lundi 18 mai 2020

Porter le masque et marquer la distance sociale sont-ils des signes de la Bête ?


Sous ce titre volontairement accrocheur, nous voulons inviter nos lecteurs à ne pas marcher
Culte catholique ? Ou soumission à la bête ? 

dans la combine du mondialisme sanitaire qui a non seulement réussi à  confiner comme de vulgaires bêtes toute l'humanité mais veut désormais imposer une sorte de muselière aux hommes sous prétexte de santé. La distanciation sociale fait aussi partie de ce plan et il est à craindre que les congrégations ralliées l'imposent dans leur lieux de culte. 

Puisse ce petit texte en faire réfléchir plus d'un

Le port du Tchador a été interdit dans certains pays "en pointes" du politiquement correct car cela était un signe de soumission intolérable pour les femmes vis à vis des hommes et vis à vis d’une religion : l’islam. Certes, se voiler la face et la bouche ( la bouche qui est l’organe de la parole et de la communication et qui nous différencie du règne animal) revient à renoncer à l’essentiel de sa dignité et de son humanité. Cela nous le savons tous.

Or, voici maintenant et sous le prétexte du coronavirus, que le masque, rebaptisé pour l’occasion en « masque de protection », est imposé non pas à une catégorie de la population, mais cette fois à tout le monde. Si les objectifs diffèrent, la démarche, elle, reste bien sûr la même. L’interdiction du voile islamique que nous avons connu ces dernières années (pour rendre à juste titre leur dignité aux femmes) dévoile, en creux, l’intention réelle du système quant à l’imposition actuelle de ce signe de consentement à la servitude.

C’est que le système est bien conscient que le masque est l’instrument, par excellence, de carpétisation les peuples, y compris et surtout de carpétisation morale, qui est la plus essentielle. Que le masque soit aussi obligatoire dans les lieux de cultes en est la preuve. Cela signifie clairement, que le premier culte, la première religion à respecter, est la philosophie maçonnique planétaire et ses lois d’infamies de déni du réel, c'est-à-dire le package «sémantico-juridique» de la culture de mort (légalisation du meurtre légal des enfants-à naître etc.).

 L’obligation du port du masque (et la distanciation sociale) à l’Église signifie « tu as le droit de prier ton petit dieu, mais surtout n’oublie pas que la première vénération, c’est à nous que tu la dois ».

Tel est le discours subliminal monstrueux de cette mystérieuse dictature qui écrase, chaque jour un peu plus, le genre humain.

JP Aussant 

Note de Reconquista : le signe d'une communauté catholique et d'un office non soumis à ces diktats maçonniques seront l'absence du port du masque et la proximité physique normale entre fidèles: preuve d'une réelle charité à l'égard de Dieu et du prochain. N'oublions que la communion Eucharistique est tout le contraire d'une distanciation sociale puisque c'est l'union la plus intime entre une âme et son Sauveur et que le fait de se serrer la main entre fidèles est un signe de  charité.