocésains 

En accord avec le pape, ... Mgr Huonder va donc travailler à "intégrer" la Fraternité : c'est clair !

4) On rappelle qu'au Chapitre FSSPX de juillet 2012, l'abbé de Jorna avait mis en difficulté Mgr Fellay, Supérieur général à l'époque, reprochant à sa déclaration doctrinale du 15 avril 2012 de véhiculer "l'herméneutique de la continuité" du pape Benoît XVI.

Dans l'interview au Tagespost (citée en 1), lorsqu'il évoque le Concile Vatican II comme "un développement de la période précédente", Mgr Huonder est parfaitement dans la ligne de la position (moderniste) du "pape émérite".

On attend avec intérêt la réaction du même abbé Benoît de Jorna, devenu depuis lors Supérieur du district de France.

5) Pour ceux qui savent encore lire, la manœuvre du Vatican apparaît donc désormais pour ce qu'elle est, à savoir une magistrale récupération de l'Oeuvre de Mgr Lefebvre au profit de la révolution conciliaire !

Nous ne saurions trop rendre grâce au Ciel de la deuxième opération survie - les trois sacres conférés par Mgr Williamson - et de l'existence de la Fidélité Catholique.

Communiqué de Mgr Thomas d'Aquin au sujet des confirmations

Monseigneur Thomas d'Aquin nous prie de communiquer qu'il n'y aura pas de confirmations le samedi 25 mai à la Chapelle Saint-Gilbert.

Tous ceux qui désirent être confirmés pourront recevoir ce sacrement à l'occasion du pèlerinage du Puy, en s'inscrivant auprès du Séminaire Saint Louis-Marie:

LE CÉNACLE - 10, Avenue de La HAYE AUX BONSHOMMES - 49 240 AVRILLE

Tél.: 06 65 14 13 33

Courriel: seminaire.slm@gmail.com

mercredi 15 mai 2019

Mgr Huonder : le retour !

par Fidelis


Dans un article récent, le journal « Tagblatt » déclare que Giuseppe Gracia, porte-parole du diocèse de Coire, a indiqué que les rumeurs qui affirment que Mgr Huonder aurait décidé de ne pas se retirer dans une école de la Fraternité Saint-Pie X à Wangs en Suisse sont « totalement infondées ». De plus, il a précisé que le déménagement de Mgr Huonder auprès de la Fraternité n'était plus qu'une question de temps. Le texte original est en allemand, mais on peut comprendre les idées générales de l'article en utilisant le traducteur de Google.

La chute de la Fraternité se poursuit donc à une vitesse effrayante... Jusqu'ici, Mgr Huonder n'a pas encore prononcé la déclaration solennelle de foi de Mgr Lazo et pourtant, la Fraternité Saint-Pie X considère que « c'est une grande joie et un honneur spécial » de pouvoir recevoir cet évêque conciliaire.

Comme l'a si bien dit Mgr Williamson dans son premier Commentaire Eleison à propos de Mgr Huonder : « Mgr Fellay avait pour projet d’établir la FSSPX dans les murs de la Rome officielle afin d’agir comme un cheval de Troie pour convertir la Rome conciliaire. » Toutefois, c'est désormais le contraire qui se produira, car ce sera Mgr Huonder qui agira « comme un cheval de Troie dans les murs de la Fraternité Saint Pie X ».

Les pauvres fidèles du canton de Saint-Gall se retrouvent donc désormais piégés par l'arrivée de ce prélat moderniste. Toutefois, ils ont encore une chance de retrouver la doctrine catholique dans son intégrité, car Mgr Williamson vient de bénir une chapelle de la Fidélité Catholique à Saint-Gall. La chapelle est desservie par M. l'abbé Brühwiller (ancien prêtre de la FSSPX) qui s'est placé sous l'autorité de Mgr Faure en rejoignant la Société des Apôtres de Jésus et Marie (SAJM)*.

Espérons que l'arrivée de Mgr Huonder à l'Institut Sancta Maria réveillera ceux qui pensaient que la Fraternité Saint-Pie X était sauvée...


Sources :

Article à propos de Mgr Huonder en allemand :
https://www.tagblatt.ch/ostschweiz/wirren-um-bischof-huonders-umzug-nach-wa…

Mgr Williamson en Suisse :
https://abbe-pivert.com/mgr-williamson-en-suisse/


* L'abbé Brühwiller, que nous connaissons bien,  est un prêtre dont nous tenons à souligner le sérieux et la solidité. Désireux de ne pas se retrouver seul dans ces circonstances difficiles, il s'est agrégé officiellement à la Société des Apôtres de Jésus et de Marie. Nous encourageons les fidèles suisses à faire connaissance avec lui et à le soutenir dans son apostolat de la Fidélité Catholique.


lundi 13 mai 2019

Sainte Jeanne, sa mission et la nôtre

Source : France Fidèle

Allocution de M. l'abbé Salenave : fête de Sainte Jeanne d'Arc le dimanche 12 mai 2019 à Morlaix.

1° Bref rappel de la Conquête par le Christ des nations païennes.
2° La France a un rôle premier dans ce règne
3° La décadence et le relèvement par Sainte Jeanne
4° Sa mission essentielle
5° Mgr Lefebvre rappel la mission de Jeanne
6° La FSSPX était ce fer de lance. Elle a trahi
7° Et nous, que faire maintenant ?

dimanche 12 mai 2019

Croisade de la Charité



En ce mois de mai, mois tout spécialement dédié à notre Mère du Ciel, penchons-nous sur son rôle dans l'oeuvre de notre salut et prenons-la comme exemple de charité (bien concrète ! )

Le Sel de la terre n°108


ÉDITORIAL
★ Vœux de fraternité
ÉCRITURE SAINTE 
VIE SPIRITUELLE
★ Le couronnement au ciel de la sainte Vierge
★ Continuer le combat de saint Pie X
CIVILISATION CHRÉTIENNE 
★ L’éternelle tentation communiste
★ Le socialisme sociologique
★ Saint Basile
LECTURES
★ Une découverte singulière (suite)
★ Crétineau-Joly, les sectes et les archives secrètes
★ RECENSIONS
★ PARMI LES LIVRES REÇUS

samedi 11 mai 2019

La FSSPX : une nouvelle rupture avec son fondateur


Il ne se passe pas un mois sans que nous découvrions des changements profonds dans l'orientation de la FSSPX. Au point de ne plus reconnaître l'esprit de son fondateur. Le dernier changement en date concerne la vie des séminaristes.




Mgr Lefebvre avait une très grande expérience de la vie de l'Eglise, et sa réponse face à la crise moderniste a été d'une sagesse que personne ne conteste désormais; sauf l'actuelle FSSPX, qui se plaît à défaire ce que le Fondateur avait prudemment et progressivement construit afin de pouvoir "tenir" dans la tempête jusqu'à ce que Rome se convertisse enfin à la Tradition et rejette les erreurs libérales consacrées par le funeste Concile Vatican II.

En effet, Mgr Lefebvre NE VOULAIT PAS que les membres de sa Fraternité s'engagent trop vite dans son oeuvre sacerdotale.  Il percevait le risque d'un embrigadement, alors que les jeunes gens qui s'adressaient à lui auraient pu aussi bien épanouir leur vocation dans d'autres structures de formation cléricale si la crise n'avait pas frappé la presque totalité des séminaires et congrégations religieuses.

Il avait conscience que beaucoup de ces candidats se dirigeaient à l'époque vers la Fraternité Saint-Pie X parce qu'ils ne voyaient pas d'autre voie possible leur permettant de répondre à l'appel de Dieu.

Voilà ce qui disait Mgr Lefebvre aux séminaristes le 30 mai 1971 (NB : le style oral est respecté) :

Citation:

Je vous dis aussi, pour l’avenir, pour les orientations qui sont tout de même utiles à connaître. Voyez, la Fraternité a été faite dans des circonstances particulières, dans des circonstances donc tragiques de l’Eglise actuellement, et donc c’est pourquoi ces engagements sont temporaires pendant un certain temps et qui peuvent permettre à ceux qui sont entrés dans la Fraternité à cause des circonstances actuelles, à cause des circonstances actuelles, qui ne seraient peut-être pas rentrés dans la Fraternité — d’ailleurs la Fraternité n’aurait probablement pas existé enfin s’il n’y avait pas eu ces circonstances — mais qui seraient plutôt rentrés chez les dominicains, chez les jésuites, je ne sais pas moi, chez les missionnaires, dans une Congrégation missionnaire si tout avait été normal comme autrefois, donc vous ne vous seriez pas retrouvés ensemble. Je pense que cette vocation que vous pouvez éventuellement avoir dans le cœur : moi je serais plutôt une vocation de prédicateur, j’aurais plutôt une vocation de contemplatif, j’aurais plutôt une vocation de missionnaire, j’aurais une vocation simplement pastorale dans le diocèse, dans mon diocèse j’aurais été content d’être curé, d’être vicaire dans mon diocèse, simplement du ministère, quoi du ministère traditionnel. Eh bien je pense que tout au long de ces années, une fois que vous serez assez nombreux, je ne vois aucun inconvénient à ce que évidemment spirituellement et moralement vous vous regroupiez par mêmes orientations sous l’égide de vos directeurs de conscience, sous l’égide de ceux qui vous connaissent en demandant conseil enfin, mais tout doucement, tout doucement, je dirais un petit peu comme l’a fait le père Libermann voyez à Issy-les-Moulineaux.

Mais les nouveaux Supérieurs (ainsi que les membres du Chapitre de la FSSPX de 2018) ont préféré prendre une voie opposée à la sagesse de Mgr Lefebvre : celle d'obliger des jeunes à s'engager pour toujours dans la FSSPX, faute de quoi ils ne pourraient recevoir l'ordination.

On prétend, bien entendu, s'aligner seulement sur les lois de l'Eglise (oui, mais "conciliaire" !)...

En réalité, on vise à placer ces jeunes sous l'autorité de cette Eglise conciliaire qu'on se refuse désormais à dénoncer et à combattre publiquement (à preuve, l'acceptation "mortifère" de la juridiction sur les sacrements). En même temps, on fait preuve d'un odieux esprit de boutique consistant à enfermer les jeunes traditionalistes dans le piège "hors de la néo-FSSPX, point de salut pour les candidats au sacerdoce".

Il faut donc remercier le Ciel d'avoir ouvert une autre voie en permettant la création du séminaire Saint Louis-Marie Grignion de Montfort, qui entend pour sa part respecter les consignes héritées de Mgr Lefebvre, laissant les jeunes lévites s'engager sans contrainte, pour mener leur vocation à maturité au rythme d'une sage progression spirituelle.


Cette nouvelle "politique" a déjà été mise en place pour la dernière cérémonie du sous-diaconat à Ecône le 6 avril 2019 :

Citation:

Après une retraite de six jours dans le cadre magnifique de la Gruyère, les 9 séminaristes de 5e année du séminaire d’Ecône ont prononcé leur engagement définitif dans la Fraternité Sacerdotale Saint-Pie X, la veille de leur sous-diaconat, devant le Saint-Sacrement.

laportelatine.org/…/econe_190406_so…

mercredi 8 mai 2019

Mgr Williamson en Suisse


Mgr Williamson vient de bénir à Saint-Gall une chapelle de la Fidélité Catholique créée et desservie par M. l’abbé Brühwiller, prêtre suisse qui a quitté la Fraternité Saint Pie X pour demeurer fidèle à l’Eglise, sous l’autorité de Mgr Faure.

En outre, M. l’abbé Failer a commencé depuis l’Autriche un ministère de la Fidélité Catholique en Allemagne, entre autres à Cologne. Il a rejoint l'abbé Fuchs qui, lui aussi, assure une partie de son apostolat en Autriche et en Hongrie.

Que nos prières accompagnent ces valeureux prêtres.



Bulletin de M. l’abbé Brühwiller en allemand





mardi 7 mai 2019

Mgr Thomas d'Aquin en Belgique - Mai 2019

Journée mémorable à Vedrin en Belgique en raison de la visite de Monseigneur Thomas d'Aquin, un des évêques de la Fidélité Catholique. Il a profité de son passage pour conférer le sacrement de confirmation à trois personnes. Dans l'après midi, Mgr Thomas a donné une petite allocution aux fidèles présents sur la situation de la religion catholique au Brésil, le problème du modernisme et des sectes protestantes qui pullulent sans oublier de parler de la crise de la Fraternité St Pie X et la situation inquiétante de Bellaigues qui ne suit plus la même voie que le monastère de Sainte Croix. Vous pouvez écouter l'enregistrement ci-dessous.

Les fidèles ont pu aussi apprécier le calme, la paix et la clarté de jugement de Mgr Thomas d'Aquin bien loin des très graves calomnies qui ont été prononcées à son encontre par un prêtre dans le cadre d'un stage MJCF. Le diable se venge hélas comme il peut contre ceux qui défendent le Règne du Christ Roi. La calomnie est une arme qui s'est toujours avérée efficace pour éloigner les âmes de la vérité.

Prions donc pour nos évêques et défendons leur honneur. 














samedi 4 mai 2019

Mentalité Conciliaire

Kyrie eleison DCXV (1er mai 2019)

L’Église conciliaire ? Des aveugles guidant des aveugles,
Et menant à la ruine l’humanité tout entière !

Le 6 avril dernier, ces “Commentaires Eleison” faisaient état d’une “rencontre discrète” entre Mgr Huonder d’une part, et deux évêques et cinq prêtres de la FSSPX d’autre part. La réunion s’est tenue dans l’est de la Suisse le 17 avril 2015, pour discuter de l’œcuménisme de Vatican II. Six semaines plus tard, Menzingen (siège de la FSSPX) envoya aux prêtres de la FSSPX une “note confidentielle” sur la réunion qui comprenait les quelques détails déjà publiés ici le 6 avril : « Envisager un accord avant d’aborder les questions doctrinales » comme le demandait Mgr H ; la réponse de la FSSPX rappelant la vraie doctrine de l’Église sur l’œcuménisme ; et l’engagement de Mgr H. de porter la réponse de la FSSPX aux autorités romaines. Les arguments de Mgr H. en faveur de la mise au second plan de la doctrine valent la peine d’être examinés, car ils traduisent exactement l’état d’esprit qui aujourd’hui détruit l’Église.

Selon la note confidentielle, Mgr Huonder a avancé huit arguments. Nous les reproduisons ici, légèrement adaptés, en italique. Des réponses se trouvent en dessous.

1 (MgrH.) : Je me sens très concerné par le fait que la FSSPX devrait être canoniquement réintégrée dans l’Église officielle.

2 Sans ce statut canonique, la FSSPX ne peut jouir que d’une influence minime parce qu’elle est marginalisée. Ce sont les évêques conservateurs qui veulent ce statut pour la FSSPX. Sinon tout le monde est contre la FSSPX.

3 Je ne pense pas que vous vouliez être schismatiques. Vous voulez prouver votre respect indéfectible pour l’autorité de l’Église.

4 Le Magistère de l’Église doit écouter ce que disent les théologiens, y compris ceux de la FSSPX, dans un esprit de respect mutuel. Il incombe également au Magistère de vérifier si toutes les évolutions qui se sont fait jour dans l’Église depuis le Concile restent en conformité avec la Tradition catholique.

5 La levée des excommunications de 1988 par Benoît XVI et sa libéralisation de la Messe tridentine sont autant de signes qui attestent la bienveillance de Rome vis-à-vis de la FSSPX.

6 Un accord avec Rome apporterait un soutien au Supérieur Général de la FSSPX comme à son apostolat. Cela donnerait également à la FSSPX le droit de demander des explications au Magistère.

7 L’Église a besoin de la FSSPX pour sa Nouvelle Évangélisation.

8 Une éventuelle reconnaissance canonique devrait nécessairement entraîner le traitement des questions théologiques afin d’aboutir à des solutions.

Et maintenant voici des réponses.

1 Très Révérend Monseigneur, c’est bien aimable de votre part. Mais être aimable, ce n’est pas nécessairement être catholique.

2 Tant qu’elle disait la Vérité, la FSSPX a exercé une grande influence. Mais depuis qu’elle s’est éloignée de la vérité catholique pour s’aligner sur Rome et sur le reste du monde, cette influence a décru et va toujours décroissant. Est-ce que, par hasard, vous auriez encouragé Notre Seigneur Lui-même à s’aligner sur les Pharisiens ?

3 En faisant passer Dieu avant les hommes, la Fraternité de Mgr Lefebvre n’est jamais tombée dans le schisme. Mais, la Néo-fraternité, tout comme la Néo-église, prend le chemin d’un vrai schisme dans la mesure où elle fait passer les hommes avant Dieu.

4 L’erreur et le poison de Vatican II n’ont vraiment droit à aucun respect. Le Néo-magistère d’aujourd’hui, infecté par le poison conciliaire, surveille bien mal l’évolution de l’Église.

5 Une bienveillance conciliaire, telle que celle de Benoît XVI, est au mieux une bienveillance subjective. Pour être une véritable bienveillance, elle doit s’aligner sur la vérité objective. Or, tous les tenants du Concile ont perdu la notion même de vérité objective. Selon la sagesse d’un vieux proverbe, « Le chemin de l’enfer est pavé de bonnes intentions ».

6 Un accord avec la Rome conciliaire entraînerait la mort définitive de la FSSPX catholique. Celle-ci n’a besoin d’aucun accord pour exiger que les Romains cessent de trahir la vraie foi catholique.

7 La véritable FSSPX rejette la “Nouvelle Évangélisation”. C’est une solution irréelle pour régler le problème bien réel déchaîné par Vatican II.

8 En d’autres termes, “l’accord avant la doctrine” proposé par toute la hiérarchie conciliaire, constitue une erreur grave, car à force de vivre dans le mensonge, on finit par y croire. Or, Vatican II est un mensonge monstrueux.

En bref, les huit arguments de Mgr H. sont tous des considérations humaines, essentiellement déconnectées de la Vérité objective de la véritable Église catholique. Que Dieu fasse à Mgr H la grâce de comprendre à quel point l’Église conciliaire s’est égarée !

Kyrie eleison.

jeudi 2 mai 2019

Demande d'aide pour Santa Cruz

Nous relayons bien volontiers cette demande d'aide que nous fait Mgr Thomas d'Aquin pour le monastère bénédictin du Brésil.



Chers amis et bienfaiteurs,

Tout d’abord, nous vous souhaitons un saint Temps Pascal. Que le Divin Ressuscité vous comble de toutes les grâces et vous donne surtout la grâce de persévérance jusqu'à la fin dans le bon combat de la foi.

Nous tenons également à vous remercier pour votre aide généreuse, grâce à laquelle notre monastère est soutenu, matériellement, depuis plusieurs années.

Dans ces premiers mois de 2019, nous avons eu des dépenses supplémentaires dues aux travaux qu’il nous a fallu effectuer dans notre école pour les enfants (des doublures du plafond étaient effondrées et le système hydraulique devrait être réparé), dans notre chapelle Saint Michel et aussi dans le barrage qui fournit des poissons pour l’alimentation des moines. Toutes ces dépenses nous ont coûté environ 5.000 €, et nous voudrions pourvoir compter sur votre générosité pour payer cette dette. Si vous pouvez nous faire un don, si petit que ce soit, nous vous remercions de tout notre cœur.

Nous vous assurons de nos prières quotidiennes et de notre amitié.

En Jésus, Marie et Joseph,

Renato Müller

Secrétaire de Mgr Thomas d'Aquin




mercredi 1 mai 2019

Lettre ouverte aux évêques de l’Eglise catholique

Source : GloriaTV


Note préalable de "juristecatholique" : le blog de Jeanne Smits a traduit et publié ces jours-ci une lettre de vingt théologiens catholiques qui accusent le Pape François d'adhérer et de professer des hérésies. Les auteurs ne relèvent pas toutes les hérésies mais les plus actuelles et les plus grossières surtout en ce qui regarde le mariage. On déplorera l'absence totale de condamnations du concile Vatican II et les références à Jean Paul II et au magistère conciliaire. Ce qui rend ce document sans grande valeur théologique puisque les hérésies du Pape François ne sont que le développement logique des erreurs et de l'esprit conciliaire. Cette réaction, aussi louable soit-elle, se situe dans la logique de ceux qui pensent pouvoir concilier le concile Vatican II et la tradition catholique de l'Eglise.

L' intérêt majeur de ce document se trouve surtout dans l'annexe. Les universitaires rappellent les positions catholiques en ce qui concerne la situation d'un pape hérétique. Et force est de constater que la position de Mgr Lefebvre était la bonne : d'une part ne pas se soumettre à un pape qui professe des hérésies et d'autre part impossibilité d'affirmer que le pape est automatiquement déchu de son autorité par l'affirmation d'hérésies (sédévacantisme).


Exclusif : des universitaires et des théologiens catholiques accusent le pape François d'hérésie (traduction française intégrale)
Posted: 30 Apr 2019 01:31 PM PDT